Ouvrir le menu principal

Henry Delvaux de Fenffe

homme d'affaires et homme politique belge

BiographieModifier

Delvaux de Fenffe fut docteur en lettres et philologie en 1884 et en droit en 1885, à l'université de Liège.

Il fut élu conseiller communal de Bovigny (1890-1895), conseiller provincial de la province de Liège (1895-98), député de l'arrondissement de Bastogne (1898-1900), puis Arlon-Marche-Bastogne (1900-1908), en suppléance d'Emile Van Hoorde. En 1908, il est nommé gouverneur de la province de Liège, poste qu'il occupera jusque 1919. En 1919, déclinant le poste de gouverneur des cantons de l'Est (territoire qui sera rattaché peu après à la province de Liège) qui lui est proposé, il devint Haut-Commissaire royal, chargé de relever les immeubles détruits par la guerre dans les provinces de Liège, de Namur, de Luxembourg et du Limbourg. Enfin, il fut élu sénateur provincial (1926-1936), en suppléance d'Adolphe de Limburg-Stirum.

Il fut créé baron en 1919.

DistinctionsModifier

GénéalogieModifier

  • Il est fils de Charles Adolphe (1815-1887) et Laure Dewandre (1827-1909)
  • Il épousa en 1907 Agnès Belpaire (1887-1979)
    • Ils eurent 6 filles : Marie-Laure (1908-1996, baronne Paul de La Vallée Poussin), Lucy (1909-2001, religieuse), Anne (1910-2009, baronne Michotte van den Berck), Geneviève (1912-1934, célibataire), Constance (1914-1994, baronne André d'Otreppe de Bouvette) et Thérèse (1919-2013, célibataire).

La famille Delvaux de Fenffe occupa au lieu-dit « Moulin de Cieru » (ou « Croix du Moulin », aussi « Croix de Cieru ») à Cierreux, un domaine repris par Charles Adolphe en 1863.

ŒuvresModifier

  • Faut-il appliquer la participation aux bénéfices ?, Liège, 1892.
  • Les travaux publics', Liège, 1908.
  • Les habitations ouvrières', Liège, 1909.
  • La formation de la jeunesse. L'éducation physique. Discours, Liège, 1910.
  • La science du plein air, Liège, 1911.
  • La science d'alimentation populaire, Liège, 1912.
  • La science de l'adaptabilité de la jeunesse, Liège, 1913.

Liens externesModifier