Henri Coursaget

Henri Baptiste Barthélémy Coursaget, né le et mort le à Confolens, France est une personnalité culturelle de Poitou-Charentes. Résistant entre 1940 et 1944[1],[2] puis pharmacien et sapeur-pompier volontaire, il est président du Festival d'Arts et traditions populaires du monde de Confolens durant 49 ans, de à . En , il fonde[3] le Conseil international des organisations de festivals de folklore et d'arts traditionnels, le CIOFF[4], ONG en relation formelle de consultation avec l'UNESCO. Président d'honneur du CIOFF, Henri Coursaget s'engage en faveur de la promotion de la diversité culturelle sur la scène internationale durant la seconde moitié du XXème siècle[1],[5]. Surnommé le « Pape du folklore »[6],[7],[8] après avoir été reçu en audience par le pape Jean-Paul II[9], ses deux leitmotivs sont la promotion de la Paix dans le monde et la fraternité entre les peuples. En 1980, L'UNESCO lui décerne la médaille Picasso[10],[2], en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle aux arts et à la culture.

Henri Coursaget
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ConfolensVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Personnalité culturelleVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

JeunesseModifier

Benjamin d'une fratrie de trois, Henri Coursaget naît et grandit à Confolens, où il vit au-dessus de la pharmacie parentale, sur la place de l'hôtel de ville. Il est le frère du scientifique Jean Coursaget[11].

Adolescent pendant la Seconde Guerre mondiale, il rejoint le regroupement de résistants du Maquis Fosh, rattaché à l'Armée secrète, le jour de ses 16 ans le . Il participe notamment aux combats d'Ambernac, entre le et le , lors desquels les résistants du Maquis affrontent les soldats de la 608ème division de la Wehrmacht. Seul rescapé de son groupe, il s'interroge longtemps sur la question « Pourquoi moi? » et se jure par la suite de donner un sens à sa vie[2].

Après la guerre, il suit des études de pharmacie et de biologie à Toulouse en vue de reprendre l'officine paternelle à Confolens. Peu studieux, il préfère les cours d'art dramatique de Louis Jouvet[12], qui le fait entrer dans la compagnie du Grenier de Toulouse[13]. Ce dernier, lui-même diplômé en pharmacie, lui conseille de "[faire] quand même pharmacien, ça pourrait être utile". Henri n'écoute pas ce conseil et néglige ses examens de fin d'année, avant d'être rappelé à l'ordre par son père Gustave. Ses études achevées, il indiquera avoir été inspiré sa vie durant par "la soif insatiable de costumes et de représentation, le sens inné du spectacle, le sentiment écrasant de présentation sur scène" de Louis Jouvet[14]. Devenu pharmacien, il décide d'œuvrer pour la paix en développant des relations internationales grâce à la musique et à la danse.

Festival de ConfolensModifier

Initialement bénévole dans ce festival créé en 1958, H. Coursaget en prend la direction l'année suivante, et assure sa présidence pendant 50 ans[15].

Comité international des organisations de festivals de folklore et d'arts traditionnelsModifier

À l'occasion de la 15e édition du Festival de Confolens, Henri Coursaget invite des responsables d’arts et traditions populaires de Belgique, Hongrie, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Portugal, Suisse, Roumanie, d'URSS et de Yougoslavie[16],[17] à venir discuter le projet d’une association internationale qui lierait des festivals de folklore dans le monde, avec deux objectifs^: encourager les échanges culturels entre pays, et promouvoir la paix mondiale[18]. Une première réunion a lieu le à la mairie de Confolens, et les statuts du Comité international des organisations de festivals de folklore sont déposés le à la sous-préfecture de Confolens. Ce comité sera par la suite rebaptisé Conseil international des organisations de festivals de folklore, conservant le sigle CIOFF

Au cœur de la Guerre froide, Henri Coursaget projette dans le CIOFF un idéal à vocation universelle, la Paix dans le monde. Il la matérialise par un projet concret : des échanges internationaux entre festivals de folklore. Cette double ambition du CIOFF, idéaliste et pragmatique, est résumée dans une expression récurrente : «la fraternité entre les peuples»[12]. « Nous poursuivions alors 2 buts », écrit-il : «créer des liens de plus en plus forts avec les différents festivals d’Europe et permettre la venue de groupes plus lointains avec possibilités de tournées», et «par ces échanges de plus en plus nombreux créer une fraternité toujours plus grande et servir la cause de la PAIX»[19].

En 1999, il étend le mouvement du CIOFF à l'Afrique, où 11 pays se fédèrent pour faire vivre la section au plan local[20]

Fin de vieModifier

Franc-maçon dans la Grande Loge nationale française, Henri Coursaget crée la loge « Carrefour du monde » à Confolens[21], où il décède le .

Ses obsèques, célébrées par Monseigneur Claude Dagens[22], évêque d'Angoulême et membre de l'Académie française, rassemblent plus de 2 000 personnes[23], aux côtés de groupes de musiciens, de danseurs, de représentants du CIOFF, de l'UNESCO et de politiques venus saluer sa mémoire[24], sur la place de l'hôtel de ville de Confolens. Le , cette dernière est rebaptisée place Henri Coursaget[25].

DistinctionsModifier

BibliographieModifier

Henri Coursaget et Patrick Servant, Confolens : la magie du folklore, Saintes, Croît vif, , 159 p. (ISBN 978-2-916104-99-7)

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Rachel Loos, « One man has turned a folk festival into a global peace campaign », The Times,‎ (ISSN 0140-0460, lire en ligne, consulté le )
  2. a b et c (es)Murió Henri Coursaget creador del CIOFF Mundial Universal medios, 26 mars 2011
  3. « Internacional CIOFF » : article signé par Henri Coursaget, Président d'honneur et Fondateur du CIOFF, dans la brochure du CIOFF International, le CIOFF
  4. « Site officiel du CIOFF »
  5. « Confolens à la confluence des peuples », sur Libération.fr, (consulté le )
  6. «Le pape du folklore» : article de Sud-Ouest daté du 7 juillet 2010
  7. « Le Pape du folklore s'en est allé » : newsletter du CIOFF datée de juillet 2011
  8. « Hommage : le Pape du folklore s'en est allé » : article du Confolentais daté du 5 avril 2011
  9. « Henri a tiré sa révérence » : article de Sud-Ouest daté du 22 mars 2011
  10. «Médaille Picasso» : Description de la médaille Picasso sur le Site de l'UNESCO
  11. « Coursaget Jean », sur histrecmed.fr (consulté le )
  12. a et b « Confolens à la confluence des peuples », sur http://www.liberation.fr/, Libération,
  13. « Le Festival de Confolens La paix par le folklore », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. (en) « In fondest memory of Henri Coursaget », Newsletter du CIOFF,
  15. JMJ, enfin la fête - A Confolens, folklore et foi font bon ménage La Vie, août 1997
  16. «Rubrique "Création du CIOFF"»
  17. La magie du folklore, livre publié aux éditions du Croît vif,1970 : Organiser la mondialisation avec le CIOFF, p. 35
  18. « The death of a dream-maker » : article daté du 23 mars sur le site Discover Poitou-Charentes
  19. «Internacional CIOFF» : article signé par Henri Coursaget, Président d'honneur et Fondateur du CIOFF, dans la brochure du CIOFF International
  20. (en)OCPA_News_No237, Observatory of Cultural Policies in Africa, 26 septembre 2009
  21. « Les maçons aux premières loges à Angoulême », sur http://www.lexpress.fr, l'Express,
  22. « Un croyant qui déplaçait des montagnes. Eucharistie à Confolens pour les obsèques d'Henri Coursaget »,
  23. « Confolens (16) : plus de 2 000 personnes attendues aux obsèques d'Henri Coursaget », Sud-Ouest,
  24. « Hommage de Confolens et du monde du folklore... 2 000 personnes aux obsèques d'Henri Coursaget », France Bleu,
  25. « Confolens: la place de l’Hôtel-de-Ville rebaptisée », sur CharenteLibre.fr (consulté le )
  26. Sur proposition du premier ministre (Travail) en qualité de président, Décret du 11/05/1968 (Journal Officiel du 23/05/1968)
  27. Sur proposition du ministère de la culture en qualité de president, Décret du14/04/1976 (Journal Officiel du 18/04/1976)
  28. Sur proposition du ministère de la culture en qualité de president, Décret du 23/12/1982 (Journal Officiel du 26/12/1982)
  29. « Festival Danses et Musiques du Monde », sur www.mairie-confolens.fr (consulté le )
  30. « Henri Coursaget, un Citoyen du monde », sur Youtube