Ouvrir le menu principal

Ján Kollár

écrivain et linguiste slovaque
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kollár.
Jan Kollár

Jan Kollar (en slovaque, Ján Kollár), né le 29 juillet 1793 à Mošovce et mort le 24 janvier 1852 à Vienne, est un écrivain (essentiellement poète), archéologue, scientifique et homme politique slovaque, idéologue du panslavisme.

BiographieModifier

Il étudia au lycée luthérien évangélique de Presbourg. Consacré pasteur, il servit à Budapest puis, à partir de 1849, professeur à l'université de Vienne (Autriche). Il fut, à plusieurs reprises, conseiller du gouvernement autrichien sur les affaires relatives à la population slovaque.

Kollar rejoignit le mouvement national slovaque dans la première phase de sa vie.

Il considérait qu'il y avait 4 langues slaves standard : le russe, le polonais, le tchécoslovaque et le serbo-croate. Pour lui le slovaque n'était qu'un dialecte tchèque[1].

Un musée lui est consacré, depuis 1974, dans sa maison natale à Mošovce qui a brûlé en partie le 16 août 1863.

ŒuvresModifier

À côté de ses poésies, il rédigea également des ouvrages techniques.

  • Slávy dcera (La Fille de Sláva) : dans cette œuvre, il exprima ses sentiments à une femme mais cet amour se transforma en amour de la patrie.
  • O literární vzájemnosti mezi kmeny a nářečími slavskĭmi (Sur la réciprocité littéraire entre les tribus Slaves et les vernaculaires).

TraductionsModifier

  • Anthologie de la poésie tchèque et slovaque, trad. Mmes Macurova et Stěpánková, Zdeněk Hrbata, Aleš Pohorský, Messidor / Unesco, 1987
    JAN KOLLAR : La Fille de Slava, sonnets 3, 8, 29 et 50, transcription poétique de Marc Delouze, p. 23-26
  • (en) Ján Kollár, The Daughter of Sláva, trad. Paul Selver, dans Discourses of Collective Identity in Central and Southeast Europe 1770–1945, volume II, Balazs Trencsenyi et Michal Kopecek (dir.), National Romanticism: The Formation of National Movements, Central European University Press, 2007 [lire en ligne]

Notes et référencesModifier

  1. François Fejtő, Requiem pour un empire défunt, Perrin, collection tempus 2014 p. 170

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :