Higinio Morínigo

président du Paraguay

Higinio Morínigo
Illustration.
Morínigo en 1940.
Fonctions
35ème président du Paraguay

(7 ans, 8 mois et 27 jours)
Prédécesseur José Félix Estigarribia
Successeur Juan Manuel Frutos (en)
Ministre de la Guerre et de la Marine (es)

(3 mois et 21 jours)
Président José Félix Estigarribia
Prédécesseur Eduardo Torreani Viera
Successeur Paulino Ántola
Ministre de l'Intérieur (es)

(6 mois et 21 jours)
Président Félix Paiva (en)
Prédécesseur Arturo Bray
Successeur Nicolás Delgado
Biographie
Nom de naissance Higinio Nicolás Morínigo Martínez
Date de naissance
Lieu de naissance Paraguarí (Paraguay)
Date de décès (à 86 ans)
Lieu de décès Asuncion (Paraguay)
Nationalité Paraguayenne
Profession Militaire
Religion Catholicisme

Higinio Morínigo
Présidents de la République du Paraguay

Higinio Morínigo Martínez, né le à Paraguarí (Paraguay) et mort le à Asuncion (Paraguay) était un officier militaire paraguayen, homme politique et président, il a participé à la guerre du Chaco (1932-1935) en tant qu'officier éminent de l'armée paraguayenne. Après la guerre, il sera nommé chef de cabinet du ministère de la Guerre et de la Marine sous la présidence de Félix Paiva, il sera ministre de l'Intérieur entre janvier et août 1939 et sera nommé ministre de la Guerre et de la Marine et promu Général de brigade en mai 1940 sous le gouvernement de José Félix Estigarribia, qui mourra dans un accident d'avion quelques mois plus tard, Morínigo sera donc nommé président du Paraguay, poste qu'il occupera jusqu'en 1948.

BiographieModifier

Morínigo est né en Paraguarí, fils de Juan Alberto Morínigo, un marchand et de Pabla Martinez. Il a servi dans l'armée pendant la guerre du Chaco et nommé chef d'état-major de l'armée en 1936. D'ascendance européenne et guaranie, il est à l'aise dans les deux langues castillane et guaranie. Le président José Félix Estigarribia le nomme ministre de la guerre le . Quatre mois plus tard, le Estigarribia est tué dans un accident d'avion, et le gouvernement désigne Morínigo en tant que président intérimaire pour deux mois dans l'attente de nouvelles élections présidentielles.

Le , les ministres du Parti libéral démissionnent et le , Morínigo décide un report de deux ans des élections présidentielles. Peu de temps après, il annonce une politique basée sur la discipline, la hiérarchie et l'ordre pour combattre les personnes qui répandent des idées subversives. Le , dans une allocution à la radio il déclare que « le peuple et l'armée, à partir de maintenant, seront sous un commandement unique ». Tous les partis politiques sont interdits. Morínigo met en place un État policier d'inspiration fasciste pour contrôler les mouvements dissidents et l'opposition institutionnelle est réduite à l'exil. Les élections ont lieu comme promis le , mais Morínigo est candidat unique.

Morínigo gouverne seul jusqu'au , date à laquelle il s'allie avec le Parti Révolutionnaire Febreriste et le Parti Colorado. Au cours de sa dictature, Morínigo doit faire face à une résistance généralisée, y compris des grèves générales, mais conserve l'appui de l'armée paraguayenne qui reçoit 45 % du budget du pays.

Estimant que Morínigo favorise les Colorados, les Febreristas démissionnent et font cause commune avec le Parti libéral et le Parti communiste (en) dans la guerre civile qui se déclenche en 1947. Bien qu'une partie de l'armée fait défection, Morínigo reprend le contrôle du pays à la fin de l'année, avec l'aide de milices organisées par les Colorados. Les Colorados seront le seul parti légal au Paraguay pour les quinze années à venir.

Morínigo autorise l'élection présidentielle en 1948 après ses cinq ans de mandat. le , le candidat unique du Parti Colorado Juan Natalicio González (en) est élu. Le mandat de Morínigo expirant le , il cherche à conserver le pouvoir par un coup d'État, mais l'armée paraguayenne ne le suit pas et le dépose le . Le président de la Cour suprême Juan Manuel Frutos (en) assume l'intérim de la présidence jusqu'au et la désignation officielle de Natalicio González.

Morínigo est exilé en Argentine jusqu'en 1954. Il est mort à Asuncion en 1983, recevant des honneurs du dictateur Alfredo Stroessner au pouvoir depuis près de 30 ans.

SourceModifier