Instrument à cordes pincées

appartenir au groupe des instruments à cordes

Un instrument à cordes pincées est un instrument de musique dont les cordes sont pincées, le plus souvent manuellement (à mains nues ou à l'aide de plectres), ou mécaniquement.

Instruments à cordes pincées
Image illustrative de l’article Instrument à cordes pincées
Miniature d'un manuscrit carolingien du IXe siècle montrant un instrument à cordes pincées avec un plectre.

Classification Instrument à cordes

Familles

modifier

Les instrument à cordes pincées inclut différentes familles telles que :

Instruments à cordes pincées manuellement

modifier

Les cithares

modifier

Le terme cithare désigne en organologie une famille d'instruments ayant la particularité d'avoir les cordes de jeu tendues d'un bout à l'autre de la caisse de résonance (sans manche).

Cette famille englobe donc divers instruments de musique tels que la cithare proprement dite mais aussi guqin, guzheng, harpe, kannel, lyre, valihaetc.

Les luths

modifier

Dans le système Hornbostel-Sachs, le terme luth désigne de manière générale tout instrument ayant les cordes parallèles à un manche.

Exemple : Balalaïka, banjo, chanza, guitare, kora, mandoline, pipa, sanxian, sitar, théorbeetc.

Instruments à cordes pincées mécaniquement

modifier

Exemple : le clavecin, l'épinetteetc.

Instruments à cordes pincées en musique électronique

modifier

En synthèse sonore et plus largement en musique électronique, l'aspect des cordes pincées peut être simulé à l'aide de différents algorithmes de synthèse par modélisation physique, tels que l'algorithme de Karplus-Strong et ses dérivés[1].

Notes et références

modifier
  1. Aline Hufschmitt, « La synthèse par guides d'ondes », La synthèse par modèles physiques,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier
 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Instrument à cordes pincées.

Bibliographie

modifier
  • Hélène Charnassé et France Vernillat, Les instruments à cordes pincées, Paris, P.U.F., coll. « Que sais-je ? » (no 1396), , 1re éd., 128 p.
  • Norbert Dufourcq, Le clavecin, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », (réimpr. 1967), 3e éd. (1re éd. 1949), 127 p.