Ouvrir le menu principal

Jean-Philippe Delsol

avocat et essayiste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delsol.
Jean-Philippe Delsol
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Institut de recherches économiques et fiscales (d)
depuis
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
Pseudonyme
Philippe GrésyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
Membre de
Institut de recherches économiques et fiscales (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeur de thèse
Hugues Taÿ (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions

Jean-Philippe Delsol, né le , est un avocat et essayiste français. Il est président et administrateur de l'Institut de recherches économiques et fiscales (IREF).

Sommaire

BiographieModifier

Fils du biologiste Michel Delsol, Jean-Philippe Delsol est docteur en droit (1977)[1]. En collaboration avec son beau-frère Charles Millon (qui a épousé sa sœur Chantal Delsol), il co-fonde au début des années 1970[Quand ?] le cabinet d'avocats Delsol-Millon-Gariazzo (DMG) à Lyon, aujourd'hui devenu le cabinet Delsol Avocats[2].

Membre de l'Association pour la liberté économique et le progrès social[3] qui s'occupait de la promotion du libéralisme économique ainsi que de la concurrence fiscale, il préside l'Institut de recherches économiques et fiscales[4] qui est un « think tank » européen fondé en 2002 par des membres de la société civile issus de milieux académiques et professionnels dans le but de développer la recherche indépendante sur des sujets économiques et fiscaux.

Il est rédacteur à Contrepoints et publie régulièrement dans plusieurs quotidiens nationaux. Il a utilisé le pseudonyme « Philippe Grésy »[5].

De à , il dirige le Libre journal des droits et des libertés sur Radio Courtoisie[6].

Points de vueModifier

En 2013, son livre Pourquoi je vais quitter la France suit des exilés fiscaux pour comprendre pourquoi ils fuient la France[7]. Il prend la parole dans les médias pour dénoncer les augmentations déguisées de la fiscalité en France[8], et critique la politique fiscale du président Macron[9]. Selon lui, 7/12e de notre temps de travail part dans le financement des services publics[10]. Il critique également la surtaxation des échanges numériques par l'État français[11].

Concernant les intermittents du spectacle, il déclare « La liberté de la création culturelle est certes essentielle, mais elle n'est pas la liberté d'être payé pour faire tout et n'importe quoi »[12],[13].

OuvragesModifier

PrixModifier

  • Prix Renaissance de l'économie 2013[14].

Notes et référencesModifier

  1. Thèse sous la dir. d'Hugues Taÿ.
  2. « Enquête sur «la droite» (2). Chez les Millon, l'esprit de belle-famille. C'est le clan de madame qui a les idées et monsieur qui les expose. », sur liberation.fr (consulté le 17 avril 2017)
  3. Présentation de Jean-Philippe Delsol sur le site de l'IREF.
  4. Voir sur fr.irefeurope.org.
  5. Emmanuel Ratier (préf. Henry Coston), Encyclopédie des pseudonymes, t. I, Paris, Faits et Documents, (ISBN 2-909769-10-0), p. 283.
  6. Libre Journal des droits et des libertés.
  7. Johan Rivalland, « Pourquoi je vais quitter la France, de Jean-Philippe Delsol », Contrepoints,‎ (lire en ligne)
  8. Ghislain de Montalembert, « Jean-Philippe Delsol : «Toujours plus d'impôts en 2019» », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  9. Marie Bartnik, « Jean-Philippe Delsol: «Macron accentue les tares de l’impôt sur le revenu» », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  10. Benjamin Izarn, « Jean-Philippe Delsol : « Il faut travailler près de 7/12ème de notre temps pour financer des services publics » », Contribuables,‎ (lire en ligne)
  11. Jean-Philippe Delsol, « Numérique : la grande peur fiscale », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. Alexandra Basset, « Jean-Philippe Delsol de l’IREF : Entre malhonnêteté intellectuelle et goûts de chiotte », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  13. Jean-Philippe Delsol, « Intermittents : Quand la culture «justifie tous les égoïsmes» », Le Figaro Vox,‎ (lire en ligne)
  14. « Prix Renaissance économie », sur cerclerenaissance.info.

Liens externesModifier