Ouvrir le menu principal

Iouri Galanskov

Poète et dissident soviétique
Iouri Galanskov
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 33 ans)
Barashevo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Kotlyakovo Cemetery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Moscow Institute for History and Archives (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Iouri Timofeïevitch Galanskov (en russe : Юрий Тимофеевич Галансков), né le 19 juin 1939, à Moscou et mort le 4 novembre 1972 à Barachevo, est un poète et dissident russe et soviétique.

BiographieModifier

Iouri Galanskov est né le 19 juin 1939, à Moscou dans une famille d'ouvriers[1]. Il exerce d'abord dans différents métiers, comme photographe technique, laborantin ou électricien dans un théâtre[2]. En 1960, il s'inscrit aux cours par correspondance de la Faculté d'histoire de l'Université d'État de Moscou (ru)[1], mais il est exclu après le deuxième semestre. En 1965 il suit les cours du soir à l'Institut d'État des archives historiques de Moscou[1].

Entre 1959 et 1961, il participe aux lectures militantes de textes poétiques sur la place Maïakovski[1]. Il y lit son poème Manifeste humain[3] («Человеческий манифест»)[1].

Ses opinions politiques sont assez éclectiques. Elles associent des éléments anarchistes et pacifistes, solidaristes, et radicalement antisoviétiques[2]. L'année précédant son arrestation, il coopère étroitement avec l'Union des solidaristes russes, et en devient membre[1].

Au début des années 1960, certains opposants auraient sérieusement envisagé la possibilité de formes violentes de lutte contre le régime, mais Iouri Galanskov, partisan constant de la non-violence, est alors à l'initiative de la création de l'Union mondiale des partisans du désarmement universel («Всемирного Союза сторонников всеобщего разоружения») et écrit pour la future organisation un projet de programme[4].

En 1961, il fait partie du groupe qui édite le recueil de samizdat Phenix n°1 («Феникс»)[4]. Y figurent ses poèmes Manifeste humain et Prolétaires de tous les pays, unissez-vous («Пролетарии всех стран, соединяйтесь»)[4]. En 1962, ce recueil est à nouveau publié en Allemagne par la revue en langue russe «Грани» (n° 52). Il est l'auteur du deuxième numéro de Phenix (ou Phenix-66)[1], qui est publié de façon indépendante.

Iouri Gasdankov participe le 5 décembre 1965 au meeting de la transparence (ru) à Moscou[1]. À la suite de cette manifestation, il est arrêté le 19 janvier 1967[1]. Le 12 janvier 1968, avec A. Ginzburg, qu'il a aidé dans la rédaction du Livre blanc sur le procès Siniavski-Daniel (ru)[1], il est condamné à 7 ans de camp à régime strict.

Il purge sa peine dans le camp n°17 en Mordovie. Déjà atteinte d'un ulcère aux intestins, sa santé se dégrade[4]. Il prend néanmoins part à des mouvements de protestation pendant son emprisonnement, dont une grève de la faim[4].

Il meurt le dans l'hôpital du camp, à Barachevo, à la suite d'une septicémie, après une opération réalisée par le médecin du camp, qui n'a pas la qualification de chirurgien[1],[4].

Le , ses restes sont transférés à Moscou, au cimetière Kotliakovski[5].

ŒuvreModifier

Wolfgang Kasack porte l'appréciation suivante sur ses écrits [6]:

« Le lyrisme de Galanskov est  caractérisé par la force de ses images et souvent, elle se transforme en une prose rythmée, criant le désespoir, et se libérant  d'obsessionnelles visions de la violence. »

Une partie de ses écrits a été traduite et publiée en français par l'Âge d'homme en 1990, sous le titre Le manifeste humain[7].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j et k (ru) « Антологии самиздата. Галансков Юрий Тимофеевич » [« Anthologie du samizdat. Galanskov Iouri Timofeïevitch »], sur antology.igrunov.ru
  2. a et b (ru) « Юрий Галансков » [« Iouri Galanskov »], sur Поэзия Московского Университета от Ломоносова и до ... [Poésie de l'Université de Moscou, de Lomonossov à ...] (www.poesis.ru) (consulté le 1er septembre 2018)
  3. Traduction française : « Manifeste humain », La presse clandestine en U.R.S.S., 1960-1970, Nouvelles Editions Latines, 1970 (consulté le 1er septembre 2018).
  4. a b c d e et f (ru) « Галансков Ю. Т. » [« Galanskov I. T. »], Правозащитники Против Пыток,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2018)
  5. (ru) Н. Митрохин (N. Mitrokhine), « Юрий Тимофеевич Галансков », dans Биографического словаря "Диссиденты Восточной и Центральной Европы" [Dictionnaire biographique « Dissidents de l'Europe centrale et de l'Europe de l'Est »] [« Iouri Timofeïevitch Galanskov »] (lire en ligne)
  6. Казак В. Лексикон русской литературы XX века = Lexikon der russischen Literatur ab 1917 / [пер. с нем.]. — М. : РИК «Культура», 1996. — XVIII, 491, [1] с. — 5000 экз. — (ISBN 5-8334-0019-8).
  7. Youri Galanskov (Textes de Youri Galanskov réunis par Jil Silberstein et précédés par les témoignages de V. Boukovsky, N. Gorbanevskaïa, A. Guinzbourg et E. Kounetzov), Le Manifeste humain, Lausanne, L'Âge d'homme,

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (ru) « Антологии самиздата. Галансков Юрий Тимофеевич » [« Anthologie du samizdat. Galanskov Iouri Timofeïevitch »], sur antology.igrunov.ru ;
  • (ru) « Галансков Ю. Т. » [« Galanskov I. T. »], Правозащитники Против Пыток,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2018) ;
  • (ru) « Юрий Галансков » [« Iouri Galanskov »], sur Поэзия Московского Университета от Ломоносова и до ... [Poésie de l'Université de Moscou, de Lomonossov à ...] (www.poesis.ru) (consulté le 1er septembre 2018) ;
  • (ru) Н. Митрохин (N. Mitrokhine), « Юрий Тимофеевич Галансков », dans Биографического словаря "Диссиденты Восточной и Центральной Европы" [Dictionnaire biographique « Dissidents de l'Europe centrale et de l'Europe de l'Est »] [« Iouri Timofeïevitch Galanskov »] (lire en ligne) ;
  • (de) Wolfgang Kasack, Lexikon der russischen Literatur ab 1917, Kröner, (ISBN 9783520451019, OCLC 3166696) ;
  • (ru) Казак В. (W. Kasack), Лексикон русской литературы XX века [« Lexikon der russischen Literatur ab 1917 »], Moscou, РИК «Культура»,‎ , 491 p. (ISBN 5-8334-0019-8).

Liens externesModifier