Ouvrir le menu principal

Huppaye
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province du Brabant wallon Province du Brabant wallon
Arrondissement Nivelles
Commune Ramillies
Code postal 1367
Zone téléphonique 010
Démographie
Gentilé Huppaytois(e)
Géographie
Coordonnées 50° 41′ nord, 4° 53′ est
Superficie 746 ha = 7,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Brabant wallon

Voir sur la carte administrative du Brabant wallon
City locator 14.svg
Huppaye

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Huppaye

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Huppaye

Huppaye (en wallon Oupåye) est un village à quelques kilomètres au sud de la ville de Jodoigne. Il fait aujourd'hui partie de la commune belge de Ramillies, dans la province du Brabant wallon (région wallonne de Belgique). C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

HistoireModifier

Huppaye fusionna pour une courte période avec Jodoigne sous le régime français, mais fut érigée en commune propre en 1795. Le village de Molembais-Saint-Pierre lui fut adjoint le .

La terre limoneuse de Hesbaye caractérise le paysage qui couvre la plus grande partie du territoire de ce village.

Les entités limitrophes d'Huppaye sont: Autre-Église, Bomal, Jauchelette, Jodoigne et Jodoigne-Souveraine. Jusqu'en 1795 Huppaye faisait partie de Jodoigne ainsi que le hameau de Molembais-Saint-Pierre qui fut rattaché à Huppaye en 1811.

Le ruisseau Saint-Jean, et le ri des Gotteaux sont les deux cours d'eau qui coulent vers l'Escaut.

Huppaye et Molembais sont déjà cités dès le XIe siècle. Leur destin se confond fréquemment au cours de l'histoire, qui est liée à celle de Jodoigne.

L'église Saint-Jean-Baptiste fut érigée une première fois en 1600 au même emplacement que l'église actuelle qui elle date de 1766. Auparavant la paroisse dépendait de Saint-Médard à Jodoigne.

La construction de Saint-Jean-Baptiste est de style classique et réalisée en briques et pierre de Gobertange. L'unique nef comporte trois traverses et est précédée par une tour à trois étages surmontée d'un clocher à bulbe qui aurait servi de modèle à l'église de Perwez. La rénovation de l'église commence en 2019 suite à des subsides octroyés par le ministre du patrimoine.

Huppaye possède plusieurs fermes d'importance parmi lesquelles :

  • La « ferme Le Grand Château » ou le « Grans chestiaux » (1440), ou « le Grand château de Huppain », ou « Le Grand Castiau à Huppaig » ou « Grand château de Hupain » ou le « château d'Yve », fief des Duras dès l'an 1164, ancienne cour féodal de douze hommages, offre un beau quadrilatère non classé mais bien répertorié au patrimoine avec une pastille qui indique en réalité un intérêt digne d'un classement. Selon la tradition la façade orientale est réalisée en maçonneries apparentes en brique, pierre calcaire, pierre calcaire gréseux de Gobertange et de grès quartzites pour le soubassement provenant des carrières de Huppaye et de Molembais. L'ensemble fut bâti aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles sur un ancien site féodal en effet, plusieurs textes mentionnent la présence d'une ancienne habitation très importante. Les auteurs de Géographie et Histoire des communes Belges Tarlier et Wauters cite qu'en 1530 le domaine est abandonné un dénombrement comme suit : une place ou soulait estre une maison et tenure nommée Le grand château de Hupain avec cens, terres, pâtures, court de mayeur... Il faut observer une remarquable grange double large au millésime de 1613, sans doute l'une des plus anciennes et préservée de la Hesbaye. D'autres millésimes ont été trouvés lors des travaux dans le grenier du corps de logis; sur un linteau de fenêtre on observe gravé le millésime de 1694. Le porche de la ferme accueille encore des vestiges d'un fournil à l'écart du corps de l'habitation. Sur le flanc Nord, s'élève un corps de logis datant du XVIIe siècle. Les travaux de restauration sur la façade sud ont révélés des anciennes fenêtres à meneaux. Sur la façade Nord on observe encore une trace d'une ancienne fenêtre de forme ogivale. Un plan terrier de 1762 montre clairement l'existence de deux tours au Nord et à l'Est, un étang devant la ferme, des douves et un vaste verger (Ouest). Des traces d'une probable ancienne tour (Sud-Ouest) est visible sur le coin de la grange. La ferme est en restauration depuis 2003. La façade orientale du corps de logis a été restaurée en partie avec les briques espagnole provenant de l'ancien hôtel d'Ursel à Bruxelles. Dans la salle à manger deux consoles en pierre calcaire soutenant une poutre ont été récupérés des ruines du château de Bassine. L'étable Ouest (1702) sert aujourd'hui à des expositions temporaires. D'après certains textes le corps de logis à deux niveaux fut ruiné pendant la retraite des armées lors de la bataille de Ramillies (1706). Lors de la rénovation du corps de logis plusieurs objets archéologiques ont été découverts le plus souvent dans une maçonnerie à la chaux dont : des bouteilles ou fioles en verre du XVIIIe et XIXe siècles, des poteries domestiques datant du XVIe siècle, une albarellos en grès de Bouffioux du XVIe siècle, un élément de vitrail, des pièces de monnaies datant du 16e au 18e siècle, une médaille en cuivre formant une croix amalfitaine de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et même un petit boulet en fer. Au centre du corps du logis une porte Louis XIV provincial, le linteau s'enrichit à la clé d'un blason en pierre calcaire aux armes de la famille d'Yve (1725). À l'arrière du corps de logis, on observe un ancien puits provenant d'une ferme de l'abbaye de Fontenay (France-Bourgogne) en grès comparable à de la pierre de Gobertange. Le corps de logis accueille dans le salon une vaste cheminée en pierre de Bourgogne munie de deux croix de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. À l'entrée, un escalier en bois de chêne repose sur une console décorée d'une feuille d'acanthe d'époque Louis XIV et Régence. Au XIXe siècle, la famille de Pierpont en fit une brasserie. La famille Seutin exploite la ferme dès le début du XXe siècle jusqu'en 2000. Lors de la seconde guerre mondiale les Seutin pourvoiront à de nombreux emplois agraires, et domestiques tout en donnant à manger aux nécessiteux, et en permettant aux villageois de se nourrir convenablement. Après la deuxième guerre mondiale, la population huppaytoise reconnaissante fit de M. Alfred Seutin (1925-2017) un échevin des travaux publics très apprécié. La ferme servit également de cachette aux résistants. Dans les années 1960 on fit exhumé du fumier deux gisants en pierre calcaire appartenant à deux membres de la famille de Bernard de Fauconval, pour être transportés au château d'Harlue (visibles sous le porche de l'entrée). Depuis le XIVe siècle, la ferme castrale a appartenu à de nombreux propriétaires dont successivement : (de) Hupain, (de) Hupaigne, (du) Casteal, Castel de Hupain, (de) Chasteal, (de) Wange, (de) Parfontrieu, Vander Vekene, L'Orfèvre (Chancelier de Brabant), (de) Gesves, (de) Lonchin, (d') Oultremont, (d') Oignies, (d')Yve, Yve baron de Soye et de Brandenbourg, (de) Pierpont, (de) Blanckart, (de) Hemricourt de Grunne, (de) Broqueville, et puis aujourd'hui par succession les d'Hennezel. La restauration est toujours en cours.
  • La Ferme de Chantraine, commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem[1],[2], fondée en 1173 et 1175 sur proposition du Comte Gilles de Duras. Elle fut le siège principal de l'ordre dans nos contrées. Les bâtiments furent incendiés dans la première partie du XVe siècle. La ferme actuelle fut reconstruite et remaniée aux XIIe, XIIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Les bâtiments ont été restauré dans les années 1990-2000. Le bâtiment a été récemment vendu à M. Bruno Goyens de Heusch.
  • il faut noter l'existence à l'entrée du village le manoir de la famille Bernard de Fauconval, aujourd'hui disparu on devine sa présence par un relevé du terrain. Ferme en carré, comportant la même disposition de bâtiments que celle de la ferme Le Grand château, et pignon en dégradé. Il existe une gravure sur ce site ancien.
  • Au hameau de Molembais on trouve l'église Saint-Pierre, construite en style néo-gothique en 1845. Elle remplace une ancienne chapelle qui se trouvait à cet emplacement un siècle plus tôt.
  • La chapelle Saint-Pierre fut inaugurée le par Charles de Brabant au milieu des bois dits de Saint-Pierre. Détruite, elle fut reconstruite non loin de là vers 1838. Ce simple petit oratoire se caractérise par sa situation à la lisière du bois, près de la fontaine et la mare qui donnent naissance au ruisseau Saint-Pierre.

PersonnalitésModifier

  • Gaston Baccus, Député et Bourgmestre, né à Huppaye le et décédé à Namur le .
  • Jacques Dupuis (1923-2004), théologien et jésuite, né à Huppaye.

SportModifier

  • Huppaye possède également un club de football, l'Alliance Huppaytoise.
  • Un RAvel est à disposition et relie la ville de Jodoigne (Geldenaken) ou Tirlemont (Tienen)

RéférencesModifier