Ouvrir le menu principal

Jean Samazeuilh

joueur de tennis français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Samazeuilh.

Jean Samazeuilh
Image illustrative de l’article Jean Samazeuilh
Jean Samazeuilh lors d'une rencontre de Coupe Davis en 1921.
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance
Bordeaux
Décès (à 74 ans)
Mérignac
Prise de raquette Droitier
Palmarès
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple - V(1) - -

Jean-Pierre Fernand Samazeuilh, dit Jean Samazeuilh, né le à Bordeaux et décédé le à Mérignac, est un joueur de tennis, journaliste et écrivain français.

Sommaire

BiographieModifier

Il est le fils de Joseph Samazeuilh, banquier résidant Cours de l'Intendance à Bordeaux, et de Jeanne Seignouret[1]. Il est le cousin du compositeur Gustave Samazeuilh.

Jean Samazeuilh est connu pour avoir été Champion de France en simple en 1921 et en double messieurs en 1923 avec Jean-François Blanchy. Il fut également finaliste de ce tournoi en 1914 et 1922. Il a par la suite participé aux Internationaux de France de tennis à Roland-Garros annuellement jusqu'en 1934 mais sans obtenir de résultat significatif.

En 1920, il dispute le tournoi de tennis des Jeux olympiques à Anvers. Il est battu dès le premier tour en simple par Charles Winslow. Associé en double au bordelais Daniel Lawton, il échoue au second tour contre une paire sud-africaine.

Sélectionné à trois reprises en Coupe Davis, il bat en 1921 le champion indien Sydney Jacob mais ne peu empêcher la défaite de son équipe après son échec contre Mohammed Sleem. En 1923, à l'occasion d'une rencontre organisée dans son club de la Villa Primrose, il s'impose en cinq manches sur le danois Erik Tegner lors du dernier match.

Journaliste sportif de profession et il était titulaire d'une licence de philosophie. Collaborateur auprès de La Petite Gironde puis de Sud Ouest, son successeur après la Guerre, il était aussi chroniqueur tennis au Miroir des sports et à l'Action française de 1929 à 1932 sous le pseudonyme de Jean Zeuilh[2]. Il a couvert plusieurs tournois internationaux à l'étranger, aussi bien à Wimbledon qu'à l'US Open. D'après l'écrivain François Mauriac, il « cultive avec passion les lettres et la musique »[3].

Ce passionné d'aviron et de canoë était membre de la Section du Sud-Ouest du Club alpin français, ainsi que du Canoë Club de France. Connu pour être un spécialiste et l'un des pionniers de la descente des gaves pyrénéens en canoë, il a écrit un ouvrage et plusieurs articles sur le sujet[4].

Sportif complet, il a été vice-champion de France sur 100 mètres en 1911.

PublicationsModifier

  • Nos croisières en canoë canadien, librairie Raymond Picquot, Bordeaux, 1933[5]
  • En marge d'une vie sportive, Delmas, 1938[6]
  • Champions et voyages, L'Indépendant, 1953

DistinctionModifier

  • Médaille d'or de l'Education Physique et des Sports en 1952[7]

RéférencesModifier

  1. Registres paroissiaux d'état civil, archives départementales de la Gironde, acte de naissance n°88
  2. Lucien Dubech, La chronique du sport, sur L'Action française, 2 novembre 1933
  3. La Revue hebdomadaire, juillet 1921
  4. Jean Samazeuilh, La descente des gaves pyrénéens en canoë canadien - Bulletin trimestriel de la Section du Sud-Ouest du Club alpin français, janvier 1933
  5. Critique de Robert Pitrou, sur Les Nouvelles littéraires, 30 juin 1934
  6. Critique, sur Marianne, 26 octobre 1938
  7. Distinction honorifique - Médaille d'or de l'Education Physique, sur Revue pyrénéenne / Section du Sud-Ouest du Club alpin français et Ski-club bordelais, 1952

Lien externeModifier