Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes
Mobilisation féministe à Dhaka au Bangladesh
Mobilisation féministe à Dhaka au Bangladesh

Nom officiel Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes
Type Fête civile
Journée internationale
Signification Sensibilisation à la violence contre les femmes
Date 25 novembre
Lié à ONU

La journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes est une journée internationale célébrée le 25 novembre et soutenue par l'Organisation des Nations unies.

La date du 25 novembre est récente. Cette célébration d'après l'OMS[1] a pour source un événement particulier, l'assassinat le des sœurs Mirabal en République dominicaine.

HistoriqueModifier

L'assassinat le 25 novembre 1960 des trois sœurs Mirabal, militantes politiques dominicaines, commandité par le dictateur Rafael Trujillo[2],[3], fut la principale raison qui a conduit la République dominicaine à proposer cette journée de lutte contre la violence faite aux femmes.

En 1993, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté la Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes[4], qui a défini le terme « violence à l'égard des femmes » : « tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée »[4],[5].

Le 17 décembre 1999, l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies a proclamé le 25 novembre, la Journée internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes[2]. L'ONU a invité les gouvernements, les organisations internationales et les ONG à organiser des activités pour sensibiliser le public au problème de cette journée comme une célébration internationale.

Le Fonds de développement des Nations unies pour la femme (UNIFEM) a également fait observer régulièrement le jour.

En octobre 2006 a été présenté une étude sur toutes les formes de violence contre les femmes[6], comprenant des recommandations concrètes à l’intention des États, concernant notamment des recours efficaces et des mesures de prévention et de réadaptation.

Internationalisation et officialisationModifier

L'objectif pour de nombreux députés européens, notamment Mariya Nedelcheva, rapporteure sur l'égalité hommes-femmes en Europe, est de mettre en place une Année européenne sur les violences faites aux femmes, dans les quatre ans à venir[7].

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Organisation mondiale de la santé, « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes »
  2. a et b Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud, « Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud : « Le passé regorge de meurtres de femmes » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2019)
  3. « Féminicide : naissance d’un crime », sur www.lhistoire.fr (consulté le 6 octobre 2019)
  4. a et b http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/48/104
  5. Lucile Quillet, « Violences faites aux femmes : l'horreur en 10 chiffres », sur Le Figaro,
  6. ONU (2006), Étude approfondie de toutes les formes de violence à l'égard des femmes, Nations unies, Assemblée Générale, A/61/122/Add.1, New York, ONU
  7. http://www.generation112.eu/L-egalite-hommes-femmes-comment-mieux-faire-avec-Mariya-Nedelcheva-eurodeputee-bulgare_a354.html Interview de Mariya Nedelcheva sur Génération112.eu

Liens externesModifier