Juan Luis Arsuaga

paléontologue espagnol

Juan Luis Arsuaga Ferreras, né à Madrid en 1954, est un paléoanthropologue espagnol. Il est l'un des découvreurs de l'espèce Homo antecessor, datée d'environ 850 000 ans, dont les fossiles ont été mis au jour lors des fouilles du site d'Atapuerca, près de Burgos, en Espagne.

Juan Luis Arsuaga
Image dans Infobox.
Juan Luis Arsuaga
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Pedro María Arsuaga (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Sociedad Geográfica Española (d)
Aranzadi Science Society (d)
Académie américaine des sciences ()
Académie royale des docteurs d'Espagne (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

FormationModifier

Enfant, Juan Luis Arsuaga montrait déjà un grand intérêt pour la Préhistoire. Cette passion serait née de la lecture de La Guerre du feu de J.-H. Rosny aîné, et de la visite de fouilles archéologiques près de Bilbao.

Il est docteur en biologie de l'université complutense de Madrid.

CarrièreModifier

Juan Luis Arsuaga est responsable du département de paléontologie de l'université complutense de Madrid depuis 2001.

Il est professeur invité du département d'anthropologie de l'University College de Londres.

TravauxModifier

Depuis 1982, Juan Luis Arsuaga est membre de l'équipe de recherche sur les sites préhistoriques de la sierra d'Atapuerca, près de Burgos (Espagne). Les fouilles réalisées sur les différents sites d'Atapuerca ont permis de mettre au jour un grand nombre de fossiles humains, attribués à au moins deux espèces différentes, et de nombreux vestiges lithiques, apportant ainsi des informations majeures sur le Paléolithique inférieur en Europe.

Juan Luis Arsuaga est coauteur de la publication décrivant l'espèce Homo antecessor en 1997[1].

En 2014, il publie pour les fossiles humains de la Sima de los Huesos une datation d'environ 430 000 ans et propose de les réattribuer à la lignée néandertalienne, en lieu et place de l'espèce Homo heidelbergensis[2], ce qui sera confirmé par une étude génétique publiée en 2016.

Organismes et associationsModifier

Il est membre de l'Association internationale pour l'étude de la paléontologie humaine, vice-président de la Commission de paléontologie humaine et de paléoécologie de l'INQUA (International Union for Quaternary Research).

Il a donné de nombreuses conférences dans les universités de Londres, Cambridge, Zurich, Rome, Arizona, Philadelphie, Berkeley, New York, Tel Aviv-Jaffa.

DistinctionsModifier

Avec José María Bermúdez de Castro et Eudald Carbonell, codirecteurs de l'équipe de recherche d'Atapuerca depuis 1991, Juan Luis Arsuaga a reçu en 1997 le Prix Princesse des Asturies de la Recherche scientifique et technique et le Prix Castilla y León des Sciences sociales et Humanités, pour la découverte et la description d'Homo antecessor à Atapuerca.

PublicationsModifier

Juan Luis Arsuaga est l'auteur de multiples publications scientifiques dans des revues telles que Nature, Science, Journal of Human Evolution, Journal of Archaeological Science, American Journal of Physical Anthropology.

OuvragesModifier

ArticlesModifier

  • (en) Juan Luis Arsuaga et al., « Neandertal roots : Cranial and chronological evidence from Sima de los Huesos », Science, vol. 344, no 6190,‎ , p. 1358-1363 (DOI doi:10.1126/science.1253958, lire en ligne)
  • (en) José María Bermúdez de Castro, Juan Luis Arsuaga, Eudald Carbonell, Antonio Rosas, I. Martinez, M. Mosquera, « A Hominid from the Lower Pleistocene of Atapuerca, Spain : Possible Ancestor to Neandertals and Modern Humans », Science, vol. 276, p.1392-1395, 1997

RéférencesModifier

  1. (en) José María Bermúdez de Castro, Juan Luis Arsuaga, Eudald Carbonell, Antonio Rosas, I. Martinez, M. Mosquera, « A Hominid from the Lower Pleistocene of Atapuerca, Spain : Possible Ancestor to Neandertals and Modern Humans », Science, vol. 276, p.1392-1395, 1997
  2. (en) Juan Luis Arsuaga et al., « Neandertal roots : Cranial and chronological evidence from Sima de los Huesos », Science, vol. 344, no 6190,‎ , p. 1358-1363 (DOI doi:10.1126/science.1253958, lire en ligne)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier