Jaca Navarra

race de cheval espagnol

Jaca Navarra
Juments Jaca Navarra.
Juments Jaca Navarra.
Région d’origine
Région Navarre, Drapeau de l'Espagne Espagne
Caractéristiques
Morphologie Cheval lourd
Registre généalogique Asociación de Criadores de Ganado Equino Jaca Navarra
Taille 1,26 à 1,36 m
Poids 425 à 500 kg
Robe Toujours baie et sans marques blanches
Tête Profil rectiligne ou subconcave
Statut FAO (conservation) En danger mais maintenueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autre
Utilisation Production de viande de cheval

La Jaca Navarra (en basque Nafarroako zaldiko), ou cheval navarrais, est une race de petit cheval de travail originaire de la communauté forale de Navarre, région autonome du nord de l'Espagne. Menacée de disparition au milieu du XXe siècle en raison de la motorisation, la race est désormais protégée, notamment grâce à la création d'un troupeau de référence à Sabaiza. Une association d'éleveurs a été formée en 1999 et un registre d'élevage ouvert en 2001. Deux ans plus tard, le danger d'extinction qui pèse sur la Jaca Navarra est reconnu à son tour.

De nos jours, la race est surtout élevée pour sa viande, dans sa région originelle. Grâce à sa conformation adaptée au marché, ce petit cheval bai très robuste, d'environ 1,30 m, s'élève de manière extensive à l'état semi-sauvage. La population est de quelques centaines d'individus, environ 900 chevaux en 2011.

Étymologie et terminologieModifier

En espagnol, cette race est connue sous une grande variété de noms, dont Poney Navarro, Cheval Navarro, Caballo Vasco-navarro, Caballito de Andía, Caballito (de Andía) de las Améscoas et Caballito (de Andía) de la Barranca[1],[2]. Par le passé, elle a été désignée comme Jaca de Montaña (cheval de montagne), Raza de Pamplona ou Raza Pamplonica (race de Pampelune)[3]. Le nom basque est Nafarroako zaldiko. Le nom de Jaca Navarra provient de la région historique de cette race, la Navarre, Jaca désignant les chevaux d'une taille inférieure à 1,47 m au garrot[4]. Le mot jaca a une histoire inhabituelle, issu du vieil espagnol haca, il provient lui-même de l'ancien français haque, qui est une forme dérivée de Hackney, un district londonien fameux pour ses chevaux[5].

HistoireModifier

Ce cheval de travail rustique est probablement issu des populations équines primitives de la péninsule Ibérique, avec une petite influence du poney celte[4]. Il proviendrait du tronc des races dites Cantabriques-pyrénéennes (cántabro-pirenaico)[6], ce qui l'apparenterait au Pottok, au Garrano, à l'Asturcón et au Mérens[7]. L'étude génétique montre clairement le regroupement de trois races espagnoles d'origine celtiques provenant de l'Atlantique : la Jaca Navarra, le poney galicien et le Pottok, au point que ces trois races ne sont pas systématiquement différenciées[8].

La population connaît une croissance à l'époque où une jument de Navarre était donnée à chaque agriculteur faisant le choix de s'installer dans la région[4]. Une forte réduction d'effectifs intervient au milieu du XXe siècle, du fait de la motorisation des transports et de l'agriculture[1]. En 1972, l'étude géographique de Vicente Bielza de Ory décrit le « poney navarro » comme étant un petit cheval (caballito de escasa alzada) toisant de 1,22 m à 1,32 m, dont les origines remontent à l'Antiquité[9].

En 1982, le gouvernement autonome de Navarre débloque des fonds pour maintenir un noyau de référence de la race Jaca Navarra sur la propriété de Sabaiza. Ce troupeau est géré par ITG Ganadero (Instituto técnico y de gestión ganadero)[10]. Une association d'éleveurs, l’Asociación de Criadores de Ganado Equino Jaca Navarra (JACANA), est formée en 1999[1] et un registre d'élevage ouvert deux ans plus tard[3],[2], quand le type morphologique de la race est défini et fixé. Le 26 mai 2003, la Jaca Navarra est officiellement déclarée comme étant en danger d'extinction[10].

DescriptionModifier

 
Jeunes Jaca Navarra.

Le troupeau de conservation et de référence qui vit à l'état semi-sauvage à Sabaiza est un bon exemple de la race Jaca Navarra[1]. La robe est baie dans toutes ses nuances, sans marques blanches[3].

MorphologieModifier

C'est un petit cheval à tout faire, mesurant en moyenne de 1,30 à 1,35 m au garrot[3], la Federación Española de Asociaciones de Ganado Selecto (FEAGAS) donnant une taille de 1,26 m à 1,36 m[4], pour un poids de 425 à 500 kg[3]. La morphologie est plutôt bien fixée, mais le dimorphisme sexuel est très marqué au niveau du développement corporel et du tronc[11]. La tête est assez grosse[12] et présente un profil rectiligne ou subconcave. L'animal est médioligne[3], d'apparence harmonieuse et bien proportionnée[4]. Le dos est plutôt droit, les côtes sont bien formées et la croupe est arrondie. Les jambes sont plutôt fines, avec une peau mince[12]. Sa morphologie est particulièrement adaptée à la production de viande, bien qu'il soit pénalisé par sa taille relativement modeste en rapport avec les autres races chevalines élevées en Espagne pour ce marché[11].

Tempérament et entretienModifier

La Jaca Navarra est très rustique, et particulièrement adaptée aux biotopes de montagne[4],[12]. Elle est élevée de manière extensive toute l'année dans les hauteurs, forêts et prés communaux d'Espagne, ne bénéficiant d'un complément alimentaire que lors des hivers rigoureux. Les animaux n'ont de contacts avec l'homme qu'au sevrage des poulains ou pour se voir appliquer des soins tels que la vermifugation[3]. Vigoureuse, la Jaca Navarra profite d'une bonne longévité et d'une fécondité importante, elle présente aussi un tempérament marqué[4],[12].

UtilisationModifier

Elle servait historiquement de cheval de travail à la traction, mais de nos jours, la race est surtout élevée pour sa viande[13],[2] tout comme l'autre race équine de la Navarre, le cheval Burguete. La production de viande est devenue son principal objectif d'élevage, de ce fait, la sélection s'oriente vers la recherche d'une morphologie adaptée à ce marché[14].

La race possède aussi un bon potentiel pour le travail de débardage en forêt[3], notamment grâce à son excellent sens de l'équilibre[12]. Une expérience de croisement a été menée en 1992 par l'Instituto Técnico y de Gestión Ganadera de Navarra (Institut de gestion technique et d'élevage de Navarre), entre des juments Jaca Navarra et des étalons de race arabe. Elle a donné des animaux dociles à la morphologie de poney, aptes à la plupart des activités équestres[12]. La Jaca Navarra sert sporadiquement de monture pour les enfants, de cheval de loisirs et de cheval de traction légère[4].

Diffusion de l'élevageModifier

La Jaca Navarra est enregistrée, sur DAD-IS, comme une race locale native d'Espagne, en danger d'extinction[2]. L'étude menée par Rupak Khadka de l'Université d'Uppsala, pour la FAO et publiée en août 2010, la signale comme race locale européenne en danger d'extinction, faisant l'objet de mesures de protection[15]. Elle est classée par le Catálogo Oficial de Razas de Ganado de España dans le groupe des races autochtones en danger d'extinction[16], et comme étant « en danger » par la FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations / Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture)[17].

La population totale est estimée à 240 individus, et en diminution, en 1997, par la FAO[17], puis à 350 en 1999 par ITG Ganadero[1], et de nouveau 250 individus en 2000, par un groupe de chercheurs[8]. En décembre 2003, cette estimation remonte à 390[18]. En mai 2010, une étude d'ITG Ganadero estime la population à 760 chevaux, répartis sur 35 exploitations[10]. En avril 2011, une dernière estimation décompte un cheptel de 899 têtes[3]. La race souffre d'une assez forte consanguinité[10].

L'élevage est très local, exclusivement implanté dans la Navarre[3]. La race est plutôt présente dans le nord-ouest de la région, dans le maquis et les zones boisées des massifs d'Andia et d'Urbasa. Toutefois, quelques Jaca Navarra s'exportent dans les provinces de Castellón, Valence, Alicante et Murcie, où ils servent d'animaux de trait pour de petits véhicules hippomobiles[4].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e (es) « Raza Jaca Navarra », ITG Ganadero (consulté le 7 avril 2011).
  2. a b c et d DAD-IS.
  3. a b c d e f g h i et j (es) « Ganaderia: Raza equino caballar JACA NAVARRA », Ministerio de Medio Ambiente y Medio Rural y Marino (consulté le 7 avril 2011).
  4. a b c d e f g h et i (es) « Jaca Navarra », Feagas - Federación Española de Asociaciones de Ganado Selecto (consulté le 25 décembre 2013).
  5. (es) « Diccionario de la lengua española », Real Academia Española (consulté le 4 janvier 2014).
  6. (es) Jesús Ignacio Fernández Domingo, El caballo y el derecho civil, Editorial Reus, 2010, (ISBN 8429016082 et 9788429016086), p. 22.
  7. (es) Doctor Jesús María Martínez Sáiz, Estudio de la variabilidad genética de la raza equina el caballo Losino, Tesis doctorales - Universidad de Murcia, 2004, (ISBN 8483714469 et 9788483714461), p. 180.
  8. a et b Cañon et al. 2000.
  9. (es) Vicente Bielza de Ory, Tierra Estella: Estudio geográfico, Aranzadi, 1972, p. 204.
  10. a b c et d Gómez et al. 2010, p. 44.
  11. a et b Gómez et al. 2010, p. 47.
  12. a b c d e et f Collectif 2003, p. 81.
  13. (en) « Jaca Navarro », Regional NGO Networks for Agrobiodiversity - Service of the European SAVE Foundation (consulté le 6 octobre 2012).
  14. Gómez et al. 2010, p. 41.
  15. (en) Rupak Khadka, « Global Horse Population with respect to Breeds and Risk Status », Uppsala, Faculty of Veterinary Medicine and Animal Science - Department of Animal Breeding and Genetics, , p. 59 ; 65.
  16. (es) « Ganaderia: Clasificación de Razas », Ministerio de Medio Ambiente y Medio Rural y Marino (consulté en aout 2011).
  17. a et b (en) Beate D. Scherf (dir.), World Watch List for Domestic Animal Diversity, Rome, Food and Agriculture Organization of the United Nations, , 739 p. (ISBN 92-5-104511-9, lire en ligne).
  18. Collectif 2003, p. 57.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • [Cañon et al. 2000] (en) J. Cañon, M.L. Checa, C. Carleos, J.L. Vega-Pla, M. Vallejo et S. Dunner, « The genetic structure of Spanish Celtic horse breeds inferred from microsatellite data », Animal Genetics, vol. 31, no 1,‎ , p. 39–48 (PMID 10690360, lire en ligne)
  • [Collectif 2003] (es) Collectif, Estudio y caracterizacion del sectór equino en España, Ministerio de Agrícultura, Pesca y Alimentacíon, (lire en ligne)
  • [Pérez de Muniain 2008] (es) Alberto Pérez de Muniain, Martín Villanueva Vergara et Saturnino Napal Lecumberri, Nuestros caballos: La Jaca Navarra y el Burguete, Editorial Evidencia Médica, , 239 p. (ISBN 9788493486051)
  • [Dolores et al. 2010] (es) Dolores Gómez, Alberto Pérez de Muniain, Martin Villanueva, Francisco J. Asian, Mermin A. Maeztun, Marta Elena Alonso, Jordi Jordana et Mercedes Valera, « Razas equinas en peligro de Extinción - estudio morfolófico », Navarra agraria, ITG Ganadero,‎ , p. 41-48 (lire en ligne)
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 9 janvier 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 9 janvier 2014 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.