Henri Galli

homme politique français

Henri Galli
Illustration.
Fonctions
Député
XIe (1914-1919) et XIIe (1919-1924) législatures
Gouvernement IIIe république
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Résidence Seine

Henri Galichet (de son prénom complet Louis-Henri-Désiré), connu sous le pseudonyme Henri Galli, né le à Châlons-en-Champagne et mort le à Paris, est un journaliste , homme de lettres et homme politique français de la Troisième République[1].

BiographieModifier

Il est journaliste politique, collabore à de nombreux journaux (La cocarde, L'intransigeant...) et est secrétaire général de l'Evénement. Il devient rédacteur en chef du Drapeau organe de presse de la ligue des patriotes, périodique qui devint quotidien. Il est également vice-président de la Ligue, fondée et animée par Paul Déroulède.

Son oeuvre historique, polémique et littéraire est considérable. Il a été aussi le fondateur d'une revue d'art illustrée, L'Art français, avec Firmin Javel.

Il était membre de la Société des gens de lettres. Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le .

Le square Henri-Galli, dans le 4e arrondissement, lui est dédié.

FamilleModifier

Il épouse en 1892 à Hyères Hélène Plésant, future présidente de l'Union des femmes de France ( UFF ), l'une des trois sociétés formant avant 1940 la Croix-Rouge française de 1921 à sa démission en 1926[2].

Ils eurent deux fils, Robert, né en 1892, licencié en droit puis reçu à l'école des Chartes, mort au col du Linge au Wettstein en Alsace le , engagé volontaire (infirmier) malgré sa réforme, puis Pierre, né en 1896, engagé volontaire en 1916, gazé, médaillé militaire et croix de guerre.

MandatsModifier

Elu de Paris, au conseil municipal pendant presque 20 ans, de 1900 jusqu'en 1919, il fut notamment très préoccupé par les questions sociales. Elu président du conseil général de la Seine de 1910 à 1911, il fut ensuite, président du conseil municipal de Paris de 1912 à 1913.

En 1910-11-12-13, à Paris, il a reçu de nombreuses municipalités étrangères, inaugurant en cela la « diplomatie de l'Hôtel de Ville » (évoqué dans le journal la Cité, article de Jacques Darthez, ). Lors de sa présidence du conseil municipal, il reçut à la mairie de Paris le président Poincaré le jour de sa prise de fonction, le , suivant son élection. Cette réception eut lieu en présence de ses deux prédécesseurs, les présidents Fallières et Loubet, instituant cette coutume à la Mairie de Paris.

Il fut élu député de Paris (4e arrondissement) en 1914 (étiquette Parti républicain démocratique), puis réélu en 1919 (Union républicaine nationale et sociale), il le restera jusqu'à sa mort en 1922.

Il fut membre de la commission de l'armée pendant la guerre de 14-18 et publia en 1919, à titre personnel (l'autre député rapporteur, Abel Ferry, étant mort au front), le rapport parlementaire sur l'offensive de 1917(chemin des dames).

Il s'inscrivit, lors de la XIe législature, à la gauche démocratique et à l'entente républicaine lors de la XIIe législature.

Il fut membre de nombreuses commissions : enseignement et beaux-arts, suffrage universel, marchés, armée, commission chargée d'examiner la mise en accusation d'un ancien ministre de l'Intérieur (Malvy). Ses propositions de loi et ses rapports reflètent ses préoccupations essentielles : bien-être des combattants, hommages aux morts pour la France, assistance à leurs veuves et à leurs orphelins.

Il prit part à de nombreux débats, suivant toujours de très près les questions militaires : utilisation des effectifs, aide aux prisonniers de guerre. Lors de son second mandat, il fut le rapporteur d'une proposition de loi tendant à conférer à titre posthume la dignité de maréchal de France au général Gallieni.

PublicationsModifier

  • L'armée française en Egypte 1798-1801, 1883
  • Souvenirs de Frederick III avec Dick de Lonlay, 1888
  • Dessous diplomatiques (10 ans de politique étrangère), 1895
  • L'Allemagne en 1813
  • Les Français en Allemagne (campagne de 1806)
  • La guerre à Madagascar de 1885 à 1895, 2 tomes, 1896
  • La prise de Tananarive, 1897
  • Carnet de campagne du Ltd Colonel Lentonnet, expédition de Madagascar, 1899, Montyon décerné par l'académie française
  • Paul Déroulède (raconté par lui-même), 1900
  • L'internationalisme c'est la guerre, 1996
  • La politique de demain, 1908
  • Gambetta et l'Alsace Lorraine, 1911
  • Le Premier bataillon Mobiles de la Marne, 1912
  • L'offensive de 1917, 1919

SourcesModifier

  • « Henri Galli », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

RéférencesModifier

  1. Jean-Paul Barbier Des Châlonnais célèbres, illustres et mémorables, 2000.
  2. Bulletin mensuel de l'UFF, septembre 1926