Institut de biologie marine Michel-Pacha

Centre de recherche en biologie et physiologie

L'Institut de biologie marine Michel-Pacha, aussi connu comme station de biologie maritime de Tamaris, rattaché à la faculté des sciences de l'Université de Lyon, puis, après la scission de 1969 à l'université Lyon I, était un centre de recherche en biologie ainsi que dans d'autres disciplines des sciences naturelles, localisé à Tamaris, sur la commune de La Seyne-sur-Mer.

Institut de biologie marine Michel-Pacha
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Mouvement
Pays
Coordonnées
Organisation
Fondateurs
Direction
Gérard Brichon (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Organisations mères
Institut Michel-Pacha
Institut Michel-Pacha

Il devait son nom au mécène Michel Pacha[1], capitaine au long cours puis homme d'affaires, qui a offert le terrain et les matériaux pour la construction de cet institut.

BâtimentModifier

Jusqu'en 2008[2], l'institut occupait un édifice à l'architecture d'inspiration orientale situé sur la commune de La Seyne-sur-Mer (Var, France).

Inauguré en 1900, l'Institut de biologie marine est l'œuvre maîtresse de l'architecte suisse Paul Page[3], ami de Michel Pacha. La façade de style mauresque est un placage sur une construction traditionnelle. La blancheur de l'édifice est agrémentée par la polychromie des faïences aux motifs géométriques, d'entre-lacs et de palmettes.

La référence à l’Orient est complétée par les éléments architecturaux tels que les arcs outrepassés, chapiteaux d’inspiration byzantine et ottomane, moucharabieh, frise de merlons « en escalier » qui dissimule la toiture de tuile… L'Institut de biologie marine établit ainsi une cohérence entre le lieu, Tamaris, son fondateur, Michel Pacha et l'histoire de celui-ci, l'Empire ottoman.

HistoireModifier

ContexteModifier

Durant la deuxième moitié du XIXe, à l'initiative individuelle de chercheurs, différentes institutions de recherche en Europe et en France se dotent de stations maritimes, laboratoires dédiés à la recherche dans différents champs de la physiologie ou biologie marine. En France, la première station est fondée à Concarneau en 1859. Elle est suivie par la fondation d'autres stations à Banyuls, Roscoff, Arcachon et Villefranche-sur-Mer notamment.[4]

La fondation et les premières annéesModifier

C'est au cours de ses recherches sur la bioluminescence[5], qui l'amènent à s'intéresser aux mollusques abondants dans la baie du Lazaret, au sud de la rade de Toulon, face au site de Tamaris, que Raphaël Dubois, professeur de physiologie générale à la faculté des sciences de l'université de Lyon, fait la connaissance de Michel Pacha qui lui propose son aide pour financer ses recherches[6].

En 1890, Michel Pacha ayant fait une donation importante comprenant le terrain et les matériaux nécessaires, l'institut est fondé et la construction des bâtiments qui vont l'abriter est entamée. Elle sera achevée en 1899.

La station, rattachée administrativement à l'université de Lyon[7], est dirigée à partir de sa création par Raphaël Dubois[8],[9]. Dubois y poursuit ses recherches sur la bioluminescence et sur d'autres phénomènes et y est présent pendant une grande partie de l'année.

Même après sa mise à la retraite en 1919, Dubois continue de jouer un rôle important au sein de l'institut jusqu'à sa mort en 1929[9],[6] en dépit du fait que la direction soit passée à son successeur à la chaire de physiologie, Émile Couvreur. Après la mort de Couvreur en 1927, la chaire et la direction de l'institut passent à Henry Cardot[9].

La direction de Henry CardotModifier

Sous la direction de Cardot, l'institut devient un lieu important de la recherche en électrophysiologie et neurophysiologie, il y accueille des jeunes chercheurs tels que Zhang Xi, Zhu Xihou, tous deux étudiants de l'IFCL, ou bien Angélique Arvanitaki qui y commence sa carrière de chercheuse en électrophysiologie[10],[11], ou encore Alfred Fessard et Daniel Auger[12]. C'est à Tamaris que sont découverts et étudiés les neurones géants d'aplysies.

En 1936, il accueille un colloque regroupant les physiologistes français.

La deuxième guerre mondialeModifier

Pendant la deuxième guerre mondiale, la station de recherche est occupée par les Allemands, vraisemblablement en raison du caractère stratégique de toute la baie de Toulon. Les chercheurs sont donc repliés sur Lyon, où Henry Cardot meurt le 29 janvier 1942.

Après la mort de Cardot, Émile Terroine reprend la chaire et devient donc le nouveau directeur de l'institut, au moins en théorie, mais les chercheurs de l'institut se dispersent, tels Eudoxie Bachrach, mise à la retraite d'office en raison de ses origines juives qui doit s'échapper vers la Suisse[13], ou Antoine Jullien qui part pour constituer une équipe à Besançon[9].

L'après-guerreModifier

En 1948, le nouveau titulaire de la chaire de physiologie, Daniel Cordier, relance l'activité de l'Institut.

La direction de Gabriel PérèsModifier

Gabriel Pérès, titulaire de la chaire de physiologie et directeur de l'institut à partir de 1961, y apporte des changements considérables. Il fait construire un deuxième bâtiment sur le terrain, qui sera dénommé d'après lui par la suite, et fait du laboratoire, jusqu'ici consacré exclusivement à la recherche, un lieu d'enseignement qui accueille des étudiants pour des travaux pratiques[14]. Il dote également l'Institut de sa propre publication les Annales de l'Institut Michel-Pacha, dont quinze numéro paraissent entre 1968 et 1988, année du départ en retraite de Pérès.

L'expérience AntarèsModifier

En novembre 2003, l'institut est devenu le siège de l'expérience du détecteur de neutrinos géant Antares[15]. Il a été inauguré par Claudie Haigneré, alors ministre de la recherche.

Les relevés de l'expérience Antares continuent sur site, à 2 500 mètres de profondeur au large de Toulon (le volume autour duquel s'échelonnent les capteurs pourrait contenir la tour Eiffel)[16], et sont pilotés depuis le premier étage de l'institut.

Les dernières années et la fin de l'institutModifier

À la suite de la réduction des crédits d'État à la recherche et dans le cadre de la politique d'autonomie des universités, l'université Lyon I a rapatrié sur Lyon l'activité de recherche en 2008.

Poursuites judiciairesModifier

Faute de financements et de volontés politiques, tous les projets d'y implanter une « Maison de la Rade de Toulon » (dans le cadre du Contrat de baie) ou une nouvelle activité de recherche, ont échoué.

Arguant que le testament de Michel Pacha stipulait que l'institut devait être dédié aux travaux de recherche maritime, la famille Michel de Pierredon, descendants de Michel Pacha, a intenté un procès à l'université Lyon 1, afin de récupérer l'institut.

Les juges de première instance et de la cour d'appel ont donné raison à la famille Michel de Pierredon, mais le pourvoi en cassation subséquent de l'université Lyon 1 a été couronné de succès, à la suite de quoi la cour d'appel de Grenoble a tranché en sa faveur en décembre 2016[17].

Liste des directeurs de l'InstitutModifier


RéférencesModifier

  1. Pascale Burgat, « Les archives de l’Institut Michel Pacha ou l’occasion, pour une archiviste, de découvrir un scientifique humaniste. », Histoire de la recherche contemporaine, no Tome III - N°2,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/hrc.858, lire en ligne)
  2. « Institut Pacha : la justice donne raison aux héritiers », sur varmatin.com (consulté le 23 avril 2013)
  3. L'Institut Michel Pacha sur le site officiel de la ville.
  4. https://journals.openedition.org/histoire-cnrs/537#ftn6
  5. Raphaël Dubois et la bioluminescence
  6. a et b Gérard Brichon, « L'institut Michel-Pacha, une station maritime à la Seyne-sur-Mer », Regards sur l’ histoire de La Seyne-sur-Mer,‎ , p. 20-27 (lire en ligne)
  7. https://archive.org/details/lenseignementsu00melogoog/page/n286/mode/1up?q=tamaris
  8. Christian Bange, « La physiologie appliquée dans les stations maritimes françaises de biologie entre 1880 et 1930 et les recherches de Raphaël Dubois à Tamaris », Bulletin de la Société Linnéenne de Lyon, Société Linnéenne de Lyon,‎ (lire en ligne)
  9. a b c et d Christian Bange et Renée Bange, Les sciences biologiques et médicales en France 1920-1950 (Actes du colloque de Dijon, 25-27 juin 1992), Paris, coll. « Cahiers pour l'histoire de la recherche », (lire en ligne [PDF]), « Les recherches physiologiques à la Station maritime de Biologie de Tamaris (Var) de 1920 à 1950 ».
  10. Jean-Gaël Barbara, « la neurophysiologie à la française », La revue pour l'histoire du CNRS,‎ (lire en ligne)
  11. Christian Bange (dir.), Cardot et Arvanitaki à Tamaris, et les débuts des recherches électrophysiologiques sur les neurones géants d’invertébrés marins, vol. L'essor des neurosciences. France, 1945-1975, Paris, Hermann, , 35-44 p. (ISBN 978-2-7056-6743-6, présentation en ligne)
  12. Biographie d'Alfred Fessard sur le site du club d'histoire en neurosciences de Paris V
  13. Étienne Boursey, « L'Université et les lois de 1940 », Club, Le magazine de l'université Claude Bernard Lyon 1, no 18,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  14. Gabriel Pérès, « L'Université de Lyon à La Seyne - "Institut Michel Pacha" - Laboratoire de Physiologie de Tamaris pour l'étude des organismes marins », Étraves, no 15,‎ (lire en ligne)
  15. site du projet Antarès
  16. Pedro Lima, « Antares : un télescope au fond de la méditerranée », La revue pour l'histoire du CNRS, no 6,‎ (DOI 10.4000/histoire-cnrs.3671)
  17. Var-Matin, février 2017
  18. Histoire de l’Institut Michel Pacha : focus sur les années 2008 – 2019

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier