Ouvrir le menu principal

Jean Hély d'Oissel

homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hély d’Oissel.
Jean Hély d'Oissel
Fonctions
Député de Seine-et-Oise
-
Conseiller général de Seine-et-Oise
-
Maire de Poissy (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Homme politique, banquierVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Autres informations
Propriétaire de
Distinctions

Jean-Léonce-Frédéric, baron Hély d'Oissel (, Paris - , Paris), est un banquier et homme politique français.

BiographieModifier

Petit-fils d'Abdon-Patrocle-Frédéric Hély d'Oissel et fils de Léonce Frédéric Victor Hély d'Oissel conseiller à la Cour de cassation et de Louise Augustine Emilie Gautier, il suit ses études au collège Rollin et au lycée Condorcet, avant de sortir de l'École de Saint-Cyr en 1851, puis de l'Ecole de Cavalerie de Saumur (1854). Officier de cavalerie, il démissionne et rentre au Conseil d'État auditeur dès 1856 et jusqu'en 1870 à sa dissolution.

Il quitte le Conseil d'État après l'adoption du projet de loi sur l'expulsion des princes des familles ayant régné en France.

Chef de cabinet d'Adolphe Vuitry, Conseiller général de 1867 à 1898, il est élu député de Seine-et-Oise en 1889 et maire de Poissy (1867).

Il a été administrateur, puis vice-président et président (28 janvier 1902) de la Société générale, président de la Banque de l'Indochine de 1902 à 1920, vice-président de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest et des Messageries maritimes, ainsi qu'administrateur de plusieurs sociétés.

Il était officier de la Légion d'honneur, officier de l'Instruction publique et commandeur de l'ordre de Saint-Nicolas de Russie.

Époux de Lucie Augustine Thérèse Zangiacomi, gendre de Prosper Zangiacomi, il est le beau-père de Pierre de Ségur. Deux enfants de ce mariage Thérèse Jeanne Augustine Hély d'Oissel et Frédéric Lucien Séraphin Hély d'Oissel. Puis, avec Louise Calixte Levé, les enfants Jeanne Gabrielle, Léonce Henri, Frédéric Louis, Marguerite, Henriette Jeanne, Gaston Clément et Marcelle Rosa Louise, tous sous le nom de Levé.

Habitant 21 rue de l'Arbre Sec (hôtel Escoubleau de Sourdis), puis au château de Villiers à Poissy et au 45 avenue d'Iéna, il entreprend la restauration des bâtiments de l'abbaye de la Bussière, échue à ses parents en 1856. Sa fille la marquise de Ségur continuera cette entreprise[1].

Notes et référencesModifier

  1. Bernard Sonnet, « Le livre de comptes de Xavier Schanosky », Mémoires de la Commission des antiquités, t. 35,‎ 1987-1999, p. 358.

SourcesModifier

  • « Jean Hély d'Oissel », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition] ,
  • Guy Levé, la Saga des Hély d'Oissel

Liens externesModifier