Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir David.
Jean-Louis David
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
EpalingesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Activité
Fondateur de la société de coiffure du même nom.

Jean-Louis David, né le à Grasse[1] et mort le [2] à Épalinges (Suisse), est un coiffeur et entrepreneur français.

BiographieModifier

Né le 24 mars 1934 à Grasse, il "monte" vers la capitale dans les années 50. Jean-Louis David se destinait à une carrière dans la mode avant de se diriger vers la coiffure [réf. nécessaire] en étant recruté chez Gabriel Garland, un salon du quartier des Champs Élysées dont le propriétaire possède également la revue de cinéma Cinémonde. De ce fait le salon est très fréquenté par les vedettes du cinéma de l'époque. À peine âgé de 20 ans, il se fait rapidement une réputation en s'occupant de la coiffure de la célébrité hollywoodienne Kim Novak. À 25 ans, il ouvre son premier salon de coiffure à son nom, avenue de Wagram.

Il se fait notamment connaître dans les années 1960 grâce à sa coupe dégradée, puis par différentes innovations comme la résille (décoloration légère, partant de la racine jusqu'aux pointes des cheveux)[3].

Le groupe Jean Louis David[Note 1] se constitue en 1976 puis applique le système de franchise à ses salons de coiffure, système qu'il avait découvert deux ans plus tôt aux États-Unis[4]. Ses établissements affichaient un chiffre d'affaires de 6,7 milliards de francs en 1994 et comptaient, en 1995, 378 salons en France (pour 227 franchisés) et environ 700 à travers le monde (implantés initialement en Mongolie, en Suisse, en Italie, en Espagne, au Québec, en Pologne et au Brésil, avant la Russie et la Corée du Sud)[5]. Il lance également une gamme de produits cosmétiques, et plus particulièrement de produits capillaires vendus en grande surface parmi lesquels shampoings, chouchous, barrettes, masques et laques.

En 1995, sous la direction de Jean-Christophe David depuis 1993, le fils de Jean-Louis David, l'entreprise vend un plan d'épargne aux candidats à la franchise de ses salons afin de conserver ses meilleurs éléments (managers ou premiers coiffeurs)[5].

En 2002, Jean-Louis David vend son groupe à l'américain Régis Corporation[6], associé au groupe français Franck Provost, avant de se retirer à Épalinges en Suisse, pays dont il avait obtenu la nationalité[4].

Il meurt le 3 avril 2019 en Suisse des suites d’un cancer[Lequel ?].

Notes et référencesModifier

  1. Contrairement au prénom composé de son fondateur, il n'y a pas de trait d'union dans le nom de groupe Jean Louis David.
  1. Émilie Veyretout, « Jean-Louis David, coupe de fin », Le Figaro, no 23216,‎ , p. 34
  2. « Le coiffeur Jean-Louis David est mort à 85 ans », sur FIGARO, (consulté le 3 avril 2019)
  3. L'Officiel de la Mode no 627, 1976, p. 144-145
  4. a et b « Jean-Louis David, icône de la coiffure nouvelle vague, est mort », sur Challenges.fr, Challenges (consulté le 7 avril 2019)
  5. a et b Jacqueline Coignard, Jean-Louis David se fait banquier pour garder ses meilleurs coiffeurs, Liberation, 10 mai 1995
  6. OPA sur le groupe de coiffure Philippe Bosc, Fusacq, 18 octobre 2002

Liens externesModifier