Joseph Migneret

instituteur, directeur d'école, résistant

Joseph Migneret (né en 1888 et mort en 1949) est un instituteur et directeur d'école français qui a sauvé pendant la Seconde Guerre mondiale des dizaines d'enfants de confession juive de la déportation. Il a été reconnu « Juste parmi les Nations » de manière posthume, en 1990.

Joseph Migneret
Portrait de Joseph Migneret en 1915, décoré de la Croix de guerre
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Domicile
Activités
Autres informations
Distinctions
Plaque commémorative apposée sur l'école élémentaire de la rue des Hospitalières-Saint-Gervais

Biographie

modifier

Joseph Migneret[1],[2] est né en 1888. Lors de la Première Guerre mondiale, il est mobilisé et reçoit la Croix de guerre dès 1915[3].

En 1920, il est nommé instituteur à l'École élémentaire des Hospitalières-Saint-Gervais située au cœur du quartier du Marais. Fondée en 1848 comme école confessionnelle, elle était devenue une école publique en 1880. La majorité des élèves sont de confession juive. En 1937, il devient le directeur de l'école. En 1942, les rafles contre les Juifs déciment l'école : 165 élèves sont arrêtés en juillet, déportés et assassinés.

Joseph Migneret cache certains élèves dans un petit appartement qu'il loue à proximité de l'école au 71, rue du Temple : la jeune Sarah Traube y réside plus de deux ans[4], ou dans son appartement à Antony. Il procure également des faux papiers à de nombreux autres (carte d’identité, carte d’alimentation, etc.) L'association AJPN recense au moins sept personnes qui lui doivent la vie : Henry Bulawko, Berthe Hirsch, Ady Steg, Alice Nouna Taïeb, Berthe Taïeb, Alfred Taïeb, Frida Wattenberg (dite Thérèse Verdier)[3]. Parmi les enfants qu'il a sauvés, Shlomo Fischer-Shenkar[5] et Adolphe Kornman, ont témoigné[6], ainsi que Joseph Schulman (blessé en sautant d’un convoi de déportation, amputé et hospitalisé sous surveillance policière[4]) et René Szpindel[7].

Pour ses actions, il reçoit la médaille de « Juste parmi les nations » à titre posthume en 1990. En 2014, un jardin voisin de l'école est renommé en son honneur, le Jardin des Rosiers – Joseph-Migneret[8]. En 2018, un documentaire, Joseph Migneret, juste parmi les nations, est tourné par Claude Bochurberg.

Bibliographie

modifier

Hommages et distinctions

modifier
 
Inscription du nom de Joseph Migneret au Mur des Justes parmi les Nations (Mémorial de la Shoah à Paris).

Notes et références

modifier

Articles connexes

modifier