Ouvrir le menu principal

Jean Serres

personnalité politique française

Jean Serres
Fonctions
Député des Hautes-Alpes

(6 ans, 3 mois et 28 jours)
Biographie
Nom de naissance Jean, Joseph, Serres
Date de naissance
Lieu de naissance La Roche-des-Arnauds (Hautes-Alpes)
Date de décès (à 68 ans)
Lieu de décès La Roche-des-Arnauds (Hautes-Alpes)
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique Girondins,
puis Majorité
député des Hautes-Alpes

Jean Joseph Serres, né à La Roche-des-Arnauds (Hautes-Alpes) le , mort à La Roche-des-Arnauds le , était membre de la Convention et député au Conseil des Cinq-cents.

BiographieModifier

Fils de Jacques Serres et de Thérèse Delrose, il servit du 15 avril 1780 au 19 mars 1785, comme soldat, puis comme caporal, dans le corps royal d'infanterie de marine. Capitaine (1791-1792) au 2e bataillon de volontaires des Hautes-Alpes, il fut élu, le 4 septembre 1792, député des Hautes-Alpes à la Convention, le 4e sur 5, à la pluralité des voix (224 votants). Il proposa à la Convention des mesures pour empêcher l'exportation des grains et en assurer la libre circulation. Dans le procès du roi il vota avec les modérés, « pour la peine de détention pendant la guerre et le bannissement à la paix ». Il parla sur l'organisation de l'armée, réclama le décret d'accusation contre Marat, fit révoquer l'ordre de départ pour Saint-Domingue de la légion des Américains, et adhéra aux protestations des Girondins contre le 31 mai. Décrété d'arrestation, il ne sortit de prison qu'après le 9 thermidor et fut rappelé à la Convention le 18 frimaire an III. Réélu, le 23 vendémiaire an IV, député des Hautes-Alpes au Conseil des Cinq-cents, à la pluralité des voix, il soutint la réaction dominante et quitta le Conseil en l'an VII. Serres fut nommé, le 14 vendémiaire an XII, conseiller de préfecture des Hautes-Alpes. Il occupa cette fonction jusqu'au 6 septembre 1814, et se rallia à la Restauration qui l'envoya, le 22 août 1814, sous-préfet à Gap. Destitué aux Cent-jours, il fut arrêté chez lui, dans la nuit du 10 au 11 avril 1815, par seize gendarmes ; conduit à Mont-Dauphin, il fut remis en liberté le lendemain par le lieutenant de l'armée royale du Midi, et fut de nouveau arrêté le 5 juillet suivant, par ordre du préfet impérial, comme « extrêmement dangereux ». Le gouvernement royal le fit remettre en liberté le 17, et il fut nommé, le même jour, préfet provisoire des Hautes-Alpes. Appelé, le 20 janvier 1816, à la sous-préfecture d'Embrun, il remplit ces fonctions jusqu'au 11 septembre 1830, date à laquelle il fut remplacé. On lui accorda, le mois suivant, une pension de retraite de 1 190 francs.

MandatsModifier

  • 04/09/1792 - 26/10/1795 : Hautes-Alpes - Girondins
  • 15/10/1795 - 01/01/1799 : Hautes-Alpes - Majorité

PublicationsModifier

  • Convention nationale. Opinion de Joseph Serre,... sur les subsistances... Paris : Impr. nationale, 1792. In-8°, 23 p.
  • Convention nationale. Quelques vérités à la Convention nationale sur la prétendue discussion des bases constitutionnelles, par Joseph Serres,... prononcées dans la séance du... 8 mai... (Paris,) : Impr. nationale, (1793). In-8°, 6 p.
  • Je vous prie de lire jusqu'au bout. Quelques réflexions sur l'instruction publique. (Paris,) : Impr. nationale, (s. d.,). In-8°, Pièce
  • Convention nationale. Joseph Serre, sur la question suivante : la mort de Louis intéresse-t-elle le salut de la République ? Ou plutôt, entre les dangers où nous expose son existence ou sa mort, quel est le moindre ? Prononcée dans la séance du 27 décembre 1792, l'an premier de la République. Imprimé par ordre de la Convention nationale. (A Paris, de l'Imprimerie nationale [1792]). In-8, 12 p.
  • Mémoire sur la suppression des jachères et sur le meilleur mode d'assolement à introduire dans les Hautes-Alpes, par M. Serres,... Gap : Impr. de J. Allier, an XIII (1805). In-8°, 56 p.
  • Convention nationale. Opinion de Joseph Serre, député des Hautes-Alpes, contre l'inviolabilité du Roi. ([Paris.] De l'Imprimerie nationale [1792].).In-8, 10 p.
  • Egalité. Liberté. Au nom de la république française. Proclamation par les représentans du peuple, commissaires dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Var et de l'Ardèche (Signé Auguis, J. J. Serres.). Marseille : imp. de Rochebrun, (s. d.). In-fol. Plano

NotesModifier

SourcesModifier

Articles connexesModifier