Henri Albert Niessel

général français

Henri Albert Niessel
Henri Albert Niessel

Naissance
1er arrondissement de Paris
Décès (à 89 ans)
7e arrondissement de Paris
Origine Drapeau de la France France
Grade Général de brigade
Commandement 9e Régiment de Marche de Zouaves
58e Division d'Infanterie de Réserve
37e Division d'Infanterie
9eCorps d'Armée
11e Corps d'Armée
12e Corps d'Armée
19e Corps d'Armée
9e Corps d'Armée
Distinctions Médaille militaire
Légion d'honneur
Croix de Guerre 1914-1918
Prix Fabien (1929)
Prix Général-Muteau (1940)
Autres fonctions Membre du Conseil supérieur de la guerre

Henri Albert Niessel, né le à Paris où il est mort le [1],[2], est un général français, grand-croix de la Légion d'honneur et titulaire de la médaille militaire.

Biographie modifier

Henri Albert Niessel naît à Paris le . Sorti de Saint-Cyr en 1886 comme lieutenant au régiment de tirailleurs algériens, il fait les campagnes d'Algérie de 1886 à 1894, puis la campagne de Tunisie de 1899 à 1901, et enfin la campagne du Maroc de 1912 à 1914.

À l'entrée en guerre, il est colonel du 9e régiment de zouaves. Il est blessé une première fois le . Promu officier de la Légion d'honneur en , il est cité à l'ordre de l'armée le , « colonel, commandant une brigade : a puissamment contribué au succès de l'attaque du 6 juin, par une préparation méticuleuse à laquelle il s'est consacré avec un dévouement inlassable et par l'impulsion qu'il a su donner à ses troupes au moment de l'action » [3],[4]. Nommé général de brigade à titre temporaire le [5], il commande successivement la 58e division d'infanterie (août 1915-février 1916), qui prend part à la bataille de l'Artois, puis la 37e division d'infanterie (février-octobre 1916), lors de la bataille de Verdun, à Susville et à Fleury. Général de division à titre temporaire le , il commande ensuite le 9e corps d'armée lors de la bataille de la Somme, puis en avril 1917 sur l'Aisne.

A partir de septembre 1917, il commande la mission militaire en Russie[6].

Le , il est nommé général de division à titre définitif. Placé à nouveau à la tête d'un corps d'armée en , il est intoxiqué par les gaz trois jours après[6].

Il sert ensuite sur les rives de la Baltique et intervient dans le cessez-le-feu entre Lettons et Lituaniens d'une part et les forces des Russes blancs et Allemands de la Baltique en [6].

De mars 1920 à septembre 1920, il commande le 19e corps d'armée à Alger en remplacement du général Nivelle[6].

Chef de la mission militaire française en Pologne (1920-1922), inspecteur général de l'aéronautique (1924-1926), il réorganise l'instruction des cadres de réserve[6].

De 1921 à 1955, année de sa mort, il réside dans un immeuble au 34, boulevard des Invalides (Paris), où une plaque lui rend hommage[7],[8].

Distinction modifier

Hommages modifier

 
Plaque 34 boulevard des Invalides (Paris).

La rue du Général-Niessel dans le 20e arrondissement de Paris

L'avenue du Général Niessel à Tours

Écrits modifier

 
En mission à Tilsit.
  • Traduction de l'allemand de Notes sur la Prusse dans sa grande catastrophe, 1806, par Carl von Clausewitz, R. Chapelot, Paris, 1903
  • La Maîtrise de l'air, Paris, Perrin, 1928, 255 p. Prix Fabien de l’Académie française en 1929
  • D. A. T : Défense aérienne du territoire (en collaboration avec Rémy Alphonse Chabord et G. de Guilhermy), Éditions cosmopolites, Paris, 1934, 250 p.
  • L'évacuation des pays baltiques par les Allemands : contribution à l'étude de la mentalité allemande, Charles-Lavauzelle, Paris, Limoges, Nancy, 1935, 272 p.
  • Le triomphe des Bolchéviks et la paix de Brest-Litovsk : Souvenirs 1917-1918, Plon, 1940, 381 p. Prix Général-Muteau de l’Académie française

Notes modifier

  1. Acte de décès (avec date et lieu de naissance) à Paris 7e, n° 1580, vue 6/9.
  2. a et b « Cote 19800035/95/11898 », base Léonore, ministère français de la Culture
  3. « Citations à l'ordre de l'armée », Journal officiel de la République française,‎ , p. 5568 (lire en ligne)
  4. « A l'ordre du jour de l'armée », Journal des débats,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  5. « État-major général de l'armée : nominations et mutations », Journal officiel de la République française,‎ , p. 5982 (lire en ligne)
  6. a b c d et e Le Monde, 28 décembre 1955, Lire en ligne.
  7. « Niessel (Henri Albert), général », sur Paris au fil des plaques (consulté le )
  8. Alain Dautriat, Sur les murs de Paris : guide des plaques commémoratives, Éditions L'Inventaire, , 167 p. (ISBN 978-2-910490-20-1, lire en ligne), p. 75
  9. « FICHE QUESTION », sur questions.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  10. Henry Coston, L'Ordre de la Francisque et la révolution nationale, Paris, Déterna, coll. « Documents pour l'histoire », , 172 p. (ISBN 2-913044-47-6), p. 142.
  11. Décret du Commandant en chef L. 2956 de 1921 r. (Dziennik Personalny z 1922 r. Nr 1, s. 11)

Voir aussi modifier

Bibliographie modifier

  • « Le général Niessel », in Le Pays de France, no 212, , p. 3  
  • René Vanlande, Avec le Général Niessel en Prusse et en Lituanie : la dernière défaite allemande, C. LaVanzelle, Paris, 1921, 184 p.
  • Pierre Le Goyet, « La mission du général Niessel en Pologne » (chapitre II), in France-Pologne, 1919-1939: de l'amitié romantique à la méfiance réciproque, Éditions France-Empire, 1991, 396 p.

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :