Hunger (film, 2008)

film sorti en 2008
Hunger
Titre original Hunger
Réalisation Steve McQueen
Scénario Enda Walsh
Steve McQueen
Acteurs principaux
Sociétés de production Film4
Channel 4
Northern Ireland Screen
Pays d’origine Drapeau de l'Irlande Irlande
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Drame historique
Durée 96 minutes
Sortie 2008


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Hunger est un film irlandais réalisé par Steve McQueen, sorti en 2008.

Il évoque la grève de la faim irlandaise de 1981 et les derniers jours du leader de l'IRA Bobby Sands.

SynopsisModifier

Dans les années 1970, des prisonniers de l'IRA et de l'INLA mènent une grève de l'hygiène à la prison de Maze en Irlande du Nord. Cette action a pour but de faire reconnaître par le gouvernement britannique un statut politique à leur détention. Le rapport de force qui s'instaure s'accentue encore quand Bobby Sands, meneur du mouvement, décide d'entamer une grève de la faim en 1981[1],[2].

Le film se déploie en trois actes[1]. Le premier décrit les conditions de détention et les luttes des détenus pendant la grève de l'hygiène, parmi lesquels Bobby Sands n'est qu'une figure anonyme. Il commence par une caméra qui suit un des gardes, se rendant de son domicile à la prison. Le deuxième tient en deux plans, dont un de 17 minutes sur un peu plus de 20 minutes : on y voit et entend un échange verbal entre Bobby Sands et l'aumônier catholique de la prison, membre modéré de l'IRA, qui tente de le dissuader d'entamer sa grève de la faim. Le troisième montre les derniers jours et l'agonie du jeune détenu, premier du groupe de détenu à être entré en grève de la faim[2],[3],[4],[5],[6].

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

  • Hunger retrace des événements réels que sont la grève de la faim irlandaise des militants de l'IRA et de l'INLA de 1981, et la mort de Bobby Sands[7].
  • Le film a été notamment remarqué par la critique pour un plan en caméra fixe de dix-sept minutes où le prêtre joué par Liam Cunningham tente de dissuader Sands de se lancer lui et d'autres prisonniers dans une grève de la faim[6],[8],.
  • Michael Fassbender a maigri de 14 kg pour les besoins de son rôle[9].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jacques Mandelbaum, « Hunger », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Philippe Azoury, « ”Hunger”, à toute faim utile », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. a b et c Clarisse Fabre, « Huit films pour aimer encore et toujours l’Angleterre. “ Hunger “ : Fassbender sous l’œil du plasticien McQueen », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. a b et c (en) Thomas Sotinel, « Trois actes pour montrer l'agonie de Bobby Sands », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Jacques Mandelbaum, « "Hunger" : Bobby Sands, corps perdu », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. a et b Bastien Gallet, « De la relativité des morts politiques: Bobby Sands et l'IRA véritable », Libération,‎ (lire en ligne)
  7. Didier Péron, « Faim de justice », Libération,‎ (lire en ligne)
  8. Positif, novembre 2008
  9. Thomas Eustache, « Cinq choses à savoir sur Michael Fassbender », L'Express,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier