Iouri Bondarev

écrivain russe

Iouri Vassilievitch Bondarev (en russe : Ю́рий Васи́льевич Бо́ндарев), né le à Orsk (URSS) et mort le à Moscou (Russie)[1], est un écrivain soviétique puis russe de langue russe[2].

Iouri Bondarev
Image dans Infobox.
Youri Bondarev en 2014.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Юрий Васильевич БондаревVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
Partis politiques
Membre de
Grades militaires
Capitaine
Senior sergeant (en)
Sergent
Mladshy leytenant (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Mouvement
Genres artistiques
Roman, récit (en), nouvelle, essaiVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Honorary citizen of Volgograd (d)
Médaille du Jubilé des « 65 ans de la victoire dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945 » (en)
Médaille du Jubilé des « 70 ans de la victoire dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945 » (en)
Médaille du Jubilé des « 50 Ans des Forces armées de l'URSS » (en)
Order of the Badge of Honour (d)
Médaille du Jubilé des « 40 ans de la victoire dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945 » (en)
Médaille du Jubilé des « 50 ans de la victoire dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945 » (en)
Médaille du 30e anniversaire de la Victoire sur l'Allemagne
Médaille du Jubilé des « 60 Ans des Forces armées de l'URSS » (en)
Étoile de l'amitié des peuples
Ordre du Courage personnel de la République Moldave (d)
Médaille du Jubilé des « 70 ans des Forces armées de l'URSS » (en)
Ordre de la Guerre patriotique
Garde soviétique
Wound stripe (en)
Médaille du Jubilé des « 20 ans de la victoire dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945 » (en)
Médaille du Jubilé des « 60 ans de la victoire dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945 » (en)
Médaille du centenaire de la naissance de Lénine (en)
Médaille pour la Défense de Stalingrad
Médaille pour la victoire sur l'Allemagne dans la Grande Guerre patriotique de 1941-1945
Médaille de Vétéran du Travail (en)
Médaille du Courage ( et )
Ordre de l'Insigne d'honneur ()
Ordre de Lénine ( et )
Prix Lénine ()
Médaille Alexandre Fadeïev (d) ()
Ordre du Drapeau rouge du Travail ()
Prix frères Vassiliev (en) ()
Prix d'État de l'URSS ( et )
Ordre de la Révolution d'Octobre ()
Médaille « marteau et faucille » (d) ()
Ordre de la Guerre patriotique de 1re classe ()
Ordre de l'Amitié des peuples ()
Mikhail Sholokhov International Award for Literature and Science (d) ()
Q4091847 ()
Prix Iasnaïa Poliana (en) ()
Patriarchal Literary Prize ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Orenburg Military College graduates.JPG
plaque commémorative

Membre de l'Union des écrivains soviétiques, il est l'auteur entre autres du roman La Neige en feu (1970), adapté au cinéma par Gabriel Egiazarov en 1972.

BiographieModifier

Iouri Bondarev est le fils de Vassili Bondarev (1896-1988), un enquêteur de la milice, et de son épouse, Klavdia Bondareva (1900-1978).

Il est mobilisé dans l'Armée rouge lors de la Seconde Guerre mondiale, il recevra plusieurs décorations. Il participe notamment à la bataille de Stalingrad. Vers la fin de la guerre, il suit une formation à l'école d'artillerie d'Orenbourg, dont il sort diplômé en .

Après la guerre, il fait des études à l'Institut de littérature Maxime-Gorki (1945-1951).

Il fait ses débuts dans la presse en 1949. Son premier recueil d'histoires, Sur le grand fleuve, est publié en 1953.

Il est député du 11e Soviet des nationalités de l'URSS (1984-1989) de l'oblast autonome des Karatchaïs-Tcherkesses.

Lors de la XIXe conférence du PCUS, le , Iouri Bondarev a fermement condamné le dénigrement du passé soviétique par la presse et à la télévision.

Membre du comité central du Parti communiste de la RSFSR en 1990-1991, il signe en 1991 la lettre ouverte de douze hommes politiques et hommes de lettres publiée dans le quotidien Sovietskaïa Rossia mettant en garde contre la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev[3].

En 1994, il a publiquement refusé de recevoir des mains de Boris Eltsine l'ordre de l'Amitié des peuples à l'occasion de son 70e anniversaire.

Il a été président du conseil d'administration de l'Union des écrivains de Russie entre 1991 et 1994.

DécorationsModifier

ŒuvresModifier

  • Le Calme, collection Littératures soviétiques, Gallimard, 1963 ((ru) Тишина, 1962)
  • La Panique, collection Littératures soviétiques, Gallimard, 1966 ((ru) Двое, 1964)
  • La Neige en feu, Éditions du Progrès, 1973 ((ru) Горячий снег, 1970)
  • D'une rive l'autre, collection Littératures soviétiques, Gallimard, 1980 ((ru) Берег, 1975)

NotesModifier

  1. (ru) « Умер писатель Юрий Бондарев », sur tass.ru, 29 mars 2020
  2. Victor Terras, Handbook of Russian Literature, Yale University Press, , 558 p. (ISBN 0-300-04868-8, lire en ligne), p. 59
  3. Alexis Berelowitch, « Le nationalisme russe », Politique étrangère, vol. 57, no 1,‎ , p. 35-41 (lire en ligne)

Liens externesModifier