Ouvrir le menu principal

Jean-Paul Alaux dit Gentil

peintre et lithographe français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alaux.
Ne doit pas être confondu avec Jean-Paul Alaux.
Jean-Paul Alaux, dit Gentil
Naissance
Décès
(à 69 ans)
Bordeaux
Nom de naissance
Jean-Paul Alaux
Nationalité
Française Drapeau de la France
Activités
Autres activités
Formation
Maître

Jean-Paul Alaux, dit Gentil, né le à Bordeaux, et mort dans la même ville le , est un peintre et lithographe français.

BiographieModifier

Jean-Paul Alaux est le fils du peintre Pierre-Joseph Alaux et de Marie-Rose Gras-Lassalle. Il a deux frères, Jean-Pierre Alaux, dit « Ozou » (né en 1783), et Jean Alaux, dit « le Romain » (né en 1785).

Il entre à l'École des beaux-arts de Bordeaux dans l'atelier de Pierre Lacour, puis intègre l'École des beaux-arts de Paris où il est admis dans l'atelier d'Horace Vernet.

Le , il épouse Marie-Anne dite Eugénie Gué (Le Cap, 1787 - Arcachon, 1868), artiste peintre et musicienne, fille du peintre Jean-Baptiste Gué, et sœur du peintre Julien-Michel Gué. Elle lui donnera six enfants : Marie-Rose, dite Aline Alaux (née en 1813), épouse Bodinier ; Clémence (née en 1814) ; Jean-Paul Louis Gustave Alaux (1816-1882), architecte ; Margueritte (née en 1819) ; Corinne (née en 1822) et Suzanne (née en 1830). Jean-Paul Alaux, dit Gentil, est l'arrière-grand-père de l'architecte homonyme Jean-Paul Alaux (1876-1955) avec lequel il ne doit pas être confondu[1].

Il est nommé conservateur du musée des beaux-arts de Bordeaux, et directeur de l'école des beaux-arts de cette ville. Il devient professeur de dessin au lycée de Bordeaux de 1807 à 1858, ainsi qu'à l'institution des Sourdes-muettes, puis directeur de l'école municipale de dessin et peinture de la ville de Bordeaux.

Il collabore à l'illustration des Voyages Pittoresques et Romantiques dans l'Ancienne France du Baron Taylor. On connaît de lui aussi quelques miniatures.

Collections publiquesModifier

 
Église Sainte-Eulalie, Bordeaux, musée des beaux-arts de Bordeaux.
  • Bordeaux, musée d'Aquitaine : Chartreuse
  • Musée des beaux-arts de Bordeaux :
    • Vue de Bordeaux, 1832, huile sur toile[2]
    • Église Sainte-Eulalie, Bordeaux
    • Vue de Floirac
  • Bordeaux, église Saint-Paul : Ravissement de Saint-Paul, 1830, huile sur toile, 190 x 230 cm, (œuvre disparue)[3]
  • Mairie de Bordeaux, grand salon de l'hôtel de Rohan : deux vues de Bordeaux, huiles sur toile
  • Musée des Arts décoratifs et du Design, Bordeaux :
    • Portrait du duc de Bordeaux bébé (Inv. 66.1.885)
    • Portrait du duc de Bordeaux bébé (v. 1821) (Inv. 58.1.8646)
    • " S. A. R. Monsieur le duc de Bordeaux " (1823) (Inv. 58.1.11373)
    • " S. A. R. Monsieur le duc de Bordeaux dédié aux Français " (Inv. 70.2.675)
  • Château de Compiègne : Sur l'étang des Carpes à Fontainebleau. La frégate du Prince impérial, estampe[4]
  • Château de Nemours : Vue du château de Lesparre, lavis[5]
  • Paris, Bibliothèque nationale de France : Clocher de Darnethal, 1822, mine de plomb[6]
  • Paris, musée d'Orsay : Vieil homme assis dans un fauteuil devant une porte, mine de plomb[7]

SalonsModifier

  • 1827 : Vue de Floirac

Notes et référencesModifier

  1. Christel Haffner Lance, Visions japonaises de Jean-Paul Alaux, du Bassin d'Arcachon au Pacifique, Arcachon, La Librairie Générale, 2018.
  2. notice sur le site de la RMN
  3. Base Palissy[réf. nécessaire]
  4. notice sur le site de la RMN doit être rendue à son arrière-petit-fils homonyme Jean-Paul Alaux (Haffner Lance, 2018, p. 99-100)
  5. notice sur le site de la RMN
  6. Notice de la BnF
  7. notice sur le site de la RMN

AnnexesModifier