Jean de Nikiou

Jean de Nikiou est un lettré égyptien, membre du haut-clergé, qui fut évêque et moine à la fin du VIIe siècle. Il est l'auteur d'une chronique universelle écrite à l'origine, pour l'essentiel, en grec.

Jean de Nikiou
Biographie
Période d'activité
VIIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion

Biographie et ChroniqueModifier

La principale source sur cet auteur est l'Histoire des patriarches de l'Église d'Alexandrie attribuée à Sévère d'Achmounein (Xe siècle). Jean de Nikiou, appartenant à l'Église copte orthodoxe, vivait au temps des patriarches Jean III, Isaac et Simon Ier (entre 681 et 700, soit entre quarante et soixante ans après le début de l'invasion arabe de l'Égypte). Il est alors évêque de Nikiou, en Basse-Égypte, « recteur » des évêques de Haute-Égypte, puis, en 696, administrateur général des monastères. Ayant fait châtier trop durement un moine fautif qui en mourut, il est démis de ses fonctions et réduit à l'état de simple moine par le patriarche Simon Ier.

Sa Chronique, composée sans doute avant sa destitution, raconte l'histoire du monde depuis Adam jusqu'à la fin de la conquête musulmane du VIIe siècle (mais le passage concernant la période de 610 à 640 est perdu). Pour ce qui précède le VIIe siècle, ce n'est essentiellement qu'un démarquage des chroniques byzantines antérieures, notamment celles de Jean Malalas et de Jean d'Antioche (sauf quelques traditions locales sur l'histoire ancienne de l'Égypte). Il apporte des informations propres sur le règne de l'empereur Phocas et sur la prise du pouvoir par Héraclius. Mais la partie la plus précieuse de son texte est celle qui a trait à la conquête musulmane de l'Égypte à partir de 640-641 et qui décrit en particulier la prise par Amr de Babylone d'Égypte et d'Alexandrie, détrônée au profit de la nouvelle capitale, le camp militaire de Fostât (aujourd'hui Le Caire).

Édition du texteModifier

  • La Chronique de Jean de Nikiou (texte éthiopien et traduction française par Hermann Zotenberg), Paris, 1883 (également dans Notices et Extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, t.XXIV, I, p. 125-605).

ÉtudesModifier

Liens externesModifier