Ouvrir le menu principal

Institut kurde de Paris

Fondation culturelle

Institut kurde de Paris
Situation
Création
Siège Paris
Coordonnées 48° 52′ 39″ N, 2° 21′ 04″ E
Dirigeant Kendal Nezan

Site web www.institutkurde.org

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Institut kurde de Paris

Géolocalisation sur la carte : 10e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 10e arrondissement de Paris)
Institut kurde de Paris

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Institut kurde de Paris

L'Institut kurde de Paris, créé le , est un organisme culturel indépendant qui n'est pas politisé et qui se veut laïc. Après dix années d'activité sous la forme d'une association loi de 1901, l'Institut kurde, par un décret en date du du Premier ministre français, est devenu une fondation reconnue d'utilité publique[1].

Son siège est situé 106 rue La Fayette (10e arrondissement de Paris).

ActionModifier

Il regroupe des intellectuels et artistes kurdes d'horizons divers ainsi que des spécialistes occidentaux du monde kurde. Cet institut a pour vocation d'entretenir la communauté kurde dans la connaissance de sa langue, de son histoire et de son patrimoine culturel. Il tente aussi de contribuer à l'intégration des immigrés kurdes d'Europe dans leurs sociétés d'accueil mais aussi de faire connaître au public étranger les Kurdes, leur culture, leur pays et leur situation actuelle.

FonctionnementModifier

Aujourd'hui, il est dirigé par un Conseil d'administration de quinze membres, dont deux représentants des ministères français de la Culture et de l'Intérieur. Ce conseil est renouvelé tous les trois ans. Dans la respect de la démocratie, du pluralisme et d'une participation aussi large que possible des intellectuels, des écrivains, des chercheurs et des artistes de la diaspora kurde à ses activités, l'Institut kurde s'est doté d'un Conseil culturel et scientifique (CCS) qui est composé de cinq sections : les sciences humaines, la langue et la littérature, les arts, l'information, les droits de l'homme et l'animation socio-culturelle. Un rôle important dans la diffusion de la culture à double sens.

En 2015, sa fermeture est envisagée, faute de financement suffisant[2].

Notes et référencesModifier

  1. Décret du 2 mars 1993 portant reconnaissance d'une fondation comme établissement d'utilité publique, publiée au Journal Officiel du , sur legifrance.gouv.fr, consulté le .
  2. « Injustice française envers les Kurdes », lemonde.fr, 12 février 2015.

Voir aussiModifier

Lien externeModifier