Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kappler.
Herbert Kappler
HF1946Photo.jpg
Herbert Kappler
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
SoltauVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
Arme
Grade militaire
Conflit
Condamné pour

Herbert Kappler, né le à Stuttgart et décédé le à Soltau est un militaire allemand, officier SS (Obersturmbannführer) et commandant des services secrets et de la Gestapo de Rome, qui organisa en particulier le massacre des Fosses ardéatines[1].

Sommaire

Le nazismeModifier

Électricien en 1929, il adhére au NSDAP le , à l'âge de 23 ans. Il devient alors Sturmtruppen de la SA, ayant le rang peu élevé de Mann. Il entre ensuite comme Anwärter (candidat) chez les SS, étant officiellement admis le après six mois d'endoctrinement. En raison de son affiliation antérieure à la SA, il reçoit la décoration Ehrenwinkel für Alte Kämpfer (en) dédiée aux membres du Parti nazi ayant adhéré avant l'accession d'Hitler au pouvoir. Il est d'abord assigné à la Allgemeine-SS dans la région de Stuttgart.

En 1935, il fait son service militaire en tant que Schütze, sortant avec le grade de Feldwebel (sergent) de réserve. Volontaire à la Sicherheitspolizei (SD), il est promu Scharführer (sergent) et assigné à des tâches à la Gestapo de Stuttgart, faisant ainsi la rencontre de Reinhard Heydrich. Devenu Oberscharführer, il est envoyé en 1937 en formation à la Führerschule der Sicherheitspolzei de Berlin, sortant Kriminalkommissar. Le , il est promu Untersturmführer (sous-lieutenant) de la Gestapo, étant monté jusqu'au grade de Hauptsturmführer (capitaine) à l'été 1939.

La guerreModifier

Nommé en Pologne où il participe aux Einsatzgruppen, il est ensuite muté en Belgique où il officia pour la Gestapo. Après la conférence de Wannsee, il est chargé de la mise en œuvre de la « solution finale », c'est-à-dire des rafles préalables à la déportation.

Maîtrisant parfaitement l'italien, il est promu officier de liaison de Mussolini grâce à Heydrich, et est chargé du rôle de conseil de la police italienne. Après l'armistice de 1943 entre l'Italie et les Alliés, il est promu Oberbefehlshaber des Sicherheitspolizei und SD, c'est-à-dire chargé de la police secrète SD. Le , il est promu Obersturmbannführer. Avec Otto Skorzeny, il planifie l'évasion de Mussolini.

Début 1944, il devient le plus haut responsable du Reichssicherheitshauptamt (RSHA) à Rome, [2]répondant directement aux directives de la Luftwaffe, dirigée par le général Kurt Mälzer, et du Höherer der SS und Polizeiführer, l'Obergruppenführer Karl Wolff.

Il organise et exécute le massacre des Fosses ardéatines quand il commandait la police militaire allemande à Rome, assisté de son adjoint, le capitaine Erich Priebke, ainsi que du capitaine Karl Hass[3].

La rafle du Ghetto de RomeModifier

Le , Kappler convoque le rabbin Foà, chef de la communauté juive de Rome, ainsi que le président de la communauté. Il les menace de la déportation de 200 Juifs, sauf à verser une rançon de 50 kilogrammes d'or.

La rançon ne permet qu'une brève pause. Deux semaines plus tard, le , 1 259 Juifs sont raflés et 1 007 d'entre eux sont envoyés à Auschwitz. Seuls 16 d'entre eux survivrons.

Il est également responsable de la fusillade du ghetto de Rome d'octobre 1943 et des tortures contre les partisans dans la prison de via Tasso.

Après-guerreModifier

À la fin de la guerre, il est arrêté puis remis aux autorités italiennes en 1947. Il est condamné à la prison à vie. En 1959, l'ancien chef de la Gestapo tant redoutée de Rome, reçoit le baptême catholique en prison, administré par un prêtre, monsignore Hugh O'Flaherty[4]. En 1977, il profite d'une hospitalisation pour s'évader en Allemagne. Ce pays refuse d'extrader Kappler en Italie ainsi que de le juger. Il meurt l'année suivante dans sa ville natale (Stuttgart) en Allemagne.

RéférencesModifier

  1. (it) « 9 febbraio 1978, muore Herbert Kappler, il boia delle Fosse Ardeatine », sur UrbanPost, (consulté le 28 février 2019).
  2. (it) « Kappler, Herbert in "Dizionario di Storia" », sur treccani.it, (consulté le 28 février 2019).
  3. (en) « The priest who outfoxed the Nazis », sur The Irish Times, (consulté le 28 février 2019).
  4. (en) Phil Daoust (30 novembre 2006). Radio pick of the day: The Scarlet Pimpernel of the Vatican.

Liens externesModifier