John Eliot (médecin)

Sir John Eliot, 1er Baronnet (1736 à Édimbourg, Écosse - 1786 à Brocket Hall, dans l'Hertfordshire) était un médecin écossais.

John Eliot
Titre de noblesse
Baronnet
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activité
Conjoint
Enfant
Elliot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Son père exerçait la profession d'avocat. Après une éducation initiale sous la férule de Nathaniel Jesse, il devint l'assistant d'un apothicaire londonien. Il s'embarqua ensuite comme chirurgien à bord d'un navire corsaire. Ayant reçu un pécule pour ses services, il décida de devenir médecin. Reçu docteur à l'Université de St Andrews le , il fut admis comme licencié par le Collège royal de médecine de Londres, le . Un confrère écossais, Sir William Duncan, alors médecin du Roi, lui apporta son aide, et il obtint rapidement de gros revenus. En 1776, il fut adoubé et élevé au titre de baronnet le . Il devint ensuite médecin du Prince de Galles.

Alors qu'il veillait le Prince malade, en 1786, Eliot raconta à la Reine Charlotte qu'il avait prêché au Prince contre l'intempérance "comme l'aurait fait n'importe quel évêque", à quoi la Reine lui répondit "et probablement avec le même succès"[1]. Le , il épousa Grace Dalrymple, qui s'enfuit en 1774 avec Arthur Annesley, Lord Valentia, 1er Earl de Mountnorris. Eliot obtint 12000 livres de dommages.

Il habitait la Great Marlborough Street, à Londres. Il mourut le au château de Brocket Hall (en), Hertfordshire, chez son ami Peniston Lamb, 1er Vicomte Melbourne. Il fut enterré dans l'église paroissiale de Bishops Hatfield, et une plaque à sa mémoire, portant quelques lignes d'Edward Jerningham, fut offerte par son oncle, William Davidson.

RéférencesModifier

  1. « Illustrations of the Literary History of the Eighteenth Century, Vol. VII », The Gentleman's Magazine, vol. 184,‎ , p. 355 (lire en ligne, consulté le )

Liens externesModifier