Joseph Prosper André

personnalité politique française

Joseph Prosper André est un homme politique français né le à Fillières (Meurthe-et-Moselle)[1] et mort le à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine)[2].

Joseph Prosper André
Fonctions
Représentant

2 mois
Élection 8 février 1871
Circonscription Moselle (département)
Groupe politique Centre gauche
Successeur Disparition
Maire de Ars-sur-Moselle

(2 ans et 6 mois)
Maire de Mars-la-Tour

(5 ans)
Biographie
Nom de naissance Joseph Prosper André
Date de naissance
Lieu de naissance Fillières (Moselle)
Date de décès (à 54 ans)
Lieu de décès Saint-Servan (Ille-et-Vilaine)
Nationalité Française
Enfants Paul André
Profession Médecin

Biographie modifier

Fils d'un marchand, Joseph Prosper André devient médecin et s'installe en 1856 à Mars-la-Tour où il devient maire de la commune en 1859. Il s'installe ensuite à Ars-sur-Moselle où il est élu conseiller municipal en 1865, adjoint en octobre et maire en septembre 1868. Il soutient la formation d'un cercle de la Ligue de l'enseignement en 1867 et fait des conférences sur l'hygiène et la santé organisé par le Comice agricole de Metz auquel il a adhéré en 1857. Il devient conseiller d'arrondissement en 1867 puis général en juin 1870 contre un candidat officiel, Ernest de Bouteiller. Sa victoire est cependant annulée en raison d'erreurs de comptage de voix. Durant le siège de Metz en 1870, il fait passer des missives et favorise l'introduction d'émissaire français dans la ville. Ces deux moments lui permettent d'avoir un certain prestige et il est élu représentant de la Moselle le avec le soutien des républicains.

Cependant après la ratification dues accords de paix, il démissionne le avec l'ensemble des députés des territoires annexés. Mais dès le 22 mars il demande à reprendre son siège. Il finit par accepter un poste de préfet et quitte la Moselle. Il est d'abord préfet des Ardennes en mars, sans véritablement entrer en fonction, avant d'être envoyé en Haute-Marne, le 1er avril, toujours sans suite, puis dans la Drôme en avril 1871 jusqu'en février 1873 où on l'envoit en Isère. Il s'installe plus durablement en avril 1876 Côte-d'Or avant d'être remplacé après la Crise du 16 mai 1877. Après les nouvelles élections, il est placé au poste d'Ille-et-Vilaine en décembre 1877 jusqu'à sa mise en disponibilité en juillet 1882.

Distinctions modifier

Notes et références modifier

  1. « 5 Mi 192/R 3 - Registres paroissiaux et d'état civil », sur Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (consulté le )
  2. « Décès en 1883 à Saint-Servan », sur Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (consulté le )

Voir aussi modifier

Sources modifier

Liens externes modifier