Ouvrir le menu principal

John Foster McCreight

politicien canadien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir McCreight.
John Foster McCreight
McCreight.JPG
Fonction
Premier ministre de la Colombie-Britannique
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Caledon (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalités
Domicile
Activités

John Foster McCreight, né en 1827 à Caledon, en Irlande du Nord et mort le à Hastings, en Angleterre[1], est un magistrat, premier Premier ministre de la Colombie-Britannique de 1871 à 1872[2].

John Foster McCreight est le premier Premier ministre de Colombie-Britannique[3].

Sommaire

BiographieModifier

D'origine irlandaise, devenu avocat, John Foster McCreight part pour l'Australie et y resta quatre ans. Pour une raison indéterminée, il s'installe en 1860 à Victoria en Colombie-Britannique[1]. Il est admis au barreau de la Colombie-Britannique en 1862[1].

Il semble que son appartenance à la franc-maçonnerie[4],[1] ait facilité son ascension politique.

Il était également membre de l'Église anglicane[1].

Vie politiqueModifier

Le 20 juillet 1871, la Colombie-Britannique entre dans la Confédération du Canada.

En août, McCreight devient procureur général dans le cabinet intérimaire. À l’occasion des premières élections générales de la province en août 1871, il remporta l’un des sièges de la circonscription de la ville de Victoria et devint député à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique[5].

 
C'est en août 1871 que John Foster McCreight fait son entrée à l'Assemblée législative de la Colombie-Britannique.

Premier ministre de la Colombie-BritanniqueModifier

Le 13 novembre 1871, McCreight est nommé Premier ministre de la Colombie-Britannique par le lieutenant-gouverneur Trutch[6],[3].

Le ministère formé par McCreight intègre 3 avocats. Alexander Rocke Robertson[7] est le Secrétaire provincial, George Anthony Walkem est Commissaire pour le territoire et pour le travail et Henry Holbrook y est un membre non officiel[3].

Vivement critiqué, abandonné par ses partisans, il ne demeure en fonction qu'environ un an avant qu'une motion de censure déposée en décembre 1872 provoque sa démission[8].

Sa démission a validé l'existence et les principes d'un gouvernement responsable en Colombie-Britannique[8].

Après la vie de Premier ministreModifier

Il continue cependant à siéger à l'Assemblée jusqu'en 1875, devient conseiller de la Reine, puis membre de la Cour suprême de la Colombie-Britannique de 1880 à 1897[5].

Après sa retraite, il retourne en Angleterre où il meurt en 1913[5].

RéférencesModifier

Liens externesModifier