Kanteletar

livre de Elias Lönnrot

Page de couverture de Kanteletar

La Kantélétar (finnois : Kanteletar) est un recueil de poèmes folkloriques finnois compilé par Elias Lönnrot[1],[2].

OrigineModifier

Paru en 1840, on peut le considérer comme l’œuvre sœur du Kalevala[3],[4],[5].

Les poèmes lyriques de la Kantélétar sont principalement recueillis en Carélie finlandaise. Dans son introduction, Elias Lönnrot évoque les lieux de récoltes de Lieksa, Ilomantsi, Kitee, Tohmajärvi, Sortavala, Jaakkima et de Kurkijoki (fi).

Les poèmes du troisième tome ont été recueillis en Carélie russe.

CompositionModifier

À l'origine la Kanteletar est composé de trois tomes.

Le premier tome est un recueil de 238 poèmes lyriques que Elias Lönnrot appelle les chants communs (yhteiset laulut). Ceux-ci sont divisés en chants de mariage, de bergers et d'enfants. Le deuxième tome est un recueil de 354 poèmes lyriques que Elias Lönnrot nomme chants spécifiques. Selon Lönnrot ils regroupe des chants de jeunes filles, de femmes, de garçons et de filles. Le troisième tome regroupe 60 poèmes historiques, de romances, légendes, ballades et d'épopée lyrique.

Dans la troisième édition de 1887, Elias Lönnrot a rénové complètement le troisième tome.

ÉtymologieModifier

Le nom est formé du nom du kantele (instrument de musique) et du morphème féminin tar, traduit approximativement par « déesse du kantele » ou « muse du kantele ».

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Liens internesModifier