Huqoq
Image illustrative de l’article Huqoq
Localisation
Coordonnées 32° 53′ 05″ nord, 35° 28′ 44″ est

Huqoq ou Hukkok (hébreu : חוקוק) était un ancien village juif, situé à 12,5 km au nord de Tibériade. La région a été colonisée depuis les temps anciens et est mentionnée dans le Livre de Josué. Le village arabe Yaquq a été construit à l'emplacement de Huqoq, et un kibboutz nommé Hukok a été établi près du site le 11 juillet 1945[1].

HistoireModifier

 
La principale source d'eau du village

Evolution du nomModifier

Les Cananéens l'appelaient Hukkok et pendant la période romaine, il était connu en tant que Hucuca[2],[3]. Le nom du village arabe sur le site présumé de Hukkok biblique était Yaquq[4].

Périodes archéologiques et historiquesModifier

Les recherches archéologiques sur le site de l'ancien village de Yaquq, situé près de la mer de Galilée, 12,5  km au nord de Tibériade, en amont de Capharnaüm et de Magdala[4] suggèrent que le lieu était habité à l'âge du fer, persan, hellénistique, romain, byzantin, abbasside, fatimide, mamelouk et ottoman[5],[6]. Le village arabe de Yakuk a été abandonné pendant la guerre de 1948 et a été rasé au bulldozer en 1968[7].

Dans la Bible hébraïque (Livre de Josué)Modifier

Hukkok (hébreu חקק) est mentionné dans la Bible hébraïque dans Joshua 19:34[8],[9]. L'International Standard Bible Encyclopaedia considère que l'identification de Hukkok avec Yakuk est plausible, bien qu'elle soit peut-être trop éloignée d'Aznoth-tabor (peut-être Khirbet el-Jebeil, à environ 5 km au nord du Mont Thabor) pour correspondre à la description[9].

L'Âge de bronzeModifier

Le site du village était habité au début et à l'âge du bronze moyen[8].

Périodes romaine et byzantineModifier

Le village de l'époque romaine était vaste et prospère en raison de la présence d'une source constante. Il ressort de la synagogue et de l'absence d'os de porc que le village de l'époque romaine était juif[4].

Le village est attesté par des sources rabbiniques de la période romaine tardive et byzantine[7].

Période ottomaneModifier

La prospérité de l'ancien village contraste avec la simplicité de la colonisation de l'ère ottomane et peut être constatée par les archéologues dans des ossements d'animaux qui ont été découpés par des bouchers professionnels dans l'ancien village juif et par des agriculteurs à l'époque musulmane[4].

ArchéologieModifier

Une fouille menée en 2011 par l'archéologue Jodi Magness a excavé plusieurs sections sur le site de l'ancien village[7].

« L'ancien village est entouré de caractéristiques associées, notamment des tombes à ciste, des tombes taillées dans la roche, un mausolée, des carrières, des terrasses et installations agricoles, un pressoir à vin et un pressoir à olives. Deux grands miqwa'ot (bains rituels) sont creusés dans le substrat rocheux à la périphérie orientale et méridionale de l'ancien village (voir ci-dessous) ».

Synagogue ancienneModifier

Parmi les structures découvertes lors des fouilles de 2012, il y avait les restes d'une synagogue soignée[10] datée du Ve siècle[11]. Les découvertes comprennent des sculptures en calcaire et une mosaïque de sol raffinée[12]. Les murs et les colonnes de la synagogue ont été peints de couleurs vives: des fragments de plâtre montrent des traces de pigments roses, rouges, orange et blancs[13]. L’art de la mosaïque, composée de minuscules carreaux, ainsi que les grosses pierres utilisées pour les murs, témoignent de la prospérité du village[14].

Iconographie en mosaïqueModifier

La mosaïque comprend le héros biblique Samson[12]. La figure de Samson apparaît deux fois: portant les portes de Gaza et attachant des torches enflammées à la queue de renards[15]. Samson et les renards est un épisode du Livre des juges[16]. Au cours d'une bataille avec les Philistins, Samson attrape 300 renards sauvages, attache des torches allumées à leur queue et les libère pour qu'ils mettent le feu aux champs de céréales philistins[17],[18],[19].

Selon l'archéologue Jodi Magness, la découverte est importante parce que « seulement un petit nombre d’anciens bâtiments de synagogues (Romaines tardives) sont décorés de mosaïques montrant des scènes bibliques et seulement deux présentent des scènes avec Samson (l'une est sur un autre site à quelques miles de Huqoq)[12] ».

La mosaïque montre également deux visages humains, apparemment féminins, flanqués d'une inscription hébraïque promettant une récompense à ceux qui accomplissent de bonnes actions[18],[20]. En 2018, des photographies de mosaïques récemment découvertes ont été publiés conjointement avec un rapport provisoire de 70 pages sur les excavations de 2014 à 2017[11],[13]. La nouvelle publication montre que la mosaïque du sol représente également l'arche de Noé, les douze espions israélites[21] et la séparation de Moïse de la mer Rouge, thèmes qui sont rarement, sinon jamais, trouvés dans les synagogues de l'époque. D'autres images montrent Jonas avalé par le poisson et le bâtiment de la tour de Babel[13]. La mosaïque comprend également des images hellénistiques païennes telles que des cupidons et des masques de théâtre, et un groupe obscur d'hommes importants, dont l'un peut être Alexandre le Grand, à côté de soldats et d'éléphants de guerre[11]. Si la théorie de Magness est correcte, ce serait le seul cas d'une synagogue décorée d'images non bibliques. Une autre théorie est que les deux groupes, l'un vêtu d'une armure et l'autre en robe blanche, représentent l'alliance entre les Séleucides et le grand prêtre John Hyrcanus[13].

 
Inscription et visage en mosaïque Huqoq

Tombe d'HabacucModifier

 
Tombe d'Habacuc

Les traditions juive, chrétienne, druze et musulmane ont localisé la tombe du prophète Habakkuk à Huqoq et c'est un lieu de pèlerinage depuis le XIIe siècle [Information douteuse][8]. La première mention de la tombe est une lettre écrite par le rabbin Samuel ben Samson en 1210: « Sur le chemin du retour de Tibériade, nous sommes allés à Kefar Hanan. En voyageant là-bas, nous sommes arrivés sur la tombe de Habakkuk à Kefar Hukkok »[8]. En 1215 Menahem ben Perez d'Hébron a visité le site et a écrit: « Et je suis allé là-bas et j'ai vu le tombeau du prophète Habakkuk près d'une source »[8]. La première description détaillée apparaît dans le livre « Ce sont les voyages » (1270-1291): « De là, on va à Ya'aquq, où se trouve la tombe du prophète Habakkuk, sur laquelle se trouve un beau monument entre quatre murs mitoyens »[8].

Un Anglais du nom de John Sanderson a visité le tombeau en 1601 et a écrit: « Puis nous sommes passés par un petit village où habitait et est enterré le prophète Abicoke; ainsi disent les Juifs, et que la ville s'appelait Yeacoke[8] ».

Une description des années 1930 déclare que « la pierre tombale ... est construite en pierres de basalte, d'environ deux mètres de large et 1,5 mètre de long, recouverte de plâtre blanc[8] ».

En 1981, l'ancienne pierre tombale a été remplacée par une nouvelle, sur laquelle un petit bâtiment a été érigé, ainsi qu'une piscine remplie d'eau de source et destinée à être utilisée comme bain rituel[8]. Des pèlerins juifs et druzes continuent de visiter le tombeau[8].

Seffi Ben Yosef, un guide local, a remis en question la tradition dans un éditorial de Ynet News, faisant valoir que la tradition n'était basée que sur le nom à consonance similaire entre le village et le prophète[22].

RéférencesModifier

  1. « PEQ 140, 2008 | The Palestine Exploration Fund », www.pef.org.uk (consulté le 1er janvier 2019)
  2. Conder and Kitchener, 1881, SWP I, p.420
  3. Khalidi, 1992, p.546
  4. a b c et d "Kitchens on the Cutting Edge", Paul V. M. Flesher, June 28, 2012, University of Wyoming News,
  5. Settlement and History in Hellenistic, Roman, and Byzantine Galilee: An Archaeological Survey of the Eastern Galilee, Uzi Leibner, 2009, p. 151.
  6. « Bible Gateway passage: Joshua 19:34 - New Revised Standard Version », sur Bible Gateway (consulté le 25 janvier 2020)
  7. a b et c (en) Magness, « Huqoq - 2011 Preliminary Report », Hadashot Arkheologiyot, Hadashot Arkheologiyot – Excavations and Surveys in Israel,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2019)
  8. a b c d e f g h i et j (en) Nurit Lissovsky, « Hukkok, Yaquq and Habakkuk's Tomb: Changes over Time and Space », sur Taylor & Francis Online, Palestine Exploration Quarterly,
  9. a et b « Bible Gateway passage: Joshua 19:34 - New Revised Standard Version », sur Bible Gateway (consulté le 25 janvier 2020)
  10. Ancient shul, Samson mosaic found in Galilee, By Yonah Jeremy Bob, 07/02/2012, Jerusalem Post
  11. a b et c « Man-eating fish, Tower of Babel revealed on ancient mosaic », Culture & History, (consulté le 1er janvier 2019)
  12. a b et c Monumental synagogue building discovered in excavations in Galilee (July 2012), Israel Antiquities Authority
  13. a b c et d (en-US) Amanda Borschel-Dan, « Newly revealed 5th century mosaics a kaleidoscope of Jewish and secular imagery », www.timesofisrael.com, (consulté le 1er janvier 2019)
  14. Remains of Roman Period Synagogue Discovered in Galilee, July 2, 2012, Science News
  15. [ Archaeologists Reveal Incredible Ancient Biblical Mosaics for the First Time], The Western Journal,, accessed 6 Jul
  16. (en) « Judges 15:1-8 Samson Defeats the Philistines », sur biblegateway.com
  17. "Biblical Samson Torches Fox Tails in Ancient Synagogue Mosaic", Gwen Ackerman, July 02, 2012, Businessweek
  18. a et b "Ancient synagogue and mosaic unearthed in Galilee", Matti Friedman, Times of Israel, July 2, 2012
  19. (en) Reiner Elchanan, « Samson Follows the Sun to Galilee », sur haaretz.com, (consulté le 2 septembre 2013)
  20. Monumental synagogue uncovered in Galilee, Israel Ministry of Foreign Affairs2 August 2012, accessed 18 July 2019
  21. (en) « Spies Sent into Canaan », sur biblegateway.com
  22. Ein Hokuk and the story of Habakkuk Ynetnews, 21 March 2007

BibliographieModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Excavations and Surveys in Israel, Hadashot Arkheologiyot,‎ (lire en ligne)

  • (en) Magness, « Huqoq - 2013 Preliminary Report », Hadashot Arkheologiyot, Hadashot Arkheologiyot – Excavations and Surveys in Israel,‎ (lire en ligne)
  • Magness, Jodi: “Samson in the Synagogue,” Biblical Archaeology Review 39.1 (2013), pp. 32–39, 66-67.
  • Magness, Jodi: October 2013, Scholar’s Update: New Mosaics from the Huqoq Synagogue, BAS LIBRARY

Liens externesModifier