Ouvrir le menu principal

Jean Ooghe

personnalité politique française

BiographieModifier

Origines et vie familialeModifier

Jean Ooghe est né le à Billy-Montigny. Il a été marié trois fois, sa dernière épouse étant Éva Urbenek avec qui il s'est lié le [1].

Études et formationModifier

Carrière professionnelleModifier

Jean Ooghe était cheminot de profession. Il est actuellement président délégué de l'association nationale des anciens combattants de la Résistance[2].

Carrière politiqueModifier

Dans le département du Pas-de-Calais dont il est originaire, Jean Ooghe s’engagea très jeune dans l’action politique en militant au sein du Parti communiste français. Dans les turbulences internes qui animaient la vie de ce parti, à la suite de la rétrogradation puis de l’exclusion d’Auguste Lecœur[3], en 1954, il devint secrétaire départemental de la Fédération du Pas-de-Calais du PCF. Il intervint[4] lors du XIVe Congrès national, tenu au Havre en juillet 1956, à la suite duquel il fut élu au Comité Central[5] du Parti communiste. Lors des élections législatives de l’automne 1958, puis celles de novembre 1962, le PCF le désigna pour être candidat dans la quatorzième circonscription du Pas-de-Calais. À ces deux scrutins, il obtint plus de 32 % des suffrages, au premier tour. Battu au deuxième tour en 1958 par le candidat socialiste SFIO Fernand Darchicourt, il se désista pour lui en 1962. Il quitta peu après la région du Nord et vint résider en région parisienne. Intégré dans la vie politique de l’Essonne, élu local, il n’était plus élu au Comité Central du Parti communiste à la suite du XVIIIe Congrès, de janvier 1970[6].

Jean Ooghe a été élu conseiller général du canton de Sainte-Geneviève-des-Bois en 1967, maire de Sainte-Geneviève-des-Bois en 1971 puis sénateur de l’Essonne en 1977. Il conserva son mandat conseiller général jusqu’en 1985, de sénateur jusqu’en 1986 et de maire jusqu’en 1990.

Synthèse des fonctions politiquesModifier

Mandats nationauxModifier

Sénateur de l’EssonneModifier

Jean Ooghe a été élu sénateur de l’Essonne le et conserva son poste pour un seul mandat jusqu’au . Au Sénat, il était membre de la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du règlement et de l'administration générale[7].

Mandats locauxModifier

Conseiller général du canton de Sainte-Geneviève-des-BoisModifier

Jean Ooghe est élu au conseil général de l'Essonne lors du deuxième tour des élections qui désignaient le premier conseil général de ce département, le . Il y représentait le canton de Sainte-Geneviève-des-Bois. Les électeurs le réélisent dès le premier tour du scrutin, lors des élections de 1973, puis 1979. La majorité de gauche au conseil général en 1976 le désigna rapporteur général du budget de cette assemblée. Lors du renouvellement des 10 et 17 mars 1985, il ne se représenta pas[8].

Maire de Sainte-Geneviève-des-BoisModifier

Jean Ooghe a été élu maire de Sainte-Geneviève-des-Bois le , il conserva son poste durant quatre mandats avant de céder son siège le à son successeur désigné, Pierre Champion[9].

Distinction Honorifique :
Récipiendaire de la Légion d'honneur remis par François Mitterrand.

Pour approfondirModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

SourcesModifier

  1. Fiche personnelle sur la base de données francegenweb.org Consulté le 08/10/2009.
  2. Carton d'invitation de l'Anacr pour la cérémonie de commémoration de la création du CNR. Consulté le 08/10/2009.
  3. Philippe Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste français, tome 2, p. 360-366.
  4. Les cahiers du Communisme, N° spécial Congrès du Parti communiste français, 1956, p. 183-187.
  5. id. p.414-415-416, composition des organes dirigeants, le Comité Central.
  6. Ph. Robrieux, op. cité, tome 4, Chronologie, p. 809-810.
  7. Fiche personnelle sur le site officiel du Sénat. Consulté le 08/10/2009.
  8. Résultats électoraux publiés par le quotidien Le Monde, datés des 26 septembre et 3 octobre 1967, du 25 septembre 1973, du 20 mars 1979, et du 19 mars 1985. Pour ses responsabilités en 1976, voir Robert Vizet un parcours citoyen, éditions "le Temps des Cerises", Pantin, 2005.
  9. Liste des maires de Sainte-Geneviève-des-Bois sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 08/10/2009.