Izlan

forme poétique

Izlan, pluriel du terme amazigh Izli, qui signifie étymologiquement « fluide » comme terme générique, désigne à la fois un très court poème à mélodie et à rythme fixe à emploi large qu’il s’agisse de « tamawayt », de « timnadin », de « tagezzumt » ou autres mais avec la particularité d’être un poème de deux vers, mais également des chants amazighs, que l'on retrouve partout à travers le Maghreb.

Dans le Rif, les izlan se disent « izran » (au singulier : izri)[1], les Rifains transformant les "l" en "r".

En Oranie (Algérie), dans la région de Tlemcen, les izran sont chantés exactement comme dans le Rif (Maroc), accompagnés de l’adjoun. Ils sont notamment chantés en darja, et de nos jours, moins en amazigh dans les régions arabisées.

Notes et référencesModifier

  1. Abdellah Bounfour, Amar Ameziane, Anthologie de la poésie berbère traditionnelle (Tachelhit, taqbaylit, tarifit, tamazight)

ARticles connexesModifier

BibliographieModifier