Ciste (archéologie)

sépulture individuelle, de petites dimensions

En archéologie, une ciste (du latin cista, « corbeille en osier » et par extension « coffre », voire « boite ») est une sépulture individuelle ou double, de petites dimensions, se présentant généralement sous la forme d'un caisson ou coffre parfois recouvert d'un tumulus entouré d'une enceinte de pierre carrée, ronde ou rectangulaire, laquelle peut jouer un rôle de contention pour la masse de terre ou de pierre. La ciste, avec ou sans tumulus, peut être enterrée, semi-enterrée ou aérienne. Lorsque la fosse est creusée dans le sol, ses flancs sont en partie ou en totalité revêtus de dalles verticales de pierre, et couvertes et fermées par des dalles de pierre horizontales. Cette sépulture se distingue du dolmen, tombe collective nécessitant un accès à la chambre sépulcrale[1].

Cistes recouverts d'un tumulus en pierre.
Ciste sans tumulus.
Reconstitution d'une tombe à ciste.

DescriptionModifier

La ciste est généralement constituée par plusieurs dalles de pierre délimitant l'espace où se fait le dépôt funéraire, inhumation ou incinération. Il peut s'agir aussi d'une construction en pierre sèche, auquel cas le caisson est délimité par de petites murettes. La tombe est parfois couverte par une ou plusieurs dalles horizontales, ou simplement par la terre ou les pierres constituant le tumulus qui recouvre et protège l'ensemble, quand celui-ci existe.

Ce genre de petite sépulture a été utilisé pendant la Préhistoire mais aussi pendant l'Antiquité, depuis la période de développement des mégalithes jusqu'aux Romains.

Vidéo de drone de tombes de ciste de pierre dans le nord de l'Estonie

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Philippe Soulier, La France des dolmens et des sépultures collectives (4500-2000 avant J.-C.), éditions Errance, , p. 160

Voir aussiModifier