Ion Druță

écrivain moldave
Ion Druță
Description de l'image Stamp of Moldova md105cvs.jpg.
Nom de naissance Ion Druță
Naissance (94 ans)
HorodișteSoroca, Royaume de Roumanie
Nationalité Moldave, russe
Activité principale

Ion Druță, né le à Horodiște, est un écrivain, poète, dramaturge et historien de la littérature moldave, membre d'honneur de l'Académie roumaine[1].

BiographieModifier

 
Ion Druță et Grigore Vieru au début des années '90, à l'Ambassade de la République de Moldova à Bucarest

Fils de paysans, Ion Druță nait le , dans le village de Horodiște, dans le comté Soroca du Royaume de Roumanie (maintenant dans le district de Dondușeni, République de Moldavie).

Diplômé de l'école de foresterie il devient secrétaire d'un selsoviet, puis effectue son service militaire obligatoire en 1947-1951. Membre du Komsomol en 1945-1956. En 1957, il est diplômé des cours littéraires supérieurs au sein de l'Institut de littérature Maxime-Gorki.

Ion Druță commence à être publié au début des années 1950. Il travaille dans les journaux Țăranul sovietic, Moldova socialistă (qui devint plus tard Moldova Suverană) et le magazine Femeia Moldovei. Le premier volume de Schițe și nuvele, La noi în sat, paraît en 1953, suivi par d'autres œuvres de prose courte et les romans Frunze de dor et Povara bunătății noastre.

Depuis 1969, il est établi à Moscou, en Russie, en publiant en anglais et en russe[2],[3].

Ses œuvres Frunze de dor, Balade din câmpie, Ultima lună de toamnă, Povara bunătății noastre, Clopotnița, Horodiște, Întoarcerea țărânii în pământ, Biserica albă, Toiagul păstoriei font partie du patrimoine de la littérature contemporaine moldave[3].

Récompenses et honneursModifier

Ion Druță est décoré de plusieurs ordres et médailles (ordre de Lénine en 1988, ordre du Drapeau rouge du Travail en 1960 et 1984, ordre de l'Amitié des peuples) et détient le titre d'écrivain du peuple. En 1967, pour la pièce de théâtre Casa Mare, le roman Ultima lună de toamnă et le roman Balade din câmpie (la première partie de la dilogie Povara bunătății noastre) Ion Druţă reçoit le Prix d’État de la RSS Moldave[4].

En 1987[4], il devient le président d'honneur de l'Union des Écrivains de la République de Moldavie, un poste auquel il est élu à l'unanimité lors de l'assemblée générale des écrivains.

En 1990, il est élu membre d'honneur de l'Académie roumaine, et, le , membre de l'Académie des sciences de Moldavie[5]. Il a été inclus dans la liste des dix écrivains de l'année 1990 (Moldova Literară, ).

L’œuvre de Druță est appréciée par ses contemporains. Selon le critique littéraire moldave Mihai Cimpoi (en), « par ses caractéristiques essentielles, le travail de Ion Druță ... exprime la résistance morale et spirituelle à tout ce qui sape les notions du national, de l'humain, du sacré ». Selon Wolfgang Kasack, « Les œuvres de Druță expriment son amour pour la Moldavie et tout particulièrement pour la paysannerie moldave. Elles se distinguent par la profondeur de sa perception religieuse et éthique du monde ».

Le , il reçoit le prix d'État de Moldavie, pour une contribution exceptionnelle au développement de la culture et de la littérature nationale et universelle[6].

Le , Ion Druță devient le premier chevalier de l'ordre de Bogdan Ier le Fondateur. Le président de la République de Moldavie Vladimir Voronin le reçoit « en signe de profonde gratitude pour sa contribution spéciale à la renaissance nationale, pour les mérites dans le développement des relations culturelles avec les pays étrangers et prodigieuse activité afin d'accroitre le prestige international de la Moldavie »[7],[8].

ŒuvresModifier

Œuvres dramatiquesModifier

  • Casa Mare (1959)
  • Păsările Tinereții noastre (1971)
  • Doina (1979)
  • Cervus divinus (1977-1981, 1987)
  • Sfânta sfintelor (1977)[2]

Histoires courtesModifier

  • Sania, roman
  • Toiagul păstoriei, roman
  • La noi în sat (1953), un volume de dessins et d'histoires courtes
  • Ultima lună de toamnă, roman
  • Samariteanca, roman
  • Horodiște

RomansModifier

  • Frunze de dor (première édition, Editura de Stat a Moldovei, 1957)[9] - réédité de nombreuses fois
  • Povara bunătății noastre - dilogie (1963; 1968) (le premier livre intitulé Balade din câmpie est apparu en 1963, et dilogia integrală paru à Moscou en 1968)[3]
  • Clopotnița
  • Întoarcerea țărânii în pământ
  • Biserica albă
  • Păsările tinereții noastre (1971)

RéférencesModifier

BibliographieModifier

  • 1963 : Очерк истории молдавской советской литературы, М.
  • 1969 : Шпак И., Скрииторий Молдовей Советиче. Индиче биобиблиографик, Кишинэу,
  • Bol'șaia Sovetskaia Entsiklopedia., Moskva, Izd-vo BSE
  • Enciclopedia Sovietică Moldovenească, Chișinău, ESM, volumul 2
  • 1982 : Sovetskii Entsiklopediceskii Slovar, M., Izd-vo «Sovetskaia entsiklopedia»
  • 1986 : Literatura și Arta Moldovei, Chișinău, ESM, volumul 1
  • Calendar Național, Biblioteca Națională a Republicii Moldova, Chișinău. Ed. 1998, 2003
  • Localitățile Moldovei, Enciclopedie., Chișinău, Ed. Drăghiște, volumul 5 (Hоrodiște)
  • 2004 : Dicționar Enciclopedic „Cartier”. Nume proprii., Chișinău-Bucarest, Editura Cartier
  • 2009 : Bol'șoi Rossiskii Ențiklopediceskii Slovar., M., Izd-vo „Drofa”, Naucinoe Izd-vo Bol'șoi Rossiskoi Entsiklopedii
  • 2010 : Enciclopedia Ilustrată Britannica, B.-Ch., Editura Literă, volumul 5

Liens externesModifier