Ouvrir le menu principal

George Romney

peintre anglais
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le peintre anglais. Pour la personnalité politique américaine, voir George W. Romney. Pour les homonymes, voir Romney.
George Romney
George Romney - Portrait de l'artiste.jpg
Autoportrait
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
KendalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfant
John Romney (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

George Romney est un peintre anglais. Il est né à Dalton-in-Furness dans le Lancashire (aujourd'hui dans le comté de Cumbria) le et mort à Kendal le .

BiographieModifier

En 1755, il arrive à Kendal chez son père ébéniste et apprend la peinture avec Christopher Steele (1733-1767), peintre portraitiste itinérant.

En 1757 il commence à se faire connaître comme portraitiste mais il tombe malade. En 1762, il est marié avec deux enfants. Il les abandonne et part pour Londres où il connaît son premier succès avec Mort de Général Wolfe, qui remporte le prix de la Société Royale des Arts.

Il peint très vite, cela se voit dans ses œuvres et leur donne un mouvement très enlevé, malgré quelques maladresses au début.

En 1764, il arrive à Paris et visite le Louvre et découvre François Boucher et Greuze. Poussé par Horace Vernet qu'il rencontre, il part pour l'Italie de 1773 à 1775. Il y découvre le néoclassicisme, décisif pour son art.

De retour à Londres en 1775, il installe son atelier au 32 Cavendish Square. Pendant quinze ans, Sir Joshua Reynolds, le peintre officiel de la "gentry " le considéra comme un rival. Ce dernier, académicien, n'aimait pas Romney, d'ailleurs boudé par l'académie. Mais George Romney eu sa revanche car il fut le portraitiste le plus recherché d'Europe à partir de 1776.

Son atelier fut vite le salon des rendez-vous à la mode et le duc de Richmond s'y rendait parfois avec des membres du Parlement.

En 1802, à 68 ans, malade et oublié de tous, il s'éteint dans le décor de son enfance.

ŒuvreModifier

Son style s'affirme à son arrivée à Londres en 1762. C'est là qu'il mit au point la fluidité et la hardiesse que l'on retrouve dans ses meilleures œuvres. Lorsqu'il manque d'inspiration ses portraits revêtent un air de routine, mais si le modèle est une ravissante jeune femme, un officier éblouissant ou un enfant aux joues roses, il leur insuffle une aisance et une vigueur rarement présentes chez ses contemporains[1]. En 1782, Emma Hart, la future Lady Hamilton présentée par George Gréville, le frère de Lord Warwick, deviendra son modèle pendant plus de 10 ans. Il peignit près de deux mille portraits. dont une cinquantaine d'Emma dans les costumes les plus divers, Cassandre, Circé... et plus de cinq mille dessins et lavis, représentations de sorcières dans de mythiques forêts. Son geste rapide s'accélère au fil des dessins successifs et séduit les amateurs de romantisme.


Notes et référencesModifier

  1. Matthew Armstrong, L’Europe de 1750 à 1870 : par les conservateurs du Metropolitan Museum of Art, Gründ, , 159 p. (ISBN 2-7000-2058-8), p. 98
  2. Lady Greville, Courtauld
  3. Mary Robinson, Wallace
  4. Lady Hamilton, Frick Coll.
  5. Mrs Greer, Ermitage
  6. Comtesse de Warwick, Frick Coll.
  7. Autoportrait, Metropolitan

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier