Hyperphagie

fait de manger en trop grandes quantités

L'hyperphagie (ou polyphagie) désigne l'ingestion de quantités de nourriture supérieures à ce que l'organisme dépense, et entraînant une prise de poids. Certains animaux connaissent des périodes d'hyperphagie, par exemple avant l'hibernation. Chez l'humain, il s'agit d'un symptôme qui peut témoigner de troubles du comportement alimentaire, ou de différentes autres pathologies. La prise de poids peut conduire au surpoids et à l'obésité.

Chez l'animalModifier

Dans la nature, avant chaque hibernation (des ours aux chauve-souris) et avant chaque départ en migration pour les animaux migrateurs (du saumon aux oiseaux migrateurs) et chez de nombreux animaux avant la période de reproduction ou durant la gestation, les individus concernés ont une phase dite d’hyperphagie, durant laquelle ils mangent beaucoup plus qu'en temps normal, afin d'accumuler des vitamines, des graisses (dans le foie[1] et d'autres parties du corps), qui seront leur carburant durant l'hivernation, l'hivernage ou la migration (moments de la vie souvent physiologiquement éprouvants pour les animaux). Il est par exemple largement démontré que la survie des centaines de millions d’oiseaux qui deux fois par an prennent leur envol pour une migration de centaines à milliers de km dépend de leur bonne santé et de ces réserve de graisses. Chez l'animal, certains stress induisent aussi une hyperphagie[2]. L'hyperphagie peut aussi préparer l'animal à un relatif jeune hivernal [3].

Chez l'humainModifier

En médecine, la polyphagie, l'hyperphagie ou la suralimentation est un symptôme caractérisé par une faim excessive avec une absence de sensation de satiété, traduisant un excès dans le comportement alimentaire.

Notes et référencesModifier

  1. Knudsen, C., Bonnefont, C., Fortun-Lamothe, L., Ricaud, K., & Fernández, X. (2018). L'engraissement spontané du foie chez les palmipèdes: état des lieux et perspectives de recherche. INRA Productions Animales, 31(2), 117-130.
  2. Brunet, R., & Cyr, A. (1990). Effet du stress de la manipulation sur le comportement du Carouge à épaulettes (Agelaius phoeniceus). Canadian journal of zoology, 68(6), 1168-1173.|résumé
  3. Robin, J. P., ZoRN, T., & Le Maho, Y. (1991). Résistance au jeûne hivernal et réalimentation chez le canard colvert: évolution des réserves énergétiques et de la prise alimentaire. CR Acad. Sci. Paris, 313(série III), 529-535

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier