John Thomson (photographe)

photographe
John Thomson
Image dans Infobox.
Fonction
Royal photographer (d)
George V
à partir de
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
John Newlands Thomson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partenaires
Albertus Hotz (d), John Newlands Thomson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Fellow of the Ethnological Society of London (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Archives conservées par

John Thomson (né à Édimbourg le et mort le ) est un photographe explorateur, photographe de rue et photographe portraitiste écossais.

BiographieModifier

Explorateur photographe en Extrême-OrientModifier

Il est connu pour avoir parcouru l'Orient et ramené des milliers de photographies, témoignages de la vie dans les provinces d'Asie.

Il a exploré et photographié : Canton, province de la Chine[2] ; Taïwan ; le Cambodge, d'où il rapporte des images de ruines et d'Angkor qui feront sa célébrité.

En avril 1862, Thomson quitta Édimbourg pour Singapour, commençant une période de dix ans passée à voyager en Extrême-Orient. Au départ, il a créé une entreprise commune avec William pour fabriquer des chronomètres de marine et des instruments optiques et nautiques. Il a également créé un studio photographique à Singapour, prenant des portraits de marchands européens, et il a développé un intérêt pour les peuples et les lieux locaux. Il a beaucoup voyagé à travers les territoires continentaux de la Malaisie et de l'île de Sumatra, explorant les villages et photographiant les peuples autochtones et leurs activités.

Après avoir visité Ceylan et l'Inde d'octobre à novembre 1864 pour documenter la destruction causée par un cyclone récent, Thomson a vendu son studio de Singapour et a déménagé au Siam. Après son arrivée à Bangkok en septembre 1865, Thomson entreprit une série de photographies du roi du Siam et d'autres hauts responsables de la cour royale et du gouvernement.

Angkor
Inspiré par le récit d'Henri Mouhot sur la redécouverte des anciennes villes d'Angkor dans la jungle cambodgienne, Thomson s'est lancé dans ce qui allait devenir la première de ses grandes expéditions photographiques. Il partit en janvier 1866 avec son traducteur H. G. Kennedy, un fonctionnaire consulaire britannique à Bangkok, qui sauva la vie de Thomson lorsqu'il contracta la fièvre de la jungle en route. Le couple a passé deux semaines à Angkor, où Thomson a largement documenté le vaste site, produisant certaines des premières photographies de ce qui est aujourd'hui un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Thomson a ensuite déménagé à Phnom Penh et a pris des photos du roi du Cambodge et d'autres membres de la famille royale cambodgienne, avant de se rendre à Saigon. De là, il resta brièvement à Bangkok, avant de retourner en Grande-Bretagne en mai ou juin 1866. De retour chez lui, Thomson donna de nombreuses conférences à la British Association et publia ses photographies du Siam et du Cambodge. Il devint membre de la Royal Ethnological Society de Londres et fut élu membre de la Royal Geographical Society en 1866 et publia son premier livre, The Antiquities of Cambodia, au début de 1867.

Photographe de rue à LondresModifier

De 1876 à 1877, il se livre à un travail documentaire sur les petits métiers dans les quartiers défavorisés de Londres.

1878, parution de The Street Life of London.

Photographe portraitiste mondainModifier

Il deviendra ensuite photographe portraitiste de la haute société.

Collections, expositionsModifier

GalerieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

PublicationsModifier

RéférencesModifier

  1. « http://asteria.fivecolleges.edu/findaids/umass/muph002.html » (consulté le )
  2. « Chine : une mariée mandchoue », sur wdl.org (consulté le ).