Ouvrir le menu principal

Peniston Lamb (1er vicomte Melbourne)

personnalité politique britannique
Peniston Lamb (1er vicomte Melbourne)
George Stubbs 007 (cropped).jpg
Fonctions
Membre au Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre de la Chambre des lords
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Formation
Activité
Conjoint
Elizabeth Lamb, Viscountess Melbourne (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Peniston Lamb (en)
George Lamb (en)
William Lamb
Amelia Mary Temple Palmerston (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
13e Parlement de Grande-Bretagne (d)
16e Parlement de Grande-Bretagne (d)
15e Parlement du Royaume-Uni (d)
14e Parlement de Grande-Bretagne (d)
17e Parlement de Grande-Bretagne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Peniston Lamb, 1er vicomte Melbourne ( - ), titré Sir Peniston Lamb, deuxième baronnet, de 1768 à 1770, était un homme politique britannique qui siégea à la Chambre des communes de 1768 à 1793. Il était le père du Premier ministre William Lamb, 2e vicomte Melbourne.

JeunesseModifier

Il était le fils de Sir Matthew Lamb (1er baronnet), et de son épouse Charlotte Coke. Il a fait ses études au Collège d'Eton de 1755 à 1762 et est entré au Lincoln's Inn en 1769. À la mort de son père, le 6 novembre 1768, il lui succéda comme baronnet et hérita de Melbourne Hall (en) dans le Derbyshire. Il a épousé Elizabeth Milbanke (en) (1751-1818), fille de sir Ralph Milbanke, 5e baronnet, le 13 avril 1769 [1]. C'était une jeune femme d'une grande beauté, d'une intelligence et d'un caractère forts, qui a rapidement fini par dominer complètement son mari et à les conduit au centre de la bonne société. En 1770, il a commencé la construction, sous le nom de Melbourne House, de l'actuel Albany à Londres.

Carrière politiqueModifier

Aux élections générales de 1768, il fut élu sans opposition en tant que député de Ludgershall. En 1770, il fut élevé dans la Pairie d'Irlande en tant que lord Melbourne, baron de Kilmore, dans le comté de Cavan, mais comme il s'agissait d'une pairie irlandaise, il fut autorisé à rester à la Chambre des communes. Il est de nouveau réélu sans opposition en tant que député de Ludgershall aux élections de 1774 et 1780 [1]. En 1781, il fut créé vicomte Melbourne, de Kilmore dans le comté de Cavan, également dans la pairie d'Irlande. Il fut nommé Lord de la chambre du prince de Galles en 1783 et occupa ce poste jusqu'en 1796. Aux élections générales de 1784, il représenta Malmesbury et fut à nouveau réélu sans opposition . Il changea de nouveau en 1790 et fut réélu sans opposition à Newport, île de Wight. Il a démissionné de son siège en 1793 en faveur de son fils Peniston [2].

Lord Melbourne est devenu Lord de la chambre à coucher en 1812. En 1815, il fut créé baron Melbourne, dans le comté de Derby, dans la Pairie du Royaume-Uni ce qui lui permit de siéger automatiquement à la Chambre des lords. Il mourut le 22 juillet 1828 à l'âge de 83 ans. Son fils William lui succéda [1].

FamilleModifier

 
Lady Melbourne avec son fils aîné

Melbourne et sa femme ont eu six enfants.

Seul le fils premier-né peut être définitivement attribué à Lord Melbourne en raison des nombreuses liaisons de son épouse [3]. George est réputé être le fils de George IV. William et Emily auraient été engendrés par Lord Egremont [4].

On ignore si Melbourne a été malheureux à cause des liaisons de sa femme: c’était un homme doux, facile à vivre et plutôt stupide, qui évitait les ennuis et invoquait invariablement sa femme, qui était de loin le partenaire le plus fort et le plus intelligent du mariage [4]. Leur seule dispute sérieuse a été causée par la mort de leur fils aîné Peniston (qui était sans aucun doute l'enfant de Melbourne); avec colère, il refusa de donner à William (qui n'était certainement pas l'enfant de Melbourne) la même allocation que celle qu'il avait donnée à Peniston, suggérant qu'il éprouvait un certain ressentiment à l'égard de la conduite de sa femme. Lady Melbourne, de son côté, toléra sa liaison avec la courtisane Sophia Baddeley. Nathaniel Wraxall a écrit à propos de Melbourne qu’il était "principalement connu pour la place distinguée qu’il occupe dans les annales du plaisir mérétricien, les mémoires de Mme Bellamy ou Mme Baddeley, les sirènes et les courtisanes d'un autre âge " [1].

Les enfants de Melbourne le considéraient avec ce qui a été décrit comme un "gentil mépris": sa fille Emily a déclaré qu'il se trompait toujours et qu'ils devaient toujours le corriger, et que même s'il n'était pas un gros buveur, il semblait toujours ivre [4].

RéférencesModifier

  1. a b c et d « LAMB, Peniston (1745-1828), of Brocket Hall, Herts. and Melbourne Hall, Derbys. », History of Parliament Online (1754-1790) (consulté le 20 novembre 2017)
  2. « LAMB, Sir Peniston, 2nd Bt., 1st Visct. Melbourne [I] (1745-1828), of Brocket Hall, Herts. and Melbourne Hall, Derbys. », History of Parliament Online (1790-1820) (consulté le 20 novembre 2017)
  3. Lord David Cecil Melbourne Pan Books Edition 1965 p.20
  4. a b et c Cecil p.20