Jacques Rasteau

armateur rochelais

Jacques Rasteau (né à La Rochelle le et mort à La Rochelle le ) est un capitaine de navire, négociant, banquier et armateur français.

Jacques Rasteau
Image dans Infobox.
Fonction
Directeur
Chambre de commerce et d'industrie de La Rochelle
-
Jean de Butler (d)
Antoine Pascaud (d)
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Parentèle
Étienne-Isaac Rasteau (d) (petit-fils)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Hôtel Rasteau (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

D'une famille protestant, Jacques Rasteau est le fils de Jacques Rasteau, maître de barque à Marennes, et de Suzanne Hérault.

Il devient capitaine de navire entre 1700 et 1705. Il navigue pour la Guadeloupe en 1706 et La Havane en 1708. L'année suivante, il commande Le Profond pour le roi vers les îles d'Amérique, dont il a un intéressement de 2/6 sur l'armement et la cargaison avec Paul-François de Pont (1661-1744), oncle de sa future épouse.

Marié à Suzanne Sara Seignette, petite-fille de Elie Seignette et nièce de Paul-François de Pont des Granges, il est le père de :

  • Suzanne Sara (1711)
  • Jacques (1712-1769), monnayeur à la Monnaie de La Rochelle, armateur, syndic de la Chambre de commerce, marié avec Marie Elisabeth Paillet
  • Élie Nicolas (1713)
  • Antoine Paul (1714), établi en Louisiane, marié à la fille d'Ignace François Broutin
  • Elisabeth Marie (1715-1720)
  • Marie Marguerite (1716), épouse d'Allard-Élie Belin, monnayeur à la Monnaie de la Rochelle puis armateur, directeur de la Chambre de commerce
  • Marie-Anne (1718-1778), épouse de Jacques Carayon, négociant-armateur, directeur de la Chambre de commerce
  • Esther Charlotte (1720)
  • Jean-Benjamin (1721), capitaine de navire
  • Jacob Nicolas (1722), capitaine de navire puis armateur à Saint-Domingue
  • Elisabeth (1724), épouse de François Louis Giraudeau, seigneur d'Aventon, capitaine de navire et armateur, officier commensal de la maison du roi
  • Gabriel (1725), négociant à La Rochelle et à Port-au-Prince
  • Marie (1726-1801), épouse de Pierre-Elisée Paillet, négociant, puis de Nicolas Suidre, négociant, syndic de la Chambre de commerce
  • Jeanne Esther (1727), épouse de Jean Manié, négociant à Saint-Domingue
  • Pierre-Isaac (-1780), armateur, syndic de la Chambre de commerce et député du commerce, marié avec Suzanne Belin. Père d'Étienne-Isaac Rasteau, président de la Chambre de commerce, et grand-père de Jean-Jacques Rasteau
  • Nicole (-1737), épouse de Jean Vivier, armateur, syndic de la Chambre de commerce
  • Madeleine Henriette (1729-1789), épouse d'André Bernon, maître de la Monnaie
  • Louise Marie Sara (1730), épouse d'Abraham Cassemain, négociant à Marennes
  • Henriette (1733-1796), épouse de Louis Benjamin Seignette, négociant-armateur, syndic de la Chambre de commerce
 
Vue du port de La Rochelle, prise de la petite Rive (Vues des ports de France).

À l'époque de son mariage, il met en place son entreprise d'armement, devenant l'une des plus importants et riches armateurs de La Rochelle. Il arme 25 navires entre 1727 et 1747. Sur cette période, il arrive au second rang des armateurs rochelais avec 67 campagnes (contre 90 pour Théodore de La Croix, 48 pour les Belin et 26 pour Giraudeau), avec une stratégie de diversification. Il arme pour la Guinée dès 1726. Commerçant avec la Nouvelle-France, il serait, selon Émile Garnault, le premier rochelais à armer un navire pour la Louisiane en 1731. Ses navires de droiture partent pour Saint-Domingue, la Nouvelle-Orléans et Cayenne.

Ancien capitaine de navire lui-même, il s'appuie principalement sur ses fils et ses relations familiales pour commander ses navires. Il dispose également d'un réseau de personnes en Europe et dans les îles : les commissionnaires du Port-de-Paix, du Fond-de-l'Île-à-Vache et du Cul-de-Sac, ainsi trois de ses fils et un des ses gendres négociants ou planteurs à Saint-Domingue ; son fils Paul à la Nouvelle-Orléans ; le réseau protestant en Europe (David Bion à Amsterdam, Pierre Boué à Hambourg, Jacob Albert à Londres, Jacques Mousnier et John Morshead Jr à Plymouth).

Il gagne rapidement une importante place et position sociale dans la cité rochelaise. Lors de la création de la Chambre de commerce de La Rochelle en 1719, il prend part à l'élection du député du commerce chargé d'assurer la liaison avec Versailles. En 1721, il compte parmi les 28 négociants qui désignent pour la première fois les deux syndics. Élu quatrième syndic de la Chambre de commerce en 1723 puis second syndic en 1725, il en est élu directeur le 26 octobre 1734, fonction qu'il conserve jusqu'en 1737.

Durant la Guerre de Succession d'Autriche, entre 1743 et 1745, les Anglais s'emparent de quatre de ses navires (Le Lion d'Or, l'Aimable-Suzanne, la Diane et le Saint-Paul), constituant une perte de 2 373 425 livres. Trois de plus sont capturés en 1748 (Saint Jacques, Le Profond et L'Espérance).

Il possède également des magasins à La Rochelle et à Saint-Domingue, une "maison et raffinerie à sucre" située rues de Dompierre (actuelle rue Fleuriau) et de Saint-Yon à La Rochelee, ainsi que des marais salants sur l'île d'Oléron.

En 1748, il se retire des affaires, les laissant à ses fils Pierre-Jacques et Pierre-Isaac.

Sa demeure familiale est située « Grande rive » (actuel quai Duperré), face au port, sur la paroisse Saint-Sauveur. En 1720, il acquiert la maison voisine de Louis Poirel du Gué d'Alleré, conseiller au présidial, et se fait construire, à la place de cette maison et d'une partie de la sienne, un hôtel particulier, en trois corps de logis, évalué à 340 000 livre. Il est également propriétaire d'une maison de campagne à Rompsay, consistant en une borderie avec maison bourgeoise avec jardin, terres, prés et vignes.

SourcesModifier

  • Danielle Pouzache, Jacques Rasteau, armateur à La Rochelle (1727-1747), université de Poitiers, 1969
  • Brice Martinetti, Les négociants de La Rochelle au XVIIIe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2019
  • Émile Garnault, Livre d'or de la Chambre de commerce de la Rochelle contenant la biographie des directeurs et présidents de cette Chambre de 1719 à 1891, E. Martin, 1902
  • Henri Feuilleret, Biographie de la Charente-Inférieure (Aunis & Saintonge), Clouzot, 1877

Notes et référencesModifier