Ouvrir le menu principal

Jocelyne Caron

personnalité politique canadienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caron.

Jocelyne Caron
Illustration.
Fonctions
Députée de Terrebonne
Prédécesseur Yves Blais
Successeur Jean-François Therrien
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Verdun, Québec
Nationalité Canadienne
Parti politique Parti québécois
Père René Caron
Mère Thérèse Forget
Diplômé de Université du Québec à Montréal
Profession Enseignante

Jocelyne Caron (née le à Verdun)[1] est une femme politique québécoise. Elle a été députée péquiste de Terrebonne de 1989 à 2007.

Sommaire

BiographieModifier

Mme Caron a obtenu un diplôme d'études collégiales du Collège Marguerite-Bourgeoys, un brevet d'enseignement de musique du Conservatoire de musique de Montréal et un baccalauréat en enseignement secondaire, option histoire, de l'Université du Québec à Montréal. Elle a été enseignante à la Commission scolaire des Manoirs de 1973 à 1982. Elle a ensuite été attachée politique au bureau du député de Terrebonne (1981-1989) et a exercé la fonction de députée de Terrebonne durant quatre mandats, de 1989 à 2007.

Mme Caron est une féministe qui défend ardemment le droit des femmes ; elle a été représentante de l'Opposition officielle en cette matière lors de la 37e législature. Elle a aussi refusé le poste de vice-présidente de l'Assemblée nationale pour devenir leader en Chef du gouvernement (36e législature). Elle devint alors une pionnière dans ce domaine puisqu’aucune femme n’avait exercé cette fonction auparavant. Lors de la course à la chefferie du Parti québécois de 2005, Mme Caron a appuyée Pauline Marois, une de ses amies de longue date. Elle était très impliquée dans sa communauté ; elle a fondé la commission jeunesse de Terrebonne, qui visait à prendre le pouls des jeunes sur différents sujets, en plus d'être impliquée avec l’organisme Cultures à partager.

Mme Caron a été défaite lors des élections générales du 26 mars 2007. Elle a subi la vague adéquiste, qui s'est fait ressentir dans toute la couronne nord de l'île de Montréal. Son successeur était Jean-François Therrien.

Jocelyn Caron quant à lui n'a aucun rapport avec cette personne, même si la prononciation anglaise est la même.

Notes et référencesModifier

  1. Assemblée nationale du Québec. Jocelyne Caron. Page consultée le 18 juin 2007.

Voir aussiModifier