Ouvrir le menu principal

I Loved a Soldier

film américain de 1936 réalisé par Henry Hathaway
I Loved a Soldier
Titre original I Loved a Soldier
Réalisation Henry Hathaway
Scénario John Van Druten
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film dramatique
Sortie 1936

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

I Loved a Soldier est un film américain inachevé d'Henry Hathaway de 1936.

SynopsisModifier

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du FilmModifier

  • Le film devait être un remake d'un film muet de 1927 Hotel Imperial de Mauritz Stiller avec Pola Negri dans le rôle d'Anna Sedlak. Un autre remake fut cette fois achevé en 1939 sous le même titre que le premier Hotel Imperial (en) avec Isa Miranda et Ray Milland dans les rôles principaux, sous la direction de Robert Florey.
  • Le tournage commença le 3 janvier 1936, et se marqua très vite par des désaccords entre le producteur Benjamin Glazer et Marlene Dietrich, dont le contrat permettait un droit de regard sur le scénario. Quatre jours après le début du tournage, il démissionna. Hathaway et le scénariste Grover Jones retravaillèrent le scénario, et Ernst Lubitch remplaça Glazer pour éviter de perdre trop de temps, mais dû se rendre en Europe et dut être remplacé par William LeBaron. Dietrich décida alors de quitter le tournage, bien que la Paramount avait déjà dépensé 900 000 dollars ! Elle fut remplacée par Margaret Sullavan, qui se cassa le bras gauche au bout de trois jours de tournage. Les producteurs contactèrent alors Bette Davis, Elissa Landi et Claudette Colbert, toutes indisponibles. Le projet fut alors remisé jusqu'en 1939[1]. « Hôtel impérial est sûrement un des films non terminés qui aura couté le plus cher dans toute l'histoire d'Hollywood[2]. »

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Homer Dickens, Marlene Dietrich, traduit de l'anglais par Henri Daussy, éditions Henri Veyrier, 1974, p. 125 126.
  2. Thierry de Navacelle, Sublime Marlène, éditions Ramsay, 1982, p. 82