Johann Jacobé

graveur autrichien
Johann Alexander Gottfried Jacobé
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Johann Jacobé (Vienne, 1733 - 1797) est un graveur autrichien. Il est un spécialiste de la manière noire après l'avoir apprise à Londres.

BiographieModifier

 
George Sackville Germain, d'après George Romney (1780).

Il a eu Jacob Matthias Schmutzer pour professeur de dessin et de gravure à l'académie de gravure de Vienne en 1768. Voyant qu'il est doué pour la gravure, Schmutzer organise son voyage à Londres, probablement à l'école de JG Haids avec Thomas Watson et W. Dickinson, se perfectionner sur le plan technique et artistique[1],[2]. Jacobé y rencontre notamment Richard Earlom et William Pether qui exercent sur lui une forte influence, ce qui le mène à se spécialiser dans leur technique de prédilection : la manière noire[2]. Il réalise à Londres plusieurs estampes, surtout d'après les peintures de Joshua Reynolds et George Romney[1].

À son retour en 1781, il devient professeur de gravure sur cuivre à l'Académie impériale des Beaux-Arts[2],[1], où il a comme élèves le peintre Joseph Pichler (de), le miniaturiste et lithographe Vinzenz Georg Kininger (de), le graveur Franz Wrenk[3],[1].

Il devient plus tard conseiller impérial[2].

Les estampes de Jacobé, montrent dès le début (1772) « une compétence technique considérable[1] », et sont selon Wurzbach « parmi les plus belles en gravure, se distinguent par leur perfection technique, ainsi que par l'esprit d'exécution[2]. » Il a s'est aussi essayé à la peinture et est un très bon dessinateur : il « savait donner à ses gravures une touche de peinture, et éliminer la douceur de la manière noire par un traitement intelligent et une expression vigoureuse[2]. » Il a notamment exécuté des gravures d'après celles de Rembrandt[4].

Ses estampes sont très recherchées et très rares, et de grande valeur[2].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Krasa 1974.
  2. a b c d e f et g Wurzbach 1863.
  3. (de) Fiche de Franz Wrenk dans le Biographisches Lexikon des Kaiserthums Oesterreich (Wikisource germanophone).
  4. Lucien Monod, Aide-mémoire de l'amateur et du professionnel : le prix des estampes, anciennes et modernes, prix atteints dans les ventes - suites et états, biographies et bibliographies, Volumes 6, A. Morancé, (lire en ligne), p. 258.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :