Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vibert.
Jean-Georges Vibert
Jehan George Vibert.jpg
Naissance
Décès
(à 61 ans)
Paris
Autres noms
Jehan Georges Vibert
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève
Mouvement
Art anticlérical (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Jean-Georges Vibert, dit Jehan Georges Vibert, né le à Paris et mort le dans la même ville, est un peintre et dramaturge français.

BiographieModifier

 
Tombe de l'artiste à Paris au cimetière du Père-Lachaise.

Jean-Georges Vibert est le fils de l'éditeur d’estampes Théodore Vibert et de Louise-Georgina Jazet. Il est le petit-fils de l'horticulteur Jean-Pierre Vibert (1777-1866).

Il commence un apprentissage artistique chez son grand-père maternel, le graveur Jean-Pierre-Marie Jazet. Plus intéressé par la peinture que par la gravure, il entre dans l'atelier de Félix-Joseph Barrias, puis est admis à l'École des beaux-arts de Paris en 1857[1]. Il y reste pendant six ans dans l'atelier de François-Édouard Picot.

Vibert commence à exposer en 1863 au Salon de Paris avec deux œuvres, La Sieste et Repentir, mais cette première expérience fut un relatif échec[2]. Il rencontre le succès les années suivantes et gagne une médaille au Salon de 1864 pour Narcisse changé en Fleur ; année où il épouse en premières noces, Louise Dietrich (née en 1843), dont il divorcera le 1er juillet 1886.

Médaillé au Salon 1867 et de 1868, il obtient une médaille de troisième classe à l'Exposition universelle de 1878[3] avec plusieurs aquarelles, dont celle de La Cigale et la Fourmi, remarquée par le New York Times[4].

Durant la guerre franco-allemande de 1870, Vibert s'engage et devient tireur d'élite. Il est blessé à la bataille de Buzenval en octobre 1870, blessure qui lui vaut la Légion d'honneur. En 1882, il sera promu au rang d'officier de ce même ordre.

Le 8 septembre 1887, en secondes noces, il se marie avec la comédienne Marie-Émilie Jolly, dite Mademoiselle Lloyd ou Marie-Émilie Lloyd (1842-1897) ; et le 21 octobre 1897, il épouse en troisièmes noces Marie Sanlaville (1847-1930) première danseuse de l'Opéra de Paris, et mère de l'artiste dramatique et professeur de diction Marguerite-Marie Sanlaville (1869-1912).

Vibert présente ses œuvres au Salon jusqu'en 1899. Il y envoie des scènes de genre dixhuitiémistes anecdotiques. Ses tableaux — au ton volontiers ironique — dépeignant des cardinaux dans des situations familières, la tache de vermillon de la soutane de ses modèles attirant particulièrement l'attention, lui valent un grand succès, ce thème étant alors à la mode[5]. La popularité de son travail atteint les États-Unis où il vend ses œuvres à grand prix, notamment à John Jacob Astor IV et William Kissam Vanderbilt. Un grand ensemble de peintures de Vibert est collectionné par Mary Louise Maytag, héritière d'Elmer Henry Maytag (en), pour le compte de l'évêque de Miami Coleman Carroll (en) qui les apprécie beaucoup malgré leurs accents d'anticléricalisme. La collection fut donnée au séminaire de Floride, St. John Vianney College Seminary (en).

Jean-Georges Vibert est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise (4e division)[6].

Œuvre théâtraleModifier

EstampesModifier

Ouvrage didactiqueModifier

Professeur à l'École des beaux-arts, Jehan-Georges Vibert écrivit un volume de 354 pages intitulé La Science de la peinture, publié en 1896, ou il entend exposer « ce qu'on appelle vulgairement : les ficelles du métier », accompagnées de « quelques digressions scientifiques nécessaires parce que certains effets ne peuvent être bien compris si on n'en connaît pas les causes[8] ». Mais, à propos de ceux qui entendent appliquer à la peinture les méthodes de la science et de l'industrie, il estime qu'ils font« grand tort à ceux qui les lisent[9] ».

ÉlèvesModifier

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. (en) Charles Sterling, Margaretta M. Salinger, French Paintings: XIX century, vol. 2, Metropolitan Museum of Art, , p. 196.
  2. (en) Edward M. Knox, Catalogue of the Private Gallery of Valuable Paintings, BiblioLife, , 146 p. (ISBN 978-1110832187), ?.
  3. (en) General Catalogue Of Objects In The Museum, August, 1901, Art Institute Of Chicago, , 390 p. (ISBN 978-1113106995), p. 165.
  4. (en) « French Genre Painters. The few works they exhibit at the fair », New York Times, [lire en ligne].
  5. (en) [PDF] Bill Rau, « When Comedy Went to Church : 19th-Century Cardinal Paintings », dans Fine Art Connoisseur, mars-avril 2011.
  6. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 342
  7. https://www.photo.rmn.fr/archive/17-510654-2C6NU0ATWBCAO.html
  8. Jehan Georges Vibert, La science de la peinture, (lire en ligne), vii-viii.
  9. Vibert 1896, p. 43.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :