Jean Baptiste Van Merlen

général belge au service de la France et de la Hollande

Jean Baptiste Van Merlen
Jean Baptiste Van Merlen

Naissance
Anvers (Pays-Bas autrichiens)
Décès (à 43 ans)
Waterloo (Empire français)
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau du Royaume de Hollande Royaume de Hollande
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau des Pays-Bas Royaume uni des Pays-Bas
Arme Cavalerie
Grade Général de brigade
Années de service 1788-1815
Conflits Guerres de la Révolution
Guerres napoléoniennes

Jean Baptiste Van Merlen, né le à Anvers et mort le à Waterloo, est un officier de cavalerie belge au service de la Hollande et de la France pendant les guerres de la Révolution française et du Premier Empire.

CarrièreModifier

Entré comme volontaire au service du Brabant en 1788, il passe au service de la France le 15 juillet 1792, comme lieutenant au sein du 1er régiment belge. Intégré à l'armée du Nord, il effectue alors les campagnes de 1793 et 1794 qui conduisent à la création de la République Batave. En 1795, il passe au service de la nouvelle république et intègre la garde royale du nouveau souverain Louis Ier en 1806.

En 1808 en tant qu'officier (puis commandant) du 3e régiment de hussards, il prend part dans la Brigade hollandaise, qui va se battre dans la guerre d'indépendance espagnole.

En 1810, lors de l'annexion de la Hollande par la France, il passe comme colonel au 2e régiment de chevau-légers lanciers de la Garde impériale formé à partir de son ancien régiment de hussards de la garde royale. Il sert alors en Espagne. Il est fait général de brigade le 12 janvier 1813 et combat au sein de la Grande Armée lors de la campagne d'Allemagne et le début de la campagne de France avant d'être fait prisonnier à la fin janvier 1814.

Après la proclamation de l'indépendance des Pays-Bas, englobant l'actuelle Belgique, par Guillaume Ier, Jean Baptiste Van Merlen intègre l'armée du nouvel État[1]. À ce titre, il combat les armées françaises lors de la campagne de Waterloo. À la tête d'une brigade de cavalerie, il charge aux Quatre Bras[2]. Placé en réserve au centre du dispositif anglo-hollandais pendant la bataille de Waterloo, il mène plusieurs contre-charges face aux cuirassiers français[3]. Il est mortellement blessé au cours de l'une d'elles et décède près de Haie-Sainte en fin d'après-midi.

Notes et référencesModifier

  1. Six 2002, p. 60
  2. Damamme 1999, p. 124
  3. Damamme 1999, p. 225

BibliographieModifier

  • Jean-Claude Damamme, La bataille de Waterloo, Perrin, (ISBN 2-262-01528-7)
  • Albert Duchesne, Un général belge de Napoléon : Jean-Baptiste van Merlen, L'Avenir,
  • Georges Six, Les généraux de la Révolution et de l'Empire : Étude, Bernard Giovanangeli Éditeur, (ISBN 2-909034-29-1)