Ouvrir le menu principal

Henry Deutsch de la Meurthe

industriel et mécène français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Deutsch de la Meurthe.
Henry Deutsch de la Meurthe
Henry Deutsch de la Meurthe 1912.jpg
Portrait de Henry Deutsch de la Meurthe en 1912.
Fonction
Président
Aéro-Club de France
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Famille
Fratrie
Conjoint
Marguerite Raba (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Suzanne Deutsch de La Meurthe
Betty Deutsch de la Meurthe (d)
Georgette Deutsch de La Meurthe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Château de Romainville, Hôtel Deutsch de la Meurthe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Distinctions

Salomon Henry Deutsch de la Meurthe (La VilletteEcquevilly)[1], est un industriel et mécène français.

BiographieModifier

Né à La Villette[Note 1] dans la Seine, il est le fils d'Alexandre Deutsch et de son épouse, née Émilie Picard[2], tous les deux d'origine juive.

En 1877, il devient associé avec son frère Émile de l'entreprise familiale Les fils de A. Deutsch, qu'ils font prospérer et qui devient la société des Pétroles Jupiter (1922) puis Shell France après une fusion avec la Shell en 1948.

Il fonde l'Automobile Club de France en 1895 avec notamment le comte de Dion, le baron de Zuylen et Paul Meyan, puis l'Aéro-Club de France en 1898 avec notamment Ernest Archdeacon. Il en sera président de au .

 
Dirigeable Santos-Dumont en 1901.

En avril 1900, Henry Deutsch de la Meurthe offre un prix de 100 000 FRF (environ 320 000 euros) à la première machine volante capable de parcourir le trajet aller-retour entre Saint-Cloud et la Tour Eiffel (environ 10 km) en moins de 30 minutes, ceci avant octobre 1904. Fin septembre 1901, Santos-Dumont réussit l’exploit avec son dirigeable no 6, en 29 minutes et 42 s.

Toujours avec Ernest Archdeacon, il crée en 1904 un prix de 50 000 FRF destiné au premier vol d’un plus lourd que l’air sur un kilomètre en circuit fermé. Il sera remporté dès le par Henri Farman.

Il participe à la fondation, à l'initiative de Lazare Weiller, de la Compagnie générale de navigation aérienne (1908) qui achète les brevets des frères Wright. Elle organisera les vols de démonstration du Flyer Model A piloté par Wilbur Wright au Mans, à partir du .

 
Dirigeable Ville de Paris construit pour Henry Deutsch de la Meurthe par Édouard Surcouf.

Il s'est fait construire plusieurs aérostats par Édouard Surcouf à partir de 1904 puis il investit dans les constructeurs aéronautiques Astra (1909), puis Nieuport (1911), et devient président de la société Nieuport-Astra. Son gendre Gaston Gradis lui succéda.

À la fin du mois de mai 1909, Henry Deutsch de la Meurthe offre à l'université de Paris une somme de 500 000 FRF et une rente annuelle de 15 000 FRF sa vie durant pour être affectées à la création et à l'entretien d'un Institut aérotechnique où seraient poursuivies les recherches théoriques et pratiques tendant au perfectionnement des engins de la locomotion aérienne sous toutes ses formes. Il deviendra l'Institut aérotechnique de Saint-Cyr-l'École, intégré au Conservatoire national des arts et métiers.

 
Buste d'Henry Deutsch de la Meurthe à Ecquevilly.

En 1910 est créé le Prix Henry-Deutsch-de-la-Meurthe à l'Académie des sports[3] (dont il est membre dès les années 1900). Doté alors de 25 000 franc-or, il est destiné à récompenser l’auteur d’un fait accompli pouvant entraîner un progrès matériel, scientifique ou moralisateur pour l’humanité. Il peut être attribué pour un fait accompli soit en France par un Français ou un étranger, soit à l’étranger par des Français seulement. Ce prix est toujours décerné de nos jours ; par exemple, il a été attribué en 2004 à Michel Desjoyeaux (voile), ou, en 2007, à Sébastien Loeb (rallye automobile).

 
Hôtel particulier d'Henry Deutsch de la Meurthe au 4 place des États-Unis.

En 1910, Henry Deutsch de la Meurthe finance le Prix de la traversée de l’estuaire de la Seine, doté d'un objet d'art et de 10 000 francs. Le gagnant étant celui qui réalisera le plus de traversées entre les villes de Trouville et Le Havre en aéroplane[4].

Chevalier de la Légion d’honneur depuis 1889, il est nommé commandeur de l’ordre le [5].

Henry Deutsch de la Meurthe fut membre du conseil d'administrateur du Conservatoire national des arts et métiers, de la Commission de la navigation aérienne du ministère des Travaux publics, de la Commission de répartition de la navigation aérienne.

Marié à Marguerite Raba, fille d'Edmond Raba et de Betty Javal-Halphen, et belle-sœur d'Albert Ellissen, il est le père de Suzanne, de Betty (épouse Arthur Weisweiller) et de Georgette (épouse Gaston Gradis).

Il meurt le au château de Romainville à Ecquevilly (Seine-et-Oise).

DécorationsModifier

Décoration françaiseModifier

  Commandeur de la Légion d'honneur (décret du 20 novembre 1912).

Décorations étrangèresModifier

  Commandeur de l'ordre de François-Joseph (Autriche-Hongrie).
  Commandeur de l'ordre d'Isabelle la Catholique (Espagne).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La commune de La Villette est annexée à Paris par la loi du .

RéférencesModifier

  1. Gérard Roos, Histoire de l'aéronautique aux Mureaux 1912 - 2002, Éditions du Valhermeil, , 176 p. (ISBN 2-913328-37-7)
  2. Acte de naissance no xxxx/1846 de la commune de Paris (reconstitution des actes de l'état civil de Paris - loi du 12 février 1872).
  3. Prix Henry-Deutsch-de-la-Meurthe - Académie des Sports
  4. Le 30 août 1910 dans le ciel : Prix de la traversée de l’estuaire de la Seine, premier jour des « hostilités »
  5. « Salomon Henry Deutsch », base Léonore, ministère français de la Culture.

SourcesModifier

  • Tristan Gaston-Breton, Sonia de Panafieu, La famille Deutsch de la Meurthe. D'hier et d'aujourd'hui. 1815-2010, Pour Mémoire, 2010

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :