Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Klute.
Jürgen Klute
Illustration.
Jürgen Klute en 2014 à Strasbourg.
Fonctions
Député européen
Élection 7 juin 2009 (Allemagne)
Groupe politique GUE/NGL
Biographie
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Bünde
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Nationalité allemand
Parti politique Die Linke
Profession Pasteur

Jürgen Klute, né le 13 octobre 1953 à Bünde, est un homme politique allemand, député au Parlement européen de 2009 à 2014. Adhérent du parti Die Linke, il faisait partie du groupe Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique, et était membre de la commission des affaires économiques et monétaires. Il était auparavant pasteur protestant.

Sommaire

ÉtudesModifier

Né en octobre 1953, dans la région de Westphalie, au Nord-Ouest de l’Allemagne. Jürgen Klute fait des études en théologie, avec une spécialisation au Brésil en Théologie de la libération. Premier examen de théologie (1982); second examen de théologie (1984).

Expérience professionnelleModifier

Enseignant indépendant à l'Institut de pédagogie théologique de l'Église évangélique de Kurhessen-Waldeck, spécialisé dans les problématiques de la paix et du dialogue interculturel (1982-1986). Aumônier au lycée d'enseignement professionnel de Bad Berleburg (1984-1986). Collaboration au projet « Le monde du travail dans l'industrie et l'Église » conduit par l'association inter-paroissiale de Gladbeck-Bottrop-Dorsten, à Dorsten (1986-1989). Coéditeur et membre du comité de rédaction de la revue AMOS - Kritische Blätter aus dem Ruhrgebiet (depuis 1988). Responsable du comité inter-paroissial d'action sociale (service de l'Église dans le monde du travail) de l'association inter-paroissiale de Herne (1989-2006); trésorier et membre du bureau du « European Contact Group », réseau œcuménique européen du service des Églises dans le monde du travail, ayant son siège à Prague (2001-2006). Directeur d'études du département d'éthique sociale de l'École supérieure de l'Église évangélique de Bochum (2007-2009).

Parcours politiqueModifier

Membre du bureau fédéral du WASG (Alternative électorale Travail et justice sociale), l'un des deux partis ayant donné naissance au parti Die Linke (la gauche) (2006-2007); membre du bureau du parti Die Linke (depuis 2007); membre du bureau de la section de Die Linke de l'arrondissement de Herne (depuis 2007); membre du bureau fédéral du parti Die Linke (depuis 2008); Membre consultatif de la commission des affaires culturelles et des sports de la RVR (communauté de communes de la région de la Ruhr) (depuis 2006).

Travail comme député européenModifier

Jürgen Klute devient député européen en 2009. Il rejoint, comme ces autres collègues de Die Linke, le Groupe de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL)[1]. Depuis le Parlement européen il développe un travail en faveur de ses convictions syndicales et pacifistes.

Délégation européenne avec l'Amérique LatineModifier

Travail informatif et campagne contre les Traités de Libre ÉchangeModifier

Membre plein de la Délégation à l'Assemblée Parlementaire Euro-Latino-Américaine (EuroLat), Jürgen Klute travaille activement pour avoir des relations équitables entre les deux régions. Il devient un ferme opposant aux Accords de Libre Échange (ALE), pour informer la population et ses collègues députés sur ses impacts négatif. Pour cela il interpelle a plusieurs reprises et sur plusieurs formes la Commission Européenne et le Conseil, il organise des conférences avec des paysans, des leaders sociaux qui seront directement impactés par les traités et des politiques latino-américains. Lors de deux derniers sommets d’EuroLat, il impulse des déclarations alternatives, avec des députés progressistes latinos, à Cuenca 2010[2] et Montevideo 2011[3], demandant des accords commerciaux justes, équitables et qui tiennent compte des asymétries.

Ferme défenseur des droits humains, il relaye au niveau européen la campagne commencée par des étudiants colombiens en France, contre l’ex-président colombien Álvaro Uribe qui venait d’être nommé professeur dans une école d’ingénieur. Après deux mois, Uribe est mis dehors et Jürgen interviewé par les médias demande que l’ancien président soit « déclaré persona non grata dans tous les centres d’enseignement »[4].

Il propose à son groupe parlementaire la GUE/NGL, la candidature de la Communauté de Paix de San José de Apartadó, au Prix Sakharov pour la Liberté de Pensée. Sa proposition va faire fort impact au sein du Parlement, et la communauté de paix arrive entre les trois finalistes et permettra de continuer à rendre visible les luttes pacifiques de la population paysanne au sein du conflit armé en Colombie, pays qui venait tout juste de signer le Traité de Libre Échange avec l’UE.

Commission des affaires économiques et monétairesModifier

Jürgen est élu pour son groupe politique la GUE/NGL comme coordinateur de la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement Européen. Il est rapporteur pour la législation « Accès au compte bancaire de base » pour tous les citoyens. Il travaille activement pour une législation du système financier, notamment sur le Dossier MIFID II, pour lequel il organise une grande conférence au sein du Parlement. Il se prononce en faveur de la Taxe pour les transactions financières.

Commission du BudgetModifier

RéférencesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier