Ouvrir le menu principal

Igor Mel'čuk

linguiste et traducteur russo-canadien
Igor Mel'čuk
Igor Mel'cuc.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (86 ans)
OdessaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domicile
Formation
Faculté de philologie de l'Université d’État de Moscou (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Maître
Directeur de thèse
Site web
Distinction
Igor Mel'čuk
Description de cette image, également commentée ci-après
Igor Mel'čuk en 2006.
Naissance (86 ans)
Odessa (Drapeau de l'URSS Union soviétique)
Nationalité Canadien
Domaines Linguistique
Diplôme Université d'État de Moscou
Renommé pour Théorie Sens-Texte

Igor Mel'čuk (russe : И́горь Мельчу́к, parfois orthographié Melchuk ou Meltchouk), né le à Odessa (Ukraine), est un linguiste canadien. Il est professeur titulaire et émérite au Département de linguistique et traduction, à l'Université de Montréal.

Ses principaux intérêts de recherche ont trait à la théorie linguistique générale (sémantique, syntaxe et morphologie), à la lexicographie (en particulier française), aux études russes, à la description de langues exotiques (africaines, australiennes, sibériennes, caucasiennes) et au traitement du langage naturel en intelligence artificielle.

Il est plus particulièrement connu pour son développement de la Théorie Sens-Texte.

Sommaire

Activités scientifiquesModifier

FormationModifier

Il effectue ses études universitaires au sein de la chaire de philologie romano-germanique à l'Université de Moscou (1950-1956) et obtient sa maîtrise en étudiant la comparaison du sémantisme des langues française et espagnole.

En 1962, il obtient son doctorat en linguistique intitulé Problèmes théoriques de l'analyse automatique du texte à l'Académie des sciences de l'URSS, dirigé par Vjaeslav Ivanov (1929-). Les travaux de Vjaeslav Ivanov ont une influence importante sur les conceptions d’Igor Mel'čuk[1]. En particulier, Vjaeslav Ivanov, lors de sa participation à la Conférence de Linguistique Mathématique de 1959 (Théorie des relations entre les systèmes linguistiques et fondements de la linguistique historique et comparée) propose de réinvestir sur la réflexion de la langue intermédiaire le travail théorique sur la mixité de toutes les langues, qui s'inscrit dans l'héritage direct de Jan Niecisław Baudoin de Courteney[2] [pas clair].

Igor Mel'čuk se dit influencé par les théories linguistiques française d'Émile Benveniste et Lucien Tesnière[3]. Il définit la linguistique moderne comme une science qui doit se donner comme tâche principale la construction de modèles formels de la langue humaine, rejoignant les principes idéologiques de la théorie générative-transformationnelle de Noam Chomsky.

Son positionnement scientifique est davantage lié la linguistique formelle, plus proche de l'école de Prague ou de celle de Copenhague que de la linguistique cognitive à laquelle on l'associe parfois.

Cette association tient à l'époque de la diffusion tardive de ses travaux de recherche par le fait des difficultés de communication entre Est et Ouest et consécutive à son exil nord-américain, en 1977, plus de sa communauté scientifique[4] [pas clair].

Carrière universitaireModifier

Igor Mel'čuk a travaillé comme professeur de linguistique à l'Institut de linguistique de l'Académie des Sciences de Moscou (Институт языкознания Академии наук СССР). Ses premiers travaux en URSS s'inscrivent dans le domaine de la traduction automatique. À partir de 1956, il développe avec la mathématicienne Olga Kulagina (1932-2005) un système de TA français-russe, avant de s'intéresser à un algorithme de traduction russe-hongrois pour lequel il conçoit l'idée d'une langue intermédiaire (Zholkovskij & Mel'čuk 1965, 1967).

Modèle Sens-TexteModifier

À partir de 1965, il présente une approche novatrice du lexique élaborée selon les principes de la théorie linguistique Sens-Texte, qu'il développe en collaboration avec A. Zholkovsky. Ce modèle s’est depuis progressivement développée autour d’Igor Mel'čuk (Mel'čuk 1974, 1988a, 1997).

Son principe majeur est d'élaborer des descriptions formelles et descriptives de langues naturelles qui puissent servir de base fiable et commode à la construction des modèles Sens-Texte adaptables et universelles à toutes les langues.

Les applications de la modélisation MST concernent principalement :

L'ensemble de ses travaux de recherche scientifique ont été influents à la fois en Russie et en Ex-Union Soviétique et dans l'Ouest (groupe CETA sous Vauquois à Grenoble, France).

PolitiqueModifier

Il est licencié de son poste universitaire en 1977, pour avoir publiquement apporté son soutien à des dissidents comme Andreï Sakharov, Andreï Sinyavsky et Iouli Daniel.

Œuvres principalesModifier

  • Meaning-Text Models : A Recent Trend in Soviet Linguistics », Annual Review of Anthropology, 10, 27-62, 1981.
  • Towards a Language of Linguistics. A System of Formal Notions for Theoretical Morphology, München, W. Fink, 1982.
  • A Formal Lexicon in the Meaning-Text Theory (or How to Do Lexica with Words) », Computational Linguistics (Special Issue on the Lexicon), 13:3-4, 261-275, 1987. (Co-auteurs : A. POLGUÈRE).
  • N. Arbatchewsky-Jumarie, L. Iordanskaja & S. Mantha, Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain. Recherches lexico-sémantiques, t. III, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 1992, 323 pp.
  • A. Clas, I. Mel'Čuk & A. Polguère, Introduction à la lexicologie explicative et combinatoire, Bruxelles, Duculot, 1993, 256 pp.
  • Cours de morphologie générale. Vol. 1 : Introduction + Le mot,Montréal/Paris, Les Presses de l'Université de Montréal/CNRS Éditions, 1993, 412 pp.
  • Cours de morphologie générale. Vol. 2 : Significations morphologiques, Montréal/Paris, Les Presses de l'Université de Montréal/CNRS Éditions, 1994, 458 pp.
  • Cours de morphologie générale. Vol. 3 : Moyens morphologiques. Syntactiques morphologiques, Montréal/Paris, Les Presses de l'Université de Montréal/CNRS Éditions, 1996, 326 pp.

DistinctionsModifier

BibliographieModifier

  • Elie Feuerwerker et Igor A. Mel'cuk. Prison culturelle. Idées, Le Monde, 27 juin 1984, p. 2.
  • И. А. Мельчук. Опыт теории лингвистических моделей «Смысл ↔ Текст». Opyt teorii lingvističeskich modelej «SMYSL ⇔ TEKST». Moscou 1974. (2e éd., 1999).
  • И. А. Мельчук. Русский язык в модели «Смысл ↔ Текст». Moscou, Vienne, 1995.
  • Towards a language of linguistics. A system of formal notions for theoretical morphology. Internationale Bibliothek für allgemeine Linguistik 44. Wilhelm Fink, Munich 1982.
  • I. A. Melʹčuk, A. K. Žolkovskij, Ju. D. Apresjan et al. Tolkovo-kombinatornyj slovarʹ sovremennogo russkogo jazyka: Opyty semantiko-sintaksičeskogo opisanija russkoj leksiki. Vienne: Wiener Slavistischer Almanach, 1984.
  • Poverchnostnyj sintaksis russkich čislovych vyraženij. Wiener Slavistischer Almanach Sonderband 16. Vienne 1985.
  • Cours de morphologie générale (théorique et descriptive). Montréal: Presses de l'Université de Montréal/Paris: CNRS Éditions 1993-2000. (ISBN 2-7606-1548-0)
  • I. A. Mel’čuk, N. V. Pertsov. Surface syntax of English: A formal model within the Meaning-Text framework. Amsterdam; Philadelphia: Benjamins, 1987. (ISBN 90-272-1515-4)
  • I. A. Mel’čuk. Dependency syntax: Theory and practice. Albany, NY: SUNY, 1988. (ISBN 0-88706-450-7), (ISBN 0-88706-451-5)
  • Phrasemes in language and phraseology in linguistics. in: Everaert, Martin; Erik-Jan van der Linden; André Schenk et al. (eds.): Idioms: Structural and psychological perspectives 167–232. Lawrence Erlbaum Associates, Hillsdale 1995.
  • I. A. Mel’čuk, A. Clas & A. Polguère. Introduction à la lexicologie explicative et combinatoire. Paris: Duculot, 1995. (ISBN 2-8011-1106-6)
  • Lexical functions: a tool for the description of lexical relations in the lexicon. in: Wanner, Leo (ed.): Lexical functions in lexicography and natural language processing 37–102. John Benjamins, Amsterdam/Philadelphia 1996.
  • I. A. Mel’čuk. Vers une linguistique Sens-Texte. Leçon inaugurale. Paris: Collège de France, Chaire internationale, 1997.
  • Bourdon, M., Da Sylva, L., Gagnon, M., Kharrat, A., Knoll, S., & Maclachlan, A. (1998). A case study in implementing dependency-based grammars. Processing of Dependency-Based Grammars. En ligne: http://www.aclweb.org/anthology/W98-0510
  • I. A. Mel'čuk et al. Dictionnaire explicatif et combinatoire du français contemporain. Recherches lexico-sémantiques IV, Montréal: Presses de l’Université de Montréal, 1999. (ISBN 2-7606-1738-6)
  • Levels of dependency in linguistic description: concepts and problems. in: Ágel et al. (eds.): Dependenz und Valenz. Dependenz und Valenz. Handbücher zur Sprach- und Kommunikationswissenschaft 25/1-2, 188–229. Mouton de Gruyter, Berlin, New York, 2003.
  • Actants in semantics and syntax I: Actants in semantics. Linguistics 42/1, 1–66. 2004.
  • Actants in semantics and syntax II: Actants in syntax. Linguistics 42/2, 247–291. 2004
  • Aspects of the theory of morphology. Trends in linguistics 146. Mouton de Gruyter, Berlin/New York 2006. (ISBN 3-11-017711-0)

Notes et référencesModifier

  1. Sylvie ARCHAIMBAULT, Jacqueline LÉON, « La langue intermédiaire dans la traduction automatique en URSS (1954-1960)_Filiations et modèles », Histoire Épistémologie Langage, no 19/II,‎ , p. 105-132
  2. Jacqueline Léon, Histoire de l'automatisation des sciences du langage, ENS Éditions, , 218 p.
  3. http://olst.ling.umontreal.ca/pdf/melcukColldeFr.pdf
  4. Pierre Larrivée, Une histoire du sens: panorama de la sémantique linguistique depuis Bréal, Peter Lang, , 180 p., p.75
  5. « Prix Acfas André-Laurendeau », sur Acfas (consulté le 17 décembre 2017)

Voir aussiModifier