J'aime lire

Magazine mensuel à destination de la jeunesse.

J’aime lire
Image illustrative de l’article J'aime lire
Logo de J’aime lire depuis 2013,
avec sa mascotte Bonnemine.

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuel
Genre Littérature jeunesse
Prix au numéro 5,95 euros
Diffusion 148 154 ex. (ACPM 2017)

206 279 ex. (OJD 2008)

Date de fondation Janvier 1977 (il y a 44 ans)
Éditeur Groupe Bayard
Ville d’édition Paris

Rédacteur en chef Delphine Saulière[1]
Site web jaimelire.com

J’aime lire est un magazine de littérature jeunesse édité depuis 1977 par le groupe français Bayard Presse, destiné aux 7–10 ans. La revue propose chaque mois un roman en plusieurs chapitres, des jeux et une bande dessinée. Très reconnaissable à son petit format et à sa couverture rouge, il est le plus lu des magazines de sa catégorie.

SommaireModifier

La revue est divisée en trois parties[2] :

  1. un roman accessible aux enfants du primaire ;
  2. quelques pages de jeux ;
  3. plusieurs planches de bande dessinée.

Le romanModifier

Chaque numéro commence par un roman illustré, relu par des orthophonistes[2],[3].

Parmi les principaux auteurs du magazine, on retrouve Marie-Aude Murail, Bertrand Fichou, Marie Vaudescal, Sébastien Joanniez, Gérard Pussey, Jennifer Dalrymple, Anne Powell, Michel Amelin, Agnès Bertron, Anne-Sophie Silvestre, Marie-Hélène Delval, Anne-Laure Bondoux, Arnaud Alméras, Christine Hanon, Évelyne Reberg, Fanny Joly, Anne Rivière, Michèle Montmoulineix. Les illustrateurs les plus présents dans le magazine[réf. nécessaire] sont Anne Wilsdorf, Jean-Louis Besson, Michel Guiré-Vaka, Frédéric Joos, Serge Bloch, Boiry, Martin Matje, Jean-François Martin, Mette Ivers, Béatrice Rodriguez, Henri Fellner, Régis Faller, Jacques Azam, Zelda Zonk, Hervé Florès, Frédéric Rébéna, Karine Bernadou. Ils participent également à Pomme d'Api et aux Belles Histoires.

Les bandes dessinéesModifier

Initialement, la revue se termine avec des planches de Tom-Tom et Nana de Jacqueline Cohen et Bernadette Després. Suit une période d’alternance entre Tom-Tom et Nana, Ariol et Fripouille et Malicette. La revue passe alors à deux bandes dessinées par numéro.

Depuis , l’histoire de Tom-Tom et Nana fait une seule page, et de nouvelles séries apparaissent, Anatole Latuile tous les mois et Suzie et Godefroy qui alterne un mois sur l’autre avec Ariol.[Passage à actualiser].

Depuis 2013 au moins, chaque numéro comporte 3 BD : Anatole Latuile, Ariol et La cantoche[4].

HistoriqueModifier

DéveloppementModifier

À l'origine du titre on trouve Jacqueline Kerguéno, orthophoniste et Anne-Marie de Besombes, rédactrice en chef[5]. À travers l'observation du comportement d'enfants vis-à-vis de l'objet livre, l'équipe à l'origine du titre a acquis plusieurs convictions : la nécessité d'illustrer le texte au maximum, de bien le structurer pour que le lecteur s'y retrouve et de développer une histoire qui ne nécessite pas de lire plusieurs pages avant qu'il ne se passe quelque chose[6].

Le lancement du magazine est annoncé dès 1976 en souscription[7]. Le premier numéro y était annoncé avec une couverture intitulée « un renard à la maison ». En raison d'une recrudescence des cas de rage signalés à cette période, ce numéro est retiré de la vente et le numéro 1 issu d'un retirage est alors « le secret de la chambre au coucou »[8].

En 2017, à l'occasion des 40 ans du titre, J'aime lire sort un numéro hors-série de 206 pages qui reprend 10 de ses « romans cultes »[9] :

  • Le mot interdit, 1982
  • La princesse et le nain vert, 1984
  • Lʼenfant bleu, 1991
  • Les Patacolors, jʼadore !, 1992
  • Journée poubelle pour Gaëlle, 1995
  • Un Martien dans le frigo, 1998
  • Les bestioles, 2009
  • Une grand-mère au grand cœur, 2011
  • Capitaine Catalina, 2012
  • Ma copine Vampirette, 2014

DiffusionModifier

À l'occasion des 40 ans du titre, de nombreux médias indiquent un chiffre de 2,5 millions de lecteurs mensuels pour la revue, en rapportant l'information à l'enquête Ipsos junior connect 2017 commandée par plusieurs éditeurs de presse jeunesse[10]. Les résultats de l'enquête 2018, disponibles en ligne, font état d'un lectorat pour J'aime lire établi à 1 628 000, pourtant en progression par rapport à l'année précédente[11].

En termes de diffusion, l'alliance pour les chiffres de la presse et des médias fait état d'une diffusion totale payée de 161 658 exemplaires pour l'année 2019. Cette valeur est en progression constante depuis 2016 au moins. La part d'abonnement compte pour plus de 90% des exemplaires vendus[12].

Identité visuelleModifier

Le titre J’aime lire est reconnaissable grâce à ses couvertures encadrées de rouge[13], à son logotype de couleur jaune, et à sa mascotte anthropomorphique, un crayon nommée Bonnemine, de couleur bleue depuis 1979. Le lettrage du logotype et le dessin de la mascotte ont connu de nombreuses variations au cours des années[14].

En 2010, Bonnemine est redessiné par Guillaume Clairat, alias Ohm, dans un style d’inspiration manga et kawaii[15].

PostéritéModifier

Chaque année les lecteurs du magazine décernent le « Bonnemine d'or » à leur numéro préféré[16]. Le concours existe depuis plus de 20 ans[17].

Certains romans sont, après deux ans, publiés en poche, dans une collection à l'identité visuelle revisitée à l'occasion des 40 ans du titre et qui met en avant la marque J'aime lire et sa couleur[18]. La collection compte environ 150 titres publiés. Parmi les héros récurrents de J'aime lire, on peut citer L'espionne de Marie-Aude Murail et Frédéric Joos, et Crapounette de Bertrand Fichou et Anne Wilsdorf.

Quelques titres de la collection se retrouvent dans la liste des livres sélectionnés par le ministère de l'Éducation nationale, notamment La villa d'en face de Boileau-Narcejac[19].

Le magazine a décerné annuellement de 1995 à 2014, suivant les suffrages de ses petits lecteurs, un prix Tam-Tam au salon du livre jeunesse de Montreuil[20].

En partenariat avec les librairies Cultura, J'aime lire attribue chaque année le Prix du Premier Roman 7-10 ans[21].

Autres titresModifier

J’aime lire est édité en anglais depuis 1996 sous le titre « Adventure Box »[14],[22], et en catalan depuis 1994 en tant que « Tiro Liro »[14]. Il est également édité en castillan sous le titre de « Leo Leo » depuis 1986, en chinois comme « Red Apple » depuis 1977, et en Afrique francophonie en tant que « Planète J’aime Lire » depuis 2014[réf. souhaitée].

La revue a donné naissance à d’autres revues de lecture, basées sur le même principe mais pour différentes tranches d’âges : Je bouquine, destinée aux adolescents de 12–15 ans ; J'aime lire Max (DLire jusqu’en 2014), pour les 9–13 ans ; Mes premiers J'aime lire, pour les plus jeunes apprenant à lire, au départ conçu comme un hors-série pour le premier trimestre du CP, et devenu un magazine à part entière[23].

J’aime lire a également inspiré des revues similaires chez les éditeurs Fleurus, Milan, etc[réf. souhaitée].

Notes et référencesModifier

  1. « Qui sommes-nous ? » sur le site de J’aime lire
  2. a et b « Chaque mois, un rendez-vous avec la lecture » sur le site de J’aime lire
  3. « Qui fait J’aime lire ? » sur le site de J’aime lire
  4. « Tous les sommaires des magazines jeunesse J'aime lire - Année 2020 », sur J'aime lire (consulté le 27 janvier 2021)
  5. Guillaume Lecaplain, « «J'aime lire», 40 ans, raconté par ceux qui l'ont écrit ou dessiné », sur Libération.fr, (consulté le 27 janvier 2021)
  6. Jacqueline Kerguéno, « Pour les lecteurs débutants - lisibilité du texte et des image », La Joie par les livres, no 71,‎ (lire en ligne)
  7. « Publicité lancement J'aime lire (1976) », sur jaime-lire.wifeo.com (consulté le 27 janvier 2021)
  8. « BnF - La presse à la Une », sur expositions.bnf.fr (consulté le 27 janvier 2021)
  9. Florent D., « Depuis 40 ans, certains assurent “J'aime Lire” : ça va être leur fête », sur ActuaLitté.com, (consulté le 27 janvier 2021)
  10. Thomas Chenel, « « J'aime lire » en pleine forme pour ses 40 ans », sur Les Echos, (consulté le 27 janvier 2021)
  11. Matthieu Guillaume, « Junior Connect' 2018 - Jeunes et medias : une consommation toujours dynamique et diversifiée ! », sur Ipsos, (consulté le 27 janvier 2021)
  12. « J'Aime Lire - ACPM », sur www.acpm.fr (consulté le 27 janvier 2021)
  13. Par exemple : la couverture du no 1 (1977) et la couverture du no 436 (2013)
  14. a b et c « Bonnemine nous raconte l’histoire de J’aime lire entre 1977 et 2010 » sur Facebook
  15. « Créé sur la base du dessin manga, nous explique Frédéric Benaglia, directeur artistique de Bayard Jeunesse, un univers graphique aujourd’hui incontournable auprès des enfants, particulièrement le style Kawaii, Bonnemine a été redessiné en collaboration avec Guillaume Clairat »Article « Bonnemine-Senseï » sur le site de Graphéine
  16. « Les jeux et concours de J'aime lire, Bonnemine d'or, J'aime écrire », sur J'aime lire (consulté le 27 janvier 2021)
  17. Hoestlandt, Jo et Bloch, Serge, J'aime lire. 278, mars 2000. Tempête à la maison, Bayard Presse, (lire en ligne)
  18. Fred Ricou, « J'aime lire : une nouvelle vie pour les romans jeunesse », sur ActuaLitté.com, (consulté le 27 janvier 2021)
  19. « La littérature à l'école : liste de références pour le cycle 3 », sur Académie de Paris, (consulté le 27 janvier 2021)
  20. « Tam-Tam du livre de jeunesse », sur ricochet-jeunes.org (consulté le 10 octobre 2019)
  21. « Talents à Découvrir Jeunesse - Livre Jeunesse - Cultura », sur www.cultura.com (consulté le 15 juillet 2017)
  22. Adventure Box au Royaume-Uni, Adventure Box à Hong-Kong
  23. Mes premiers J’aime lire sur le site de J’aime lire

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Agnès Auschitzka, « « J'aime lire » : une belle histoire qui n'en finit pas de plaire 1977-2002 », La Croix,‎

Lien externeModifier