Kukachin

(Redirigé depuis Kököchin)
Kukachin
Caractères chinois pour Kukachin.
Titre de noblesse
Princesse
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom dans la langue maternelle
ХөхөхчинVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Dynastie Yuan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint

Kukachin, également Kököchin, Kokejin ou Cocacin pour Marco Polo (mongol : Хөхөхчин, Khökhökhchin ; chinois traditionnel : 阔阔真 ; pinyin : Kuò kuò zhēn), née vers et morte en juin 1296, est une princesse mongole de la dynastie Yuan en Chine, originaire de la tribu mongole des Bayads.

En 1291, le Grand Khan Kubilai la fiance à son petit-neveu, l'ilkhan Arghoun, à la suite d'une demande formulée par ce dernier, après qu'il a perdu son épouse favorite Bouloughan (« Zibeline » pour Marco Polo). Arghoun demande à Kubilai Khan de lui envoyer une épouse issue de la même tribu que la défunte, Kubilai lui choisit alors la princesse bleue, Kukachin, âgée de dix-sept ans[1],[2].

Kubilai, de sa capitale Khanbalik (« ville du Khan », aujourd'hui Pékin), confie à Marco Polo sa dernière mission : escorter la princesse Kukachin à son fiancé, l'ilkhan Arghoun. Le groupe voyage par la mer, au départ du sud de la ville portuaire de Quanzhou au printemps 1291. La flotte est composée de quatorze navires, chacun possédant quatre mâts et quatre voiles. De Quanzhou, ils font voile vers Sumatra, puis en Perse, via le Sri Lanka et l'Inde (où ses visites incluent Mylapore, Madurai et Alleppey, qu'il surnomme Venise de l'Orient). Ils atteignent l'ilkhanat vers 1293. Arghoun étant mort durant leur voyage, en 1291, Kukachin épouse à son arrivée le fils de ce dernier, Ghazan, et devient son épouse principale[2],[3]. Elle meurt en juin 1296[4].

Dans la culture populaire Modifier

Références Modifier

  1. (en) Francis Woodman Cleaves, A Chinese Source Bearing on Marco Polo's Departure from China and a Persian Source on his Arrival in Persia, vol. 36, Harvard Journal of Asiatic Studies, , p. 181-203.
  2. a et b Marco Polo (trad. Pierre de Bergeron, dir. Eugène Müller), « Le Devisement du monde », dans Marco Polo et Guillaume de Rubrouck, Deux voyages en Asie au XIIIe siècle, C. Delagrave, coll. « Voyages dans tous les mondes : nouvelle bibliothèque historique et littéraire », , 318 p. (lire sur Wikisource, lire en ligne), p. 154-155.
  3. John Malcolm, Histoire de la Perse, depuis les tems les plus anciens jusqu'à l'époque actuelle : suivie d'observations sur la religion, le gouvernement, les usages et les mœurs des habitans de cette contrée, vol. 2, Pillet, , 479 p. (lire en ligne), p. 170.
  4. (en) « BOLOḠĀN ḴĀTŪN », sur iranicaonline.org, Encyclopædia Iranica (consulté le ).