Ouvrir le menu principal

Jean et Jacquelin de Montluçon dit aussi de Molisson, sont les chefs d'un atelier de peinture actif à Bourges de 1461 à 1505. On conserve des manuscrits enluminés par l'atelier ainsi que des panneaux sur bois.

Sommaire

Biographies des deux peintresModifier

 
Le repos près du feu, Heures de Chappes, Jean de Montluçon. BnF.

Jean de MontluçonModifier

Jean Raoul est sans doute né vers 1417 à Montluçon, ville natale qui lui a donné son surnom. Il est déjà installé à Bourges en 1461 alors qu'il est employé aux décorations réalisées pour les funérailles du roi Charles VII et dirigées par Jacob de Lichtemont, peintre officiel du roi. Installé dans la ville, il semble mener une vie confortable, apparaissant dans les archives locales à de nombreuses reprises pour de nombreuses peintures héraldiques réalisées à l'occasion de cérémonies ou pour des polychromies de statues. Il travaille non loin d'un autre peintre enlumineur résident à Bourges, Jean Colombe, qui termine Les Très Riches Heures du duc de Berry dans la ville vers 1484-1485. L'activité d'enlumineur de Jean n'est connu que pour le manuscrit des Heures de Chappes sur lesquelles apparaissent, fait exceptionnel, sa signature. Il meurt en 1494[1].

Jacquelin de MontluçonModifier

Jacquelin, son fils, est né à Bourges en 1463 et y est mort en 1505. Il est signalé à Tours en 1483 mais retourne réaliser les Heures de Monypenny en 1485-1490 dans sa ville natale. Il prend la suite de son père à la tête de son atelier à sa mort en 1494. Il réalise les mêmes types de tâches que son père, mais aussi d'autres plus originales comme le patron des jetons de comptabilité de la municipalité de Bourges. Il séjourne aussi sans doute en Savoie vers 1496 et 1498, période pendant laquelle il peint le retable des Antonites de Chambéry dont il signe l'un des panneaux[1].

Manuscrits attribués et père et au filsModifier

  • Heures de Chappes, bibliothèque de l'Arsenal, Ms 438, vers 1490. Une miniature comporte la signature de Jean.
  • Missel franciscain, vers 1490, enluminé par Jean de Montluçon et Jean Colombe, bibliothèque municipale de Lyon, ms.514.
  • Bréviaire de Monypenny, coll. part., 109 miniatures dont cinquante en pleine page[2].
  • Heures à l'usage de Rome de la Ferrières de Presle, vers 1490, Cotsen Children’s Library, Université de Princeton, Ms Q 46825 (atelier).
  • Heures à l'usage de Rome, vers 1500, Bibliothèque nationale de France, NAL 3116 (entourage de Jean de Montluçon en collaboration avec le Maître de Spencer 6)[3].
  • Livre d'heures, en collaboration avec le Maître de Spencer 6, Bibliothèque municipale de Lyon, ms.5141.
  • Heures de Bouer, à l'usage de Bourges, en collaboration avec le Maître de Spencer 6, bibliothèque de l'Université de Leeds, Brotherton Collection MS 8[4].

Panneaux attribués à JacquelinModifier

 
L'Adoration de l'enfant, retable des Antonites de Chambéry

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Jean-Yves Ribault, « Le Rétable des Antonites de Chambéry et l'atelier de Jean et Jacquelin de Montluçon, peintres de Bourges », dans 116e Congrès national des Sociétés savantes, Chambéry, 1991, CTHS, , p. 285-301
  • F. Avril and N. Reynaud, Les Manuscrits à Peintures en France 1440-1520, Paris, 1994, pp.338-341.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Les Manuscrits à Peintures en France, 338
  2. (en), Albert Van De Put, « The Monypenny Breviary », the Proceedings of the Society of Antiquaries of Scotland, vol. VI, 1922, p. 72-114 [lire en ligne]
  3. Reynaud et Avril, op. cit. p. 340
  4. (en) Notice sur le site de la bibliothèque de l'université de Leeds
  5. Description du tableau du musée de Chambéry sur le site artsdanslacite.fr